bandeau art philo
mercredi, 15 juin 2022 10:35

La rebelle d’Alep

AlMaariDouha Al Maari, Tristane de Choiseul
La rebelle d’Alep
Paris, Albin Michel 2022, 320 p.

Ce livre est d’abord un témoignage individuel glaçant sur le régime syrien, retranscrit par une femme médecin qui se consacre aux demandeuses d’asile et réfugiées politiques en France. Douha Al Maari est née en 1962 à Alep, dans une famille bourgeoise, musulmane sunnite aux idées plutôt modernes. Elle vit une enfance puis une jeunesse aisée et heureuse.

Mais l’enfer commence avec son mariage à quinze ans: violences et même viols conjugaux de la part d’un mari buveur et joueur. Elle devient mère de deux fils, avant que son époux la quitte. Elle fait des études, entreprend une vie professionnelle réussie comme guide touristique.

Tout bascule à nouveau en 2011 avec la révolution syrienne, sur la lancée du Printemps arabe. Douha Al Maari relate la répression sauvage par Bachar El Assad. Ses propres fils sont arrêtés et torturés de façon innommable. Elle-même, arrêtée à son tour pour avoir participé activement aux manifestations pacifiques, choisit comme ses fils l’exil, d’abord en Turquie puis à Lesbos et enfin en France, alors qu’une terrible guerre civile déchire son pays. De courts chapitres intermédiaires racontent le difficile vécu des réfugiés à Paris, jusqu’à l’obtention tant attendue de leur permis de séjour.

L’intérêt du livre est qu’il dépasse cette histoire personnelle, à la fois bouleversante et remplie d’espoir, pour peindre une vaste fresque des événements en Syrie depuis l’accession au pouvoir du clan alaouite des Assad. Il nous permet aussi de mieux connaître et apprécier la riche culture millénaire de la Syrie, avec ses monuments historiques, ses mets délicats, ses traditions musicales, la vie intense de ses souks et bazars, sa grande diversité religieuse. Voilà donc un récit de vie qui, d’une part, témoigne d’un grand courage et d’une formidable capacité de résilience et, d’autre part, constitue un acte d’accusation accablant contre un régime sanguinaire toujours en place.

Lu 326 fois
Plus dans cette catégorie : « Batouala Meurs et deviens »