bandeau art philo
mardi, 30 avril 2013 12:02

Première diffusion de Miss Bala, de Gerardo Naranjo

Écrit par

Sur Canal+ Cinéma, vendredi 3 mai, à 20h45

Présenté à Cannes il y a un an en section « Un certain regard », Miss Bala est diffusé sur Canal+ Cinéma et c’est une excellente surprise. Alors que chaque jour, quantité de thrillers formatés inondent nos TV, ce film mexicain témoigne d’une approche véritablement singulière du genre : ici le « frisson » n’est pas recherché pour le plaisir, ni induit par une dramaturgie formatée, des personnages sadiques ou des effets grand-guignolesques. Gerardo Naranjo réussit simplement à nous plonger dans l’enfer de la vie actuelle au Mexique, un Etat de non-droit, gangrené par les organisations criminelles. C’est réaliste et diablement efficace.

Pour y arriver, le réalisateur colle constamment à son héroïne, Laura Guerrero (Stéphanie Sigman). Laura, jolie fille de 23 ans qui vit à Tijuana dans un milieu modeste, décide de se présenter avec une amie au concours de Miss Basse-Californie. En suivant cette amie au Millenium, un dancing minable, elle se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment : sa vie bascule avec violence dans un monde âpre et déshumanisé. La candidate Miss se retrouve prise dans les rets de « l’Etoile », une organisation criminelle, et plus précisément entre les mains de son chef, l’inquiétant Lino Valdez (Noé Hernandez).

Un monde s’impose alors à la jeune fille ordinaire et au spectateur « normal » (pour reprendre un terme politiquement en vogue en France), qui le subit en même temps qu’elle. Car tout, dans la mise en scène, contribue à faire partager l’expérience telle qu’elle est directement vécue par Laura : la caméra sur elle, même quand elle se retrouve au beau milieu d’une fusillade ; la faible profondeur de champ dans les plans rapprochés, avec le point sur Laura, laissant les visages des truands dans le flou ; le travail sur le hors-champ sonore des talkies-walkies, omniprésents au sein du fonctionnement mafieux… Comme Laura, on ne comprend pas bien ce qui se passe ; comme elle, on est manipulé, trimballé, surpris… C’est une expérience terrible, vécue dans l’hébétement et les réflexes de survie. « Je ne voulais surtout pas donner la parole aux criminels, comme le font tous les films américains, genre Scarface », dit Naranjo.

« Nous n’avons pas peur », se répètent les narcos alors qu’ils « opèrent ». Mais les forces destructrices détruisent en premier ceux qui les invoquent (l’espérance de vie dans les cartels est de 5 ans) ; et elles imposent surtout leur chaos à la société mexicaine tout entière. Naranjo nous balance en terrain miné, dans une ville où les explosions sont courantes, où les criminels arborent leurs fusils mitrailleurs au grand jour, où les sirènes de police hurlent constamment, mais où, selon le président mexicain lui-même, un policier sur deux est corrompu ! Proportion très sous-estimée selon le réalisateur, qui rappelle, dans un carton final, que depuis le début de la présidence de Felipe Calderon en 2006, « les cartels ont fait 35 000 morts ».

Inspiré d’un fait divers récent, basé sur les rencontres que le réalisateur a pu faire avec des narcos et la Reine de beauté impliquée, Miss Bala est un film engagé sur une nation prise au piège.

Lu 1341 fois

Concours de nouvelles pour jeune auteur

Ecriture pxhere

Vous écrivez et avez moins de 35 ans? Participez à notre concours pour jeunes auteurs.

Le règlement, c'est par ici