bandeau art philo
mercredi, 15 juin 2022 10:32

Batouala

Écrit par

MaranRené Maran
Batouala
préface d’Amin Maalouf
Paris, Albin Michel 2021, 272 p.

Nous sommes en 1921. Une voix s’élève contre le colonialisme, celle de René Maran, né en 1887 en Martinique de parents guyanais, auteur antillais, alors fonctionnaire de l’administration coloniale française en Afrique et en poste à Oubangui-Chari (Afrique équatoriale française). Un fonctionnaire noir d’une autorité blanche. «J’ai mis six ans à y traduire ce que j’avais là-bas entendu, à y décrire ce que j’avais vu. […] Sept ans ont suffi pour la ruiner de fond en comble […] La civilisation est passée par là.»

Les éditions Albin Michel éditent alors son roman Batouala, dont la préface fustige la colonisation: «Civilisation, civilisation, orgueil des Européens, et leur charnier d’innocents […] Tu bâtis ton royaume sur des cadavres. Quoique tu veuilles, quoi que tu fasses, tu te meus dans le mensonge […] Tout ce que tu touches, tu le consumes…» Ces propos ont provoqué un véritable scandale, ce qui n’a pas empêché leur auteur de recevoir le prix Goncourt en 1921. René Maran rentre en France en 1923 où il poursuivra une carrière d’écrivain, de journaliste littéraire et radiophonique à Paris.

Son roman est né d’une observation ethnologique d’un village africain, en Oubangui-Chari, une région riche en caoutchouc et très peuplée. Dans un langage succulent, il décrit les mœurs et coutumes locales d’un village et de son chef Batouala. On vibre dans la brousse avec les animaux et ses habitants. Ernest Hemingway écrira à ce sujet: «On hume les odeurs du village, on en partage les repas, on voit l’homme blanc tel que l’homme noir le voit, et après y avoir vécu, on y trouve la mort.» On assiste aussi aux fêtes, aux rites, à la chasse … jusqu’à la disparition totale du village et de ses habitants.

Liberté de penser et d’être … à savourer au moment où le prix Goncourt 2021 a été attribué à un Africain, Mohamed Mbougar Saar, pour son livre La secrète mémoire des hommes (coédition Philippe Rey et Jimsaan).

Lu 70 fois
Plus dans cette catégorie : « L’Oiselier La rebelle d’Alep »

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Hier traîtres ou champions de la version, aujourd’hui passeurs de culture, voire même auteurs, les traducteurs suscitent un intérêt certain. Une évolution qu’analyse Josée Kamoun.


Michel Gounot Godong

Scénarios de films imbibés de whisky, cinéastes alcooliques, publicités pour des marques de bière: l'ivresse côtoie depuis des décennies Hollywood. Virée éthylique avec Patrick Bittar dans le cinéma étasunien.