bandeau art philo
jeudi, 03 mars 2016 15:50

De l’acquis ou de l’inné

Écrit par

Michel Salamolard 
En finir avec le « péché originel » ?
Paris, Editions jésuites/ Fidélité 2015, 288 p.

Un beau livre utile. Et j’insiste sur l’utilité, car il permet à un non spécialiste de s’orienter dans une problématique qui remonte à saint Augustin, qui comporte la difficile question des enfants non baptisés, c'est-à-dire qui porte aussi sur des croyances et des rites ancrés dans une tradition simplement transmise. Des questions qui finalement touchent à une interrogation séculaire : qu’est-ce que le mal, pourquoi y a-t-il du mal ? ; et avec saint Anselme : cur deus homo ?, pourquoi fallut-il un sauveur ?
Un coup de maître d’abord : une manière sûre et intelligente de séparer ce que la foi catholique a retenu de saint Augustin à ce sujet, et ce qui reste du registre de l’opinion personnelle. D’utiles précisions sur la notion de « dogme » sont à retenir à cette occasion.


Autre moment que j’instruis pour moi-même : Adam n’a pas pu transmettre à sa descendance une faute originelle, car Adam signifie d’abord l’Homme, le « genre » humain ; il n’est pas le mâle géniteur à l’origine de tous les suivants. Le mal n’apparaît dans sa génération qu’avec Caïn. Adam, pourrait-on dire, n’y est pour rien.
Le péché d’orgueil, qui a incité à placer le mal dans la volonté, n’est pas une faute, une défaillance, une faiblesse, une maladie transmissible, mais la rupture d’une relation de confiance et d’adoration. La question est donc existentielle, c’est-à-dire non pas d’essence ou de nature héritée (ce qui ne résout pas le problème) : soit une expérience que chaque homme peut et doit faire personnellement.
Mais pourquoi peut-il la faire ? L’auteur cherche une réponse du côté de Marie, ce qui est une des lumières de son livre : « Si nous croyons que tout âme humaine est créée immédiatement par Dieu et n’est pas produite par les parents, on ne peut que conclure : toute personne humaine, à cause de son âme créée par Dieu, participe de la dignité de l’immaculée conception de Marie. La transmission d’un péché originel devient impensable. »
Voilà donc les deux extrêmes opposés de ce mystère : 1 Adam transmet son mal à ceux qu’il engendre, et l’engendrement est le mécanisme de la transmission ; 2 Marie n’est pas la seule à en être exemptée, et toute âme lui ressemble.
Reste l’entre-deux de l’insertion de l’homme dans un monde à la fois bon et immonde. L’origine du Bien lui a été révélée, et fait la clarté du mystère ; l’origine (?) de l’Immonde demeure cachée dans l’obscurité du mystère, mais couvre l’homme de son ténébreux pouvoir.

Lu 979 fois
Plus dans cette catégorie : « Abus sexuels Questions sur l'homosexualité »

Concours de nouvelles pour jeune auteur

Ecriture pxhere

Vous écrivez et avez moins de 35 ans? Participez à notre concours pour jeunes auteurs.

Le règlement, c'est par ici