bandeau art philo

Patrick Bittar

lundi, 12 juillet 2021 17:24

La Grâce

LaGrace livremONTAIGUAu départ, Thibault de Montaigu voulait écrire sur Xavier Dupont de Ligonnès, suspecté d’avoir massacré en 2011 sa femme et ses quatre enfants, et qui reste toujours introuvable à ce jour. Sur les traces de Ligonnès, l’auteur (athée et ancien jet-setteur) se retrouve dans une abbaye bénédictine, où il vit une expérience spirituelle foudroyante qui le bouleverse. Il cesse alors de poursuivre Ligonnès et, pour ruminer ce qui lui arrive, met ses pas dans ceux de feu son oncle paternel, Christian de Montaigu, un noceur homosexuel qui avait abandonné les nuits parisiennes pour devenir prêtre franciscain. La construction, où alternent des passages entre l’histoire de l’auteur, celle de son oncle et celle de saint François d’Assise, aurait pu rester artificielle et ennuyeuse. D’autant que les traces laissées par la vie de Christian sont assez rares. Mais l’authenticité de la voix rend l’œuvre passionnante.

The Faith of God, de John K. HainsworthDiffusé sur internet depuis janvier, The Face of God - The Orthodox Church on Climate Change est un documentaire produit par la confrérie orthodoxe de la Transfiguration, une organisation affiliée à l'Assemblée des évêques orthodoxes canoniques des États-Unis, et dont la devise est: «Proclamer la mission écologique de l'Église orthodoxe comme réconciliation de toutes choses en Christ». Sur le site dédié au film, on peut lire: «Depuis de nombreuses années, nous nous concentrons principalement sur le changement climatique mondial, car nous en sommes venus à réaliser que ce phénomène est la menace environnementale la plus dangereuse à laquelle nous sommes confrontés.»

mardi, 22 septembre 2020 15:47

Art et cinéma

"La plage à Trouville", d'Eugène Boudin, 1871, et extrait d’un film d’un opérateurs des frères Lumière tourné à Deauville en 1912  © Patrick BittarOuverte depuis le 4 septembre, cette exposition de la Fondation de l’Hermitage, à Lausanne, met en lumière des liens entre les arts plastiques et le cinéma. Organisée notamment avec la Cinémathèque française, et construite sur une idée originale de son ancien directeur Dominique Païni, l’exposition se décline sur le mode chronologique, depuis les premiers films de la fin du XIXe siècle jusqu'à la Nouvelle Vague. Elle illustre les échanges et les influences réciproques entre cinéastes et plasticiens, en faisant dialoguer des extraits, des affiches et des maquettes de films avec des sculptures, des dessins, des photographies et des peintures.

mercredi, 16 septembre 2020 09:45

Les enfants du Platzspitz

Les Enfants du Platzspitz, un film de Pierre Monnard (2020)Zurich au début des années 1990. Depuis quelques années, les autorités ont décidé d'autoriser l'utilisation et la vente de drogues dans un parc au cœur de la ville (le Platzspitz) afin d’y contenir le problème. Chaque jour, jusqu'à 3000 toxicomanes suisses et étrangers viennent s'y approvisionner, principalement en héroïne. Le film Les enfants du Platzspitz s’ouvre sur la recherche par Mia, 11 ans, de sa mère Sandrine dans le chaos du Platzspitz. Naviguant entre les épaves humaines de ce mouroir à ciel ouvert, elle finit par la retrouver.

vendredi, 08 mai 2020 09:33

Garabandal, seul Dieu le sait

GarabandalGarabandal, Dieu seul le sait a été tourné sans réel budget de production. Son réalisateur, Brian Jackson, est un jeune séminariste américain. Le film relate les apparitions surnaturelles (Vierge, saint et anges) à quatre jeunes filles dans les années soixante, à San Sebastián de Garabandal, un hameau perdu dans la montagne, au nord de l’Espagne. Il fait partie des œuvres à visée évangélisatrice de Saje Distribution. La véracité des apparitions reste non confirmée officiellement par l’Eglise.

Page 1 sur 19

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Hier traîtres ou champions de la version, aujourd’hui passeurs de culture, voire même auteurs, les traducteurs suscitent un intérêt certain. Une évolution qu’analyse Josée Kamoun.