bandeau art philo
vendredi, 02 décembre 2016 11:05

Abrégé du mécénat genevois

Écrit par

PieterVeen filsCornelis etclerc© Musée d'art et d'histoire, GenèveNichée sur les hauteurs de Lens, en Valais, la Fondation Pierre Arnaud est allée chercher sous les stratus genevois les sucs de sa nouvelle exposition. Cette dernière met en lumière de petits trésors de la peinture flamande et hollandaise des XVIIe et XVIIIe siècles issus des collections du musée d’Art et d’Histoire de Genève. Des œuvres qui renvoient aux grands donateurs, et rappellent le rôle déterminant de la générosité des nantis à l’origine de nombre d’institutions, dont la Fondation Arnaud elle-même.

On oublie aisément le nom et les largesses des mécènes qui ont enrichi nombre de musées. Pas moins de vingt-neuf toiles, exposées à Lens, proviennent du legs de Gustave Revilliod (1817-1890). Il ne s’agit là que d’une part infime de sa libéralité au profit du Musée dont il est l’un des principaux donateurs. Très investi dans la vie publique, il avait assumé plusieurs charges, notamment celle de député et de membre du Grand Conseil. On connaît mieux cependant l’amateur d’art et le mécène infatigable, qui consacra l’essentiel de sa fortune à ses voyages de l’Europe et du bassin méditerranéen aux rives de l’Extrême-Orient et des Etats-Unis. Collectionneur boulimique, il acquiert au cours de ses périples des pièces d’orfèvrerie et de mobilier ; il se passionne pour la numismatique et la bibliophilie. Son intention : faire de ses acquisitions un corpus encyclopédique des civilisations qu’il destinait à ses concitoyens pour lesquels il fit bâtir l’actuel musée Ariana.

L’ensemble que Gustave Revilliod consacre au Siècle d’or hollandais témoigne du goût traditionnel des collectionneurs genevois pour les écoles du Nord. Il clôt un XIXe siècle qui aura largement contribué à la revalorisation des peintres flamands et hollandais. Toute une lignée d’amateurs, tels les joailliers François et Jacob Duval, qui faisaient par ailleurs commerce de tableaux, l’avait précédé dès le début du XIXe siècle. Les peintures sacrées de Nicolaes Berchem et les paysages d’Hobbema, de Wouwerman ou de David II Tenier exposées à Lens avaient été acquis par cette fratrie. La Fondation Arnaud illustre aussi, par une quinzaine de toiles, le legs effectué en 1942 par Guillaume Favre. Mort sans héritier directs, il offrit à son tour à la ville, et plus précisément au musée d’Art et d’Histoire, la collection que son arrière-grand-père avait initiée.

L’exposition reflète ainsi le goût des Genevois, de plus en plus nombreux au XIXe siècle, pour les écoles du Nord dont ils ont unanimement aimé la diversité des genres. Témoin, l’austérité des intérieurs calvinistes de Pieter I Neeffs ou Dirck van Delen, et l’exaltation sacrée de la Crucifixion de Karel Dujardin qui côtoient le climat enjoué de la Kermesse de Pieter de Bloot. La Fondation s’est attachée à rendre compte de ce vaste panorama, qui s’étend du paysage, de la nature morte et de la peinture animalière à la scène de genre. Un intérêt non démenti s’est traduit à l’époque contemporaine par de récentes études scientifiques, ainsi que par près de sept années de restauration qui nous font redécouvrir dans tout leur éclat ces quelques quatre-vingts œuvres.

G. N.

Peintures flamandes et hollandaises du musée d’Art et d’Histoire de Genève, jusqu’au 22 janvier, Fondation Pierre Arnaud, Lens (Valais), www.fondationpierrearnaud.ch

  MAH Ge photo Bettina Jacot Descombes2- © Musée d'art et d'histoire, Genève

Rubens3- © Musée d'art et d'histoire, Genève

Légendes images:

1. Jan van Ravestyn (La Haye, vers 1572-La Haye, 1657) Pieter van Veen, son fils Cornelis et son clerc Hendrick Borsman, vers 1620, Huile sur bois de chêne, 126,1 x 114,4 cm
Historique: La Haye, Pieter van Veen, jusqu’en 1629; La Haye, Cornelis van Veen, 1629-1687; La Haye, Elisabeth van Veen, 1687-1694 ; Bois-le-Duc, Jan Hendrik de Bacquer; Bois-le-Duc, Pieter Mathijs de Bacquer; Leipzig, Gottfried Winckler, avant 1768-1795; Saint-Pétersbourg puis Genève, Jacob Duval, vers 1804-1824; Genève, Guillaume Favre-Bertrand, 1824-1851; Genève, Alphonse Favre, 1851-1890; Genève, Léopold Favre, 1890-1922; Genève, Guillaume Favre, 1922-1942; legs, 1942; inv. 1942-22.
Photo: Yves Siza

2. David II Teniers (Anvers, 1610-Bruxelles, 1690) Paysage et animaux, vers 1660-1670, Huile sur bois de chêne, 18,4 x 26,4 cm
Historique: duc d’Arberg; Genève, James Audéoud, vers 1830-1857; Genève, hoirie Audéoud, 1857-vers 1870; Genève, Gustave Revilliod, vers 1870-1890; legs, 1890; inv. CR 311.
Photo: Bettina Jacot-Descombes

3. Atelier de Pieter Paul Rubens (Siegen, 1577-Anvers, 1640) Portrait de Domingo Ruzzola, vers 1621, Huile sur bois de chêne, 64,1 x 48,4 cm
Historique: Genève, Pierre Fabri, 1800-avant 1849; Chambésy (Genève), Alexis Saladin, avant 1849-1875; Genève, Ernest Saladin, 1875-1911; legs, 1911; inv. 1911-64.
Photo: Bettina Jacot-Descombes

* Geneviève Nevejan est enseignante à l’École du Louvres. Retrouvez tout ses articles pour choisir sous la rubrique expositions.

Lu 665 fois