bandeau art philo
dimanche, 29 avril 2018 14:36

«Il est une foi»: choisir fait son cinéma

Écrit par

Affiche IlestuneFoi18 webCeux qui se sont déjà plongés dans le programme des rendez-vous cinéma Il est une foi de l’ECR -au Grütli à Genève du 2 au 6 mai- en auront eu la démonstration: l’apocalypse version 7e art a une couleur catastrophiste. Loin de s’en effrayer, choisir s’est associé une nouvelle fois à l'événement et parraine le film d’Andreï Tarkovski, Le Sacrifice, en organisant le dimanche 6 mai à 19h30, après son visionnement à 17h, une rencontre avec le bibliste Jean-Bernard Livio sj. En attendant, notre chroniqueur cinéma Patrick Bittar a dépeint dans les colonnes de la revue n°687 le «récit d’un miracle» du cinéaste russe, et Il est une foi a interviewé Jean-Bernard Livio.

 

 Présentation de l'événement par l'équipe d'organisation de l'ECR

Le compte à rebours vers la fin du monde est-il enclenché? Du 2 au 6 mai 2018, les rendez-vous cinéma de l’ECR Il est une foi vous convient au cœur des Apocalypses, thème pluriel de la quatrième édition du festival cinématographique de l’Église catholique romaine pour explorer les enjeux mis en lumière par les nombreuses fins du monde mises en scène par de grands auteurs du septième art.

La bande annonce du festival du film par l'ECR sur le thèmes des "APOCALYPSES"

Thème biblique, l’apocalypse a en effet connu un succès fulgurant au cinéma. Francis Ford Coppola s’en est ainsi emparé et a traduit en cinéma le roman de Joseph Conrad Au cœur des ténèbres (1899), en signant le spectaculaire Apocalypse Now, un voyage aux confins de la folie et de la mort. Sorti en 1979, il est le film d’ouverture de la quatrième édition d’Il est une foi.

Mais si, dans son usage courant, le terme apocalypse évoque des catastrophes et autres cataclysmes, son origine grecque apokalypsis signifie révélation. Dans le livre de l’Apocalypse, saint Jean décrit l’éternel combat entre le bien et le mal pour que le monde prenne conscience de ses égarements.
À travers des projections de films suivies de débats, les rendez-vous cinéma de l’ECR Il est une foi 2018 se penchent ainsi sur un volet fondamental de la Bible, dont les résonances au sein de notre monde actuel sont indéniables. Vers quel avenir nous dirigeons nous? Que faisons-nous de notre planète? Allons-nous risquer d’oblitérer notre monde en créant des bombes toujours plus sophistiquées? Comment la proximité de la fin remet-elle en question les valeurs et les aspirations qui ont sous-tendu l’existence?

Durant cinq jours,
20 films,
9 débats et
13 intervenants
interrogeront ces différentes notions et les diverses menaces apocalyptiques
auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui.

La guerre occupe une place centrale; dans les exactions et dérives du combat (Apocalypse Now, Requiem pour un massacre) ou dans ses répercussions sur la société et l’humain (Les Harmonies Werckmeister, Le Sacrifice). Un sujet explosif, voire atomique, qui peut être prétexte à rire comme le démontre la comédie Dr Folamour, de Stanley Kubrick dans laquelle le grandiose Peter Sellers interprète trois rôles différents, soulignent Bertrand Bacqué et Briana Berg, respectivement directeur artistique et co-responsable de la programmation.
Une autre préoccupation actuelle primordiale est la question écologique. Le magnifique Nausicaä de Hayao Miyazaki, ainsi que la conférence de l’écologiste spirituel Michel Maxime Egger après la projection du mythique Soleil vert de Richard Fleischer sont les incontournables de cette thématique.

leSacrificeImage du film Le sacrifice d'Andréi Tarkovski

Il est une foi examine aussi comment la menace apocalyptique peut se traduire à l’échelle sociale ou individuelle: le poignant Pluie noire de Shôhei Imamura expose l’impossibilité des survivants à continuer à vivre selon les anciens codes dans l’après Hiroshima, alors que La Semence de l’homme (Marco Ferreri) préconise de s’atteler à repeupler le monde. 4h44, Melancholia et Les Derniers jours du monde égrènent les heures finales du point de vue de l’individu face à la disparition imminente de toute existence; ce dernier film sera suivi par une discussion avec les réalisateurs, les frères Arnaud et Jean-Marie Larrieu, en compagnie de Dominique Noguez, l’auteur du livre éponyme dont le film est tiré.

La vision biblique de l’Apocalypse est magnifiquement allégorisée dans le grand classique d’Ingmar Bergman, Le Septième sceau, dont les clés seront dévoilées par le philosophe Philippe Sers, parmi les invités d’Il est une foi. Tout aussi prophétique, le mystérieux La Dernière vague de Peter Weir met en scène la vision aborigène de la fin des temps, apportant encore un autre éclairage à un récit qui traverse l’humain au-delà des pays, des cultures, et des religions, que décortiqueront pour nous Youri Volokine, historien des religions (UNIGE), et Roberta Colombo Dougoud du MEG.

La programmation 2018 inclut également les films Take Shelter (Jeff Nichols) et Le temps du loup (Michael Haneke), deux récits distincts sur la perte de repères induite par la traversée d’«apocalypses» et l’œuvre suisse: L’Amère patrie, film collectif qui sera décortiqué en présence des réalisateurs Jan Gassman et Carmen Jaquier. Enfin Zombie de George A. Romero sera proposé en film de minuit. Âmes sensibles s’abstenir!

«Le choix d’un thème fort comme celui de l’apocalypse s’est rapidement imposé, explique Geoffroy de Clavière, délégué général d’Il est une foi. L’apocalypse, par son langage symbolique, tend un miroir au monde et questionne nos choix et nos priorités. L’éclipse de l’affiche de cette édition illustre les ombres qui occultent notre vision. Les films et les débats de la programmation 2018 ambitionnent de lever ce voile pour regarder au-delà.»

Jeune public
Comme par le passé, le jeune public est invité à Il est une foi: lors des matinées scolaires avec la projection des films Wall-E d’Andrew Stanton et Pink Floyd – The Wall d’Alan Parker, et à l’occasion des matinées familiales, samedi et dimanche avec Nausicaä.

nausicaa 01Image de Nausicaä de Hayao Myazaki

Hors les murs
Pour compléter la démarche de rencontre vers tous les publics, au cœur d’Il est une foi, l’ECR organise tout au long de l’année des projections gratuites auprès de personnes qui ne pourront pas faire le déplacement vers les salles obscures du Grütli: malades, détenus, personnes âgées, requérants d’asile, personnes auprès desquelles l’ECR est déjà présente par l’action quotidienne de ses aumôniers et agents pastoraux. Par cette approche, déjà initiée lors des précédentes éditions, les Rendez-vous cinéma de l’ECR souhaitent inclure ces publics parmi les destinataires de son invitation à un moment de dialogue autour d’un film.

Comité cinéma
La programmation des Rendez-vous cinéma de l’ECR Il est une foi a été mise au point par un comité-cinéma dont font partie Bertrand Bacqué, Briana Berg, Norbert Creutz, Alfio Di Guardo, Emmanuel Tagnard. Tous experts de cinéma, ils ont travaillé bénévolement pour sélectionner les films et choisir les invités. Ils seront présents aux Cinémas du Grütli pour animer les débats avec les intervenants. Nous les remercions vivement pour leur enthousiasme et leur engagement. Sont également membres du comité cinéma, Geoffroy de Clavière, Michel Colin et Silvana Bassetti de l’ECR.

Partenaires
Nous remercions enfin nos nombreux partenaires: Cinémas du Grütli, Fondation Barbour, Loterie romande, Écho magazine, revue choisir (qui parraine le film Le sacrifice), Festival Histoire et Cité (parrain du film La dernière vague), Fondation Aletheia, Société privée de gérance, Radio Cité, Domaine de Beauvent, Institut Florimont.

Le programme complet sur le site Il est une foi

 

Lu 582 fois