bandeau art philo
dimanche, 18 juin 2017 16:58

Lueurs et tremblements

Écrit par

 

Lueurs tremblementsJoël Rochette
Lueurs et tremblements
Un commentaire de l’Apocalypse de Jean, illustré par le Manuscrit de Namur
Namur, Éditions jésuites 2016, 368 p.

« Le texte de l’Apocalypse est fascinant […] en raison du mystère qui le remplit […] il se prête à être commenté […] en s’efforçant de trouver à ces paroles des correspondances visuelles […] c’est comme si de chacun des versets de l’Apocalypse naissent des images », écrivait Georges Duby il y a bientôt quarante ans, en préfaçant L’Apocalypse et l’art mozarabe de Henri Stierlin.

Joël Rochette, recteur du Grand Séminaire de Namur où il enseigne l’exégèse, rédige un nouveau commentaire de l’Apocalypse, en mettant en regard les 85 illustrations du manuscrit de Namur conservé au Grand Séminaire de cette ville.

L’origine de cet ouvrage se situe probablement dans un atelier de Normandie vers 1320-1330. Rochette respecte son découpage textuel. Il retraduit l’Apocalypse à partir de l’original grec et met en face l’illustration correspondante. En plus, il épingle 85 mots importants du livre de Jean, cherchant à couvrir ses thématiques majeures. Les mots choisis (île, église, louange, livre roseau, femme, souffle, couleur, soleil, grêle, etc.) sont brièvement expliqués à côté d’un détail agrandi de l’illustration, ce qui donne un double éclaircissement, celui du mot et celui du détail de la miniature. Le commentaire en devient plus riche, centré d’une part sur les termes et d’autre part sur la manière de les illustrer.

Cette approche pédagogique d’un livre biblique, souvent énigmatique et mystérieux, en devient captivante. On se laisse guider par l’étude du texte, mais tout autant par nos facultés d’observation des voies imaginatives de l’artiste. La lecture de Rochette cependant est peut-être trop centrée sur la personne individuelle et pas assez sur une interprétation de l’Histoire, y compris contemporaine, car l’Apocalypse est un livre de la résistance.

Bref, un très bel ouvrage, qui mériterait aussi d’être parcouru en groupes. Les photographies de Guy Focant permettent de suivre avec aisance le commentaire.

 

Lu 390 fois