bandeau art philo
mardi, 25 mai 2021 10:59

La littérature grecque d’Homère à Platon

FedouMichel Fédou
La littérature grecque d’Homère à Platon
Enjeux pour une théologie de la culture
Bruxelles, éd. jésuites 2019, 480 p.

Ce livre, nous dit l’auteur -un jésuite agrégé de lettres classiques, helléniste et théologien- , n’aurait pas pu voir le jour s’il ne lui avait pas été donné de pratiquer deux disciplines bien distinctes: les lettres classiques et la théologie chrétienne. Dans le contexte des traditions culturelles et religieuses de leur temps, les auteurs de l’Antiquité chrétienne ont rendu compte de la voie du Christ. Ce faisant, ils prenaient le risque de se voir accusés d’hellénisation du christianisme.

Divisé en trois parties, l’ouvrage nous donne d’abord le récit de l’épopée, récit historique où nous trouvons «Homère et ses héros de l’Iliade - Hélène, Agamemnon, Ajax, Diomède, Ulysse, Hécube, Andromaque, Achille». Chez Homère, le monde des dieux est aussi appliqué aux choses de la terre et aux humains. L’auteur nous parle donc de poésie. Ils sont très nombreux les poètes qu’il présente successivement! Le tragique traverse l’histoire. Peines et joies des héros se sont maintes fois faits prières.
La deuxième partie (très longue) décrit le théâtre à travers des auteurs tels que Sophocle, Euripide, Aristophane. Enfin la troisième partie traite de philosophie et de religion avec les présocratiques, puis Socrate et Platon. Certains personnages ou épisodes de la littérature grecque peuvent être perçus de point de vue chrétien comme ayant une valeur figurative ou typologique.
En plongeant dans les textes anciens, on se confronte à des conflits entre auteurs orientés de manière inverse (Celse et Origène, Cyrille d’Alexandrie et Julien, et d’autres encore). Beaucoup d’écrivains du début du christianisme lurent les écrits de l’Antiquité grecque, y découvrant de nombreuses erreurs mais aussi de grandes proximités entre certains enseignements de Platon (empruntés ou volés à Moïse) et la doctrine biblique. L’histoire de la Révélation et du Salut est coextensive à toute l’histoire du monde, mais son sommet insurpassable est atteint avec l’Incarnation.
Pour Michel Fédou, il incombe donc à la théologie de s’intéresser encore à la littérature de ce monde antique, car les chrétiens de notre temps doivent entrer dans un vrai dialogue avec les autres croyants pour qu’une réflexion de fond se fasse sur le rapport du christianisme avec les autres traditions culturelles et religieuses. L’auteur espère qu’en relisant des textes de l’Antiquité grecque, une réflexion soit menée sur les cultures et les religions de l’humanité, réflexion spécialement nécessaire dans le contexte du continent asiatique (hindouisme, bouddhisme).

Lu 454 fois