banner politique 2016

Jean-Blaise Fellay sj

md1205041981Les problèmes de rupture ecclésiale sont intimement liés aux changements culturels. La séparation du XIe siècle entre les Églises d’Orient et d’Occident provient en grande partie de l’éloignement linguistique entre le monde oriental de culture grecque, dominé par le patriarcat de Constantinople, et celui du monde latin, gouverné par la papauté romaine. La liturgie, la pensée, les sensibilités, les mœurs, le droit avaient évolué de manière autonome et devenaient incompréhensibles aux autres, jusqu’à provoquer la rupture.

Reformatoren GruppenportraitPortrait du groupe des réformateurs, anonyme
©Wikimedia Commons
Le mouvement œcuménique s’est manifesté d’abord dans le protestantisme. Celui-ci s’est divisé en courants divers, du vivant de Luther déjà. Au-delà des principaux mouvements luthérien, zwinglien, calviniste et anglican, une foule d’Églises dites «évangéliques» se sont multipliées au cours des siècles. Aujourd’hui, on en dénombre plus de 1200 en Afrique seulement. Des tentatives d’accord se sont faites avant les ruptures définitives au XVIe siècle dans l’Empire allemand et avant la réunion du concile de Trente, mais sans réussites probantes.

Eglise Erlenbach im Simmental Interieur wikiÉglise d'Erlenbach, peintures murales des XIVème, XVème et XVIème siècles. ©Wikimedia CommonsLe groupe des Dombes a joué un rôle très particulier dans le développement de l’œcuménisme. L’abbé Paul Couturier, un lyonnais né en 1881, en est à l’origine. C’est un scientifique, un physicien profondément spirituel. Proche de Teilhard de Chardin sj, il est convaincu que l’humanité toute entière doit marcher vers l’unité. Mais pour la réaliser, il faut commencer par la dimension spirituelle et donc par la prière. C’est ainsi qu’il va lancer en 1933 la Semaine de prière pour l’unité, devenue une institution de portée mondiale. Son idée directrice: «l’Unité que Dieu voudra, par les moyens qu’Il voudra.»

mercredi, 20 juin 2018 11:15

Aller à l’essentiel

Longet

René Longet
Aller à l’essentiel
Repères pour notre temps
Entretiens avec Sandra Widmer Joly
Bière-Nîmes, Cabédita-Riresc 2016, 104 p.

Partir de l’«indignez-vous» pour aller à l’«engagez-vous». Agir, fédérer, se responsabiliser, prendre conscience des menaces et des défis, se regrouper pour atteindre plus d’efficacité, telle est la morale très volontariste de René Longet. Elle s’est manifestée dans une vie d’engagement à en donner le tournis.

mercredi, 18 janvier 2017 17:23

Le réformateur et le peintre

Luthe raphael choisir Fellay17Contemporains, certainement. Esthètes, sans aucun doute. Érudit, à n'en pas douter. Mais d'accord... Raphaël, le peintre de génie (à droite), et Martin Luther, le Père de la Réforme, ne partageaient en rien leur conception de la relation au divin. Jean-Blaise Fellay sj en fait la démonstration en juxtaposant la foi de deux hommes qui pour l'un excellait dans le geste et l'autre dans la parole pour transmettre leur vérité. «... Le génie souple de Raphaël parvient à présenter le monde intellectuel et religieux du pontife d’une manière aussi admirable sur le plan esthétique que dense sur le plan intellectuel. Il dépeint la théologie, la philosophie, les beaux-arts, le droit et la morale d’une manière telle qu’il en fait une somme de l’humanisme chrétien médiéval. C’est très éclairant, car c’est exactement ce que Luther va combattre.»

Page 2 sur 4