banner societe 2016
jeudi, 03 juillet 2014 14:22

Turquie. Chronologie politique contemporaine

Écrit par

Pour mieux appréhender les enjeux de la situation politique de la Turquie de 2014 (voir l'article suivant), un bref mémento des événements récents de son histoire peut s'avérer utile.

1938 : mort de Mustafa Kemal ; Ismet Inönü lui succède[1]
1946: naissance du multipartisme
années 50 : hégémonie du Parti démocrate ; libéralisme politique et économique et adoucissement des mesures antireligieuses d'Atatürk
1960 : coup d'Etat des opposants militaires et civils
1961 : nouvelle Constitution ; deux partis dominent l'Assemblée nationale : le Parti républicain du peuple, avec Ismet Inönü, et le Parti de la justice, héritier du Parti démocrate dissous, avec Süleyman Demirel
1965 : renforcement du Parti de la justice qui adopte une ligne ultra-libérale et ultra-nationaliste, avec l'appui aux Chypriotes turcs et l'expulsion de nombreux Grecs d'Istanbul
1970 : crise économique et sociale
1971 : intervention de l'armée
1972 : Inönü est remplacé par Bülent Ecevit, de tendance sociale-démocrate
1973 : victoire relative du Parti républicain du peuple et coalition avec le Parti du salut national islamique et social de Necmettin Erbakan
1980-1983 : coup d'Etat militaire et dissolution de l'Assemblée nationale ; le régime est bien accueilli par la population qui recherche plus de sécurité
1983-1989 : lent retour à la démocratie et élections législatives : le Parti de la mère patrie de Turgut Ozal l'emporte, suivi du Parti du peuple, de tendance centre gauche ; promotion d'un islam ottoman par le gouvernement d'Ozal afin de court-circuiter les radicaux : soutient des confréries soufies, autorisation du port du voile à l'université ; formation de théologiens ; constitutions d'écoles par les organisations islamiques
1991 : gouvernement de coalition de centre droit et de centre gauche
1993 : Tansu Ciller, première femme chef du gouvernement ; décès d'Ozal, auquel Demirel succède ; refus de l'entrée de la Turquie dans l'Europe par l'U.E. ; renforcement des mouvements d'inspiration islamique, surtout dans les grandes villes ; violences kurdes et répression militaire
1998 : Tayyip Erdogan est condamné à 4 mois de prison pour incitation à la haine sur base religieuse
2002 : élections parlementaires : 34 % des voix pour le Parti de la justice et du développement d'Erdogan (AKP), et 19,4 % pour le Parti républicain du peuple.

1 • D'après : Robert Mantran, La république turque, Paris, Guides bleus Turquie 1996, et Thierry Zarcone, La Turquie moderne et l'Islam, Paris, Flammarion 2004.

Lu 1690 fois

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL