bandeau art philo
lundi, 21 février 2022 14:58

Cent femmes qui ont fait Lausanne

Écrit par

100 femmes qui ont fait LausanneCent destins de pionnières, lausannoises de naissance, de cœur ou de passage, aussi bien connues qu’inconnues ou oubliées, sont retracés dans un ouvrage collectif joliment illustré. Une brillante idée doublée d’une savante recherche qui invite à se décliner pour chaque ville suisse, et même au-delà. Des portraits instructifs et inspirants, alliés à une écriture claire, simple et fluide, qui sondent les obstacles que ces femmes ont dû battre en brèche selon les époques.

Le plus prégnant dans cet ouvrage, c’est l’universalité de son propos. Bien qu’il s’agisse de Lausanne, l’analyse, l’approche et le travail historique de recherche concernent avant tout les femmes. Un état des lieux édifiant qui s’étend du Moyen Âge à nos jours. C’est donc avec intérêt et curiosité qu’on découvre celles qui ont fait cette ville, sise dans le canton de Vaud. Sur plus de 150 pages, scindées en douze chapitres sectoriels, militantes, scientifiques, actrices, photographes, peintres, écrivaines, sportives, infirmières, journalistes, philanthropes ou pédagogues sont ainsi vent debout contre les diktats et la bienséance patriarcale. Aujourd’hui, certain·e·s pensent encore que les époques définissent plus facilement les actes. Ces pionnières prouvent le contraire, trouvant le courage d’être ce qu’elles sont et de devenir ce qu’elles aspirent dans des contextes autrement plus impossibles qu’au XXIe siècle.

Portraits choisis

À travers ces cent parcours individuels, il fallait bien une écriture collective pour rendre compte des débats actuels sur la représentation, la place et la reconnaissance des femmes dans l’histoire, la société et l’espace public. La touche appréciable de cet ouvrage, initié par la Ville de Lausanne, c’est aussi son accessibilité par sa forme illustrée, conçue par Hélène Becquelin, graphiste, illustratrice et dessinatrice de bande dessinée. Les dessins ponctuant les textes donnent non seulement du rythme et de la couleur, mais surtout un attrait ludique et poétique à l’ensemble.

CentFemmes Lesanonymes IllustrationBecquelinDans le champ de la sélection, certaines personnalités restent notables. À l’exemple de la romancière Alice Rivaz (1901-1998), née à Rovray, qui a souvent écrit pour dénoncer ces hommes confondant «obéissance et amour» au sein du foyer. Son roman La paix des ruches vient ainsi en amorce du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir et des romans féministes de Benoîte Groult. Mais aussi de la peintre Alice Bailly (1872-1938), née à Genève et installée à Lausanne, qui a coorganisé la première exposition cubiste en Suisse, et de l’artiste emblématique Aloïse Corbaz (1886-1964), exposée au musée de l’Art brut. Ou encore ailleurs de Marie-Claude Leburgue (1928-1999), premier reporter femme à la radio pour son émission «Réalités» dédiée aux mouvements féministes.

Plus loin, deux icônes se démarquent par leur évidence: Coco Chanel, décédée à Paris mais enterrée au cimetière du Bois-de-Vaux à Lausanne après y avoir vécu entre 1945 et 1954, puis dès 1966, et Françoise Giroud, journaliste, écrivaine et ministre de la culture française, qui a vu le jour à Lausanne, même si elle a souvent revendiqué être née à Genève. Elle s’est néanmoins très vite installée à Paris pour y co-fonder le magazine L’Express.

Faire fi des conventions

L’équipe derrière ce recueil (Joëlle Moret, Simon Affolter, Morgane Arrayet, Amélie Nappey-Barrail, Isabelle Falconnier, Corinne Dallera et Ariane Devanthéry) met ainsi brillamment en lumière ces figures féminines passées sous le rouleau compresseur de l’invisibilité et de la mise au ban. Si la Suisse a tardé à octroyer le droit de vote aux femmes sur le plan fédéral, au regard d’autres pays, certains portraits donnent consistance à ces militantes politiques et sociales de la première heure. Dans le secteur de la santé, il est intéressant d’apprendre que l'Hôpital Necker à Paris a été fondé par la Lausannoise Suzanne Curchod (1737-1794), mère de Madame de Staël et épouse de Jacques Necker, ministre des finances de Louis XVI.

CentFemmes AntoinetteQuinche avocate IllustrationBecquelinPlace est faite bien sûr à celles qui ont ouvert la voie de l’Alma Mater alors seulement accessible aux hommes. À l’image d’Antoinette Quinche (1896-1979), première avocate des femmes, parvenue à entrer en pionnière au Collège classique cantonal grâce à son père exigeant de voir le règlement (inexistant) qui stipulait l’interdiction des cours aux filles. De son côté, Alice Curchod Pidoux (1907-1971), née dans un milieu modeste, montre les facultés des femmes à savoir tout entreprendre seules, en multipliant plusieurs taches en même temps. Elle a écrit des romans pour la jeunesse, tout en créant une école d’assistantes sociales et sa maison d’édition.

Les sportives ne sont pas en reste. Lolette Payot (1911-1988), née à Montchoisi, a été la meilleure joueuse de tennis avant l’arrivée de Martina Hingis, tandis que la Franco-suisse Henriette d’Angeville (1794-1871) fut la première alpiniste au sommet du Mont-Blanc. De même pour le septième art, avec la Française Capucine (1928-1990), qui a vécu trente ans à Lausanne. Si cette icône d’Hollywood oubliée a joué devant la caméra de Fellini, Cukor et Mankiewicz, elle fut notamment l’amie d’Audrey Hepburn, établie elle-même à Tolochenaz dans le canton de Vaud.

Mise au point

CentFemmes Marie Feyler medecine IllustrationBecquelinAu fil des pages, l’analyse brille par son actualité sous le prisme d’autres destins saisissants, comme celui d’Enrique (Henriette) Favez (1791-1856) via sa lutte sur l’identité de genre, passant d’Henriette la Lausannoise à Enrique le chirurgien à Cuba. Et de Claire Rubattel (1933-2012), politologue et docteure en sociologie. La Lausannoise fut la première à créer les «études de genre» après avoir été refusée à un poste de professeure à l’Université de Neuchâtel en raison de son sexe. Pour autant, pas d’hommage digne de ce nom sans mentionner nos «Sorcières». Car après tout, sommes-nous vraiment sorties de Salem? Jaquette de Clause (XVe siècle) est ainsi la première Sorcière lausannoise accusée par une société alors méfiante des femmes aux statuts civils irréguliers. L’ouvrage se clôt en rendant grâce à toutes les anonymes.

De longues batailles donc, contre les interdits, les stéréotypes et les discriminations, pour non seulement acquérir droits et libertés, mais aussi continuer à les maintenir aujourd’hui. Ainsi, sous l’impulsion de la municipalité de Lausanne et des éditions Antipodes, une part de justice est rendue ici pour ne plus laisser écrire l’histoire officielle par des hommes qui préfèrent oublier et effacer ce qui constitue le monde dans son entièreté.

 

100 femmes qui ont fait Lausanne100 femmes qui ont fait Lausanne
Dans les pas des pionnières
Collectif, Illustration Hélène Becquelin
Lausanne, Antipodes 2021,158p.

Lu 361 fois

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Hier traîtres ou champions de la version, aujourd’hui passeurs de culture, voire même auteurs, les traducteurs suscitent un intérêt certain. Une évolution qu’analyse Josée Kamoun.


Michel Gounot Godong

Scénarios de films imbibés de whisky, cinéastes alcooliques, publicités pour des marques de bière: l'ivresse côtoie depuis des décennies Hollywood. Virée éthylique avec Patrick Bittar dans le cinéma étasunien.