bandeau art philo
mardi, 11 septembre 2018 12:15

Rôle des images dans les Églises orthodoxes orientales

Écrit par

ChaillotCet ouvrage s’inscrit dans le contexte du dialogue entre Églises orthodoxes chalcédoniennes et Églises orientales non chalcédoniennes (ou pré-chalcédoniennes). L’auteure, spécialiste de l’orthodoxie orientale et très impliquée elle-même dans ce dialogue, a ajouté une postface à cette reprise de son livre paru une première fois en 1993.
Il fallait, en effet, mettre à jour un certain nombre d’informations sur ces Églises après les nombreuses destructions d’églises et de monastères de ces dernières années, notamment en Syrie et en Irak, régions qui furent le berceau de ces très anciennes communautés chrétiennes.

Christine Chaillot
Rôle des images et vénération des icônes dans les Églises orthodoxes orientales
Traditions syriaque, arménienne, copte et éthiopienne
Vienne, LIT Verlag 2017, 122 p.

Ce livre a pour but de mettre en lumière la présence des images religieuses (icônes, peintures, enluminures) dans ces Églises, et «d’en souligner les dimensions non seulement iconologique, mais aussi théologique et christologique». En effet, elles n’ont été que peu touchées, en règle générale, par la crise iconoclaste, ou Querelle des images, qui a secoué le monde byzantin aux VIIIe et IXe siècles.

Pour en savoir plus sur la querelle historique autour des images saintes et sur la théologie qui les accompagne, lire Images liturgiques ou images religieuses, de Michel Quenot, et Représenter l'irreprésentable, de Geneviève Nevejan.

Christine Chaillot présente donc des éléments historiques, des témoignages d’auteurs anciens, des réflexions de théologiens orthodoxes contemporains sur la théologie et la place des images dans trois traditions que l’auteure connaît de longue date et sur lesquelles elle a publié plusieurs ouvrages: l’Église orthodoxe syriaque d’Antioche, l’Église arménienne, la tradition copte d’Égypte et celle de l’Église éthiopienne.

Quenot"Le Christ Sauveur", Preveza (Grèce) © M. QuenoDans chacune de ces traditions, la présence et la vénération des images est ancienne. Elles se réclament toutes du Mandylion, pièce de tissu portant, miraculeusement imprimée de son vivant, la face du Christ, première icône qui aurait été envoyée à Abgar, roi d’Edesse. Toutes ces traditions ont en commun la plupart des sujets représentés: le Christ et les scènes de sa vie, la Vierge Marie, les saints, les grandes fêtes de l’Église. Si les styles diffèrent localement, on note cependant des influences réciproques qui s’expliquent par la circulation de ces objets de piété rapportés par des pèlerins, notamment de Jérusalem, par des contacts entre les diverses communautés et après l’arrivée de voyageurs venus par exemple d’Occident.

Mais l’auteure insiste sur le fait que, partout, le rôle fondamental de l’icône est à la fois pédagogique et spirituel, visant à renforcer la foi des fidèles et appuyer leur prière. Parfois miraculeuse, elle ne doit cependant jamais être adorée, mais être vénérée parce que sa matérialité renvoie à ce qu’elle représente pour les croyants.

Un ouvrage de référence

Le grand intérêt de ce petit volume, qui n’a pas l’ambition d’être exhaustif, réside dans la foule de renseignements qu’il contient et les pistes qu’il suggère pour d’autres recherches. Aux nombreuses indications bibliographiques figurant dans les notes s’ajoutent des informations qui proviennent d’entretiens avec des interlocuteurs locaux ou appartenant à ces différentes traditions.

Une dernière partie offre des textes tirés des diverses liturgies de consécration des icônes, par ailleurs peu accessibles aux non-spécialistes. Cet ouvrage sera apprécié par celles et ceux qui souhaitent entreprendre des recherches systématiques sur le sujet. Ajoutons qu’il complète à certains égards le catalogue de la grande exposition sur les chrétiens d’Orient, présentée récemment à Paris, à l'Institut du monde arabe (voir l'article à ce sujet de Geneviève Nevejan, Christianisme oriental).

Lu 99 fois