bandeau art philo
lundi, 11 novembre 2019 16:55

Le Christ en balade dans la vallée de Tavannes

Écrit par

GeiserLe pasteur Charles-André Geiser a parcouru la vallée de Tavannes durant près d’une année à la rencontre de «témoins». Cent chrétiens évangéliques du Jura bernois partagent dans ce livre leur parcours de foi. Des récits touchants, parfois bouleversants, qui rapportent comment le Christ a frappé à la porte de «gens de chez nous».

Charles-André Geiser
100 témoins
Oladios, Le Fuet 2019

Charles-André Geiser n’en revient toujours pas. Lors du rassemblement chrétien One’ à Fribourg, le 2 novembre dernier, des personnes des quatre coins de la Suisse romande se sont approchées de la table où il signait des dédicaces pour le remercier. Toutes disent avoir dévoré son livre, sobrement intitulé 100 témoins. Ce petit ouvrage à la couverture rouge vif, ornée d’une centaine de photos-portraits, est sorti en juin dernier, concrétisant le projet «un peu fou» de ce pasteur évangélique jurassien.

Charles-André Geiser tentait alors d’achever l’écriture d’un roman d’amour que son éditrice le pressait de terminer, «mais j’avais envie de me frotter à la réalité et de savoir ce qui animait les chrétiens autour de moi», révèle-t-il. Virage complet de l’auteur, qui part en quête de témoignages de chrétiens évangéliques de cette région du Jura bernois située entre les villages de Court et de Tramelan, distants de vingt kilomètres. Plus de 600 heures de travail et presque le double de kilomètres auront été nécessaires au pasteur à l’âme de journaliste pour mener à bien son projet.

Témoin de la puissance du pardon

Le fruit de son travail? Un condensé de récits qui ont tous pour point commun de raconter une rencontre personnelle avec le Christ. «J’ai été stupéfait de constater que pour mes témoins, c’est avant tout la rencontre avec Dieu qui était importante, et en particulier avec Jésus», indique le pasteur. Les récits reflètent la diversité des chemins de foi, mais abordent presque tous la conversion comme choix personnel, et la valeur du pardon en tant qu’élément libérateur. Charles-André Geiser relate le témoignage de cette femme devenue veuve à 35 ans, avec deux enfants à charge. Son mari est décédé dans un accident de voiture dont il n’était pas fautif. «Elle a trouvé la force d’appeler le chauffard responsable du décès de son mari et lui a pardonné», lance l’auteur encore tout ému. «Cette capacité à pardonner a libéré cette femme d’un énorme poids ainsi que le chauffeur coupable.»

Un outil facilitateur de rencontres

«Dieu utilise toutes les circonstances de notre vie pour venir à notre rencontre. Peu importe la dénomination», affirme le pasteur. La zone géographique dans laquelle il a collecté ses témoignages compte cependant une proportion d’églises évangéliques beaucoup plus élevée que dans le reste de la Suisse. Environ 10% de la population de la vallée de Tavannes fréquente régulièrement une de ces communautés, contre 3 à 4% dans le reste de la Suisse. Mais «aucune de ces personnes n’a cherché à prêcher, elles racontaient simplement l’histoire d’une rencontre personnelle avec Jésus», argumente le pasteur. D’ailleurs, il ne considère pas que son ouvrage soit «coincé dans le milieu évangélique». Il le voit plutôt comme un outil facilitateur de communication entre des personnes d’une même région, voire d'au-delà. «Il sert à amorcer le dialogue sur des questions plus profondes et à créer du lien entre des individus se connaissant parfois simplement de vue», détaille-t-il. Les commandes d’ailleurs affluent de toute la Suisse romande, de France et de Belgique et «les librairies qui demandent des livres ne sont de loin pas toutes évangéliques», argue l’auteur.

Depuis la sortie de l’ouvrage, les échos sont positifs. Des gens l’arrêtent dans la rue ou lui écrivent pour lui dire combien ce petit recueil les a touchés. Mais le bénéfice de ce projet ne limite pas à cette renommée: les recettes engrangées seront affectées à des programmes humanitaires et de sponsoring chrétiens. Comme le dit son auteur: «Il y a plus de plaisir à donner qu’à recevoir.»

Lu 618 fois