bandeau art philo
dimanche, 20 décembre 2020 15:07

À l’image de Dieu

Écrit par

image de Dieu - les saints - recension BettensSainteté rime bien souvent avec canonisation. Dans sa dernière parution, la Commission de dialogue protestants/catholiques-romains de Suisse (CDPC) déconstruit cette compréhension univoque. Elle illustre son propos par la présentation de personnalités ne faisant pas partie des «saints» communément admis, mais pouvant légitimement constituer des «modèles authentiques pour la foi et pour l’Église».

Sven Büchmeier, Evelyne Graf, Marie-Louise Gubler,
Martin Ernst Hirzel, Pascale Rondez, Annemarie Schobinger

Heilig
Une publication, en allemand, de l’Église évangélique réformée de Suisse
et de la Conférence des évêques suisses, 2020, 65 p.

«Le monde semble s'intéresser aux «saints» […] Après avoir tapé le mot dans un moteur de recherche, ce dernier fournit plus de trois millions d’entrées en quelques secondes», relate la CDPC. Le sujet n’a cessé de diviser les deux grandes familles chrétiennes au cours de l’histoire. Sur mandat de la Conférence des évêques suisses et de l’Église évangélique réformée de Suisse, la CDPC a ainsi traité le thème des saints comme modèles de foi. Ce sujet lui tenait particulièrement à cœur, car elle souhaitait attirer l’attention «sur le rôle de pont que les saints peuvent revêtir» dans le dialogue œcuménique.

Chaque membre de la commission a rédigé un texte sur un être exemplaire librement choisi dans l’œcuménisme chrétien. Avec, pour particularité partagée, qu'«aucun d’entre eux n’est canonisé, mais que tous étaient témoins de Jésus au travers de leurs vies», soulignent les auteurs. Des existences marquées par «une expérience de rupture ou de crise». Ces vies pleines de contradictions «ressemblent aux fenêtres colorées des cathédrales, à travers lesquelles la lumière de Dieu émerge», note le comité de rédacteurs.

L’ouvrage décrit donc «la sainteté» au travers de six portraits, dont la travailleuse sociale française Madeleine Delbrêl (1904-1964), l’intellectuelle juive néerlandais Etty Hillesum (1914-1943), la carmélite française Thérèse de Lisieux (1873-1897), le théologien protestant allemand Jochen Klepper, la fondatrice du mouvement catholique des Focalari Chiara Lubich (1920-2008) ou encore le deuxième secrétaire général des Nations Unies Dag Hammarskjöld (1905-1961).

«[…] Bien sûr que la vie des saints et leur vénération ont beaucoup de choses déconcertantes et sont matière à discussions au sein de l’Église catholique et aussi entre les Églises. Mais s’intéresser à des personnes qui ont vécu leur vie consciemment devant Dieu recèle plutôt le potentiel d’une manière commune d’être chrétien et d’être Église: nous découvrons plus de points communs dans la foi et nous découvrons sa pertinence pour les gens d’aujourd’hui. Nous apprenons comment la foi peut transformer les gens et peut amener à la profondeur et à mener une vie courageuse et tournée vers le monde», affirme la Commission.

La seconde partie de l’ouvrage nous donne à découvrir les visages de douze «saints de la vie quotidienne», en textes et en images. L’artiste Pia Petri Maurer illustre par des photos de personnes de la vie de tous les jours que la sainteté n’est pas quelque chose de réservé à une élite. Au contraire, elle n’est autre que la vocation «normale» de l’humain en tant que visage de Dieu et elle peut être vécue au quotidien.

Librement accessible sur le site de la Conférence des Évêque Suisses (CES) et de l’Église évangélique réformée de Suisse (EERS), Heilig n’existe, pour l’heure, que dans la langue de Goethe, mais une traduction française est prévue prochainement.

Lu 149 fois

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Hier traîtres ou champions de la version, aujourd’hui passeurs de culture, voire même auteurs, les traducteurs suscitent un intérêt certain. Une évolution qu’analyse Josée Kamoun.