bandeau art philo
mercredi, 04 novembre 2015 14:37

L'anarchie chrétienne

Écrit par

Guillebon 45206Jacques de Guillebon, Falk van Gaver
AnarChrist ! Une histoire de l’anarchisme chrétien
Paris, Desclée de Brouwer 2015, 398 p.

Deux auteurs pour une histoire, mais une histoire où se mêlent les noms les plus divers. Parmi ceux-ci, de nombreuses figures auxquelles ni vous ni moi n’aurions spontanément accolé le qualificatif d’anarchiste. Il faut en effet se défaire totalement, avant d’aborder cet ouvrage, de toutes les images négatives que véhicule le concept ordinaire d’anarchiste. Les auteurs nous avertissent d’emblée : « Entendons-nous bien, l’anarchie [dont il s’agit ici] ce n’est pas le désordre, ni la guerre civile, ni la lutte de tous contre tous [...] L’anarchie, c’est une modification intime de la relation des hommes, une modification interne du pouvoir, une conversion du pouvoir qui se fait service - et humble service. [...] Anarchie égale liberté, et la liberté est exigeante. Autonomie, autogestion, autodiscipline, maîtrise de soi, chasteté, ascèse, simplicité volontaire, vertu, morale. L’anarchie est éminemment morale et tend au développement de la vertu personnelle - et commune. »


Si le ton est donné, reste le devoir de saisir le fait chrétien qui lie à cet anarchisme-là les diverses personnalités que les auteurs font défiler devant nos yeux. En premier lieu Proudhon, proche des anarchistes classiques (Kropotkine et à sa façon Tolstoï) ; puis, du côté catholique, Léon Bloy et, du côté protestant, Jacques Ellul. A chaque fois, le refus d’un ordre injuste - Mounier parlera d’un « désordre établi » - peut représenter non seulement le rejet de l’injustice mais le refus même de l’ordre en soi. Et c’est finalement là que se découvre l’anarchisme. La désobéissance en fait partie, mais en vue d’obéir librement à sa seule conscience ou à une illumination qui fait du refus une grâce. S’agissant d’Ellul, juif converti : « Protestant, le mot lui va comme un gant. Pour lui, les chrétiens ont une mission prophétique [...] L’Evangile est la vraie révolution qui doit détruire les faux dieux de la société... »
Mais alors, n’est-ce pas ratisser un peu large que d’écrire : « En fait, toute anarchie moderne commence par le Moyen-Age, contre la vanité moderne. » Je note antimoderne, ce qui vaut autant pour un certain art, pictural et poétique, pour Charles Péguy, que pour un philosophe tel que Jacques Maritain, certes anticonformiste et filleul de l’« anarchiste » Bloy, mais inventeur d’un nouvel ordre chrétien, éthique et politique.
Quatre cents pages qui donnent évidemment de nombreuses occasions de se poser des questions, d’hésiter à lier le refus dadaïste de toute règle et le mouvement des prêtres ouvriers par moments en rupture avec l’ordre ecclésial ; quatre cents pages bien informées, qui invitent à se laisser surprendre.

Lu 1488 fois

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Hier traîtres ou champions de la version, aujourd’hui passeurs de culture, voire même auteurs, les traducteurs suscitent un intérêt certain. Une évolution qu’analyse Josée Kamoun.


Michel Gounot Godong

Scénarios de films imbibés de whisky, cinéastes alcooliques, publicités pour des marques de bière: l'ivresse côtoie depuis des décennies Hollywood. Virée éthylique avec Patrick Bittar dans le cinéma étasunien.