bandeau art philo
jeudi, 03 septembre 2015 16:28

Osez la crise

Écrit par

Salamolard 45085Michel Salamolard
Communautés chrétiennes, osez la crise !
Namur, Fidélité 2014, 198 p.

Personne n’a décidé d’exister, encore moins d’exister tel qu’il est. Cadeau ou ter­rible injustice ? Désir de vie ... mais limites insurmontables, jusqu’à la plus absolue, la mort. A ces questionnements, l’auteur tente de donner quel­ques réponses. La sagesse grecque avec le stoïcisme disait : « Supporte et abstiens-toi. » Le bouddhisme résume : tout est souffrance. La Bible propose plusieurs réponses : l’Ecclésiaste souligne : « Vanité des vanités, tout est vanité » ; Job exige de Dieu une réponse ; saint Paul s’écrie : « Les souffrances du temps présent ne sont pas à comparer à la gloire qui doit se révéler en nous. »
L’auteur analyse finement ce qu’est la gloire de Dieu. Il ose une « théologie fiction » entre le Père, le Fils et l’Esprit, où l’amour infini rencontre et assume nos refus d’aimer et d’être aimés. Puis il prend acte de la situation de crise permanente de l’humanité, pour s’interroger sur son sens. Décalage fondamental entre la sainteté de Dieu et l’imperfection des hommes… Et de l’Eglise bien sûr, avec ses déchirures : arianisme, schismes, papes qui se disputent la tiare, Réforme protestante, Inquisition, guerres des religions...
Enfin l’auteur se réjouit de ce que nous soyons sortis de la doctrine augustinienne du péché originel, qui fut longtemps le soleil noir de la théologie, pour vivre sous le soleil de Pâques, débarrassés d’une terrible condamnation hé­ritée d’un autre... Le Père nous mène et nous appelle à la divinisation par son Fils. Certes, entre l’Eglise annonçant l’Evangile et l’esprit du monde environnant, la tension est manifeste. Mais elle est aussi féconde ; elle pousse les chrétiens au témoignage et à la conversion. Pécheur, l’être humain l’est dès le sein de sa mère, non pas à cause de la faute d’un lointain ancêtre mais parce que, fils d’Adam, il n’est pas encore divinisé et que Dieu veut le diviniser.
Ce désir est inscrit au plus intime de chacun. Beaucoup de psaumes et de paraboles chantent ce désir et cette attente. L’auteur en relit un certain nom­bre et nous offre sa vision, ne rejoignant pas celle d’Ivan Karamazov,1 pour qui une seule larme d’enfant était déjà trop coûteuse. Il a par contre l’audace de mettre dans la bouche du Ressuscité une confidence. Et c’est magnifique.
Reste une grande question : que faire face aux méchants qui usurpent le nom de Dieu, se couvrent de son autorité comme du plus sordide drapeau ? Dieu ne devrait-il pas empêcher cela ? Oui, le Dieu de nos fantasmes devrait le faire, mais ce Dieu n’existe pas ! Il n’y a que Celui qui parle au cœur et à la conscience, Celui qui appelle l’homme à courir avec lui l’aventure du service et de l’amour.
La quatrième partie de l’ouvrage tourne essentiellement autour de l’expérience de la vie communautaire qui peut irradier sur l’ensemble de la communauté humaine.
Ce livre, que je qualifie d’excellent, se termine par une prière d’Ignace de Loyola, tirée des Exercices spirituels.

Lu 1487 fois

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Hier traîtres ou champions de la version, aujourd’hui passeurs de culture, voire même auteurs, les traducteurs suscitent un intérêt certain. Une évolution qu’analyse Josée Kamoun.


Michel Gounot Godong

Scénarios de films imbibés de whisky, cinéastes alcooliques, publicités pour des marques de bière: l'ivresse côtoie depuis des décennies Hollywood. Virée éthylique avec Patrick Bittar dans le cinéma étasunien.