banner religion 2016
mercredi, 13 avril 2016 08:22

Moscou et Rome s'unissent pour reconstruire les églises de Syrie

Écrit par

eglise homsEglise Im Al-Zinar, Homs, septembre 2012

Le Patriarcat de Moscou et le Saint Siège vont collaborer pour la reconstruction des églises chrétiennes détruites lors des opérations militaires ou des actions terroristes en Syrie. Il s’agit, en premier lieu, d’établir une liste détaillée des sanctuaires chrétiens, églises et monastères détruits, et de renforcer le témoignage commun des chrétiens sur la tragédie syrienne, note le Département des relations extérieures de l’Eglise orthodoxe russe.

A la demande du Patriarcat de Moscou et du Saint-Siège à Rome, une délégation bilatérale s’est rendue au Liban et en Syrie, afin d’examiner les mesures urgentes à prendre pour améliorer la situation des chrétiens de différentes confessions restés au Moyen-Orient. Cette préoccupation était au centre de l’entretien du patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie avec le pape François, lors de leur rencontre à La Havane le 12 février 2016. La délégation était composée de Mgr Paolo Pezzi, archevêque du diocèse catholique de la Mère de Dieu, à Moscou, de Stéphane Igoumnov, secrétaire pour les relations interchrétiennes du Département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, et de deux responsables de l’œuvre d’entraide catholique Aide à l’Eglise en Détresse (AED), le Père Andrzej Halemba, responsable pour le Moyen-Orient, et Peter Humeniuk, expert du monde russe à l’AED.


La délégation orthodoxe-catholique a rencontré à Damas, le 7 avril, des responsables de l’Eglise orthodoxe d’Antioche, qui regroupe la communauté chrétienne la plus importante de Syrie. Le même jour, la délégation a été reçue par le patriarche syro-jacobite Ignace Ephrem II. Le chef de l’Eglise syro-jacobite a souligné l’importance de l’initiative commune entreprise par le Patriarcat de Moscou et le Saint Siège. Il a détaillé les derniers changements dans la situation en Syrie, notamment la récente libération de la ville Al-Qaryatayn, entre Damas et Palmyre, récemment encore aux mains des terroristes de Daech. La plupart des habitants chrétiens de la ville sont des fidèles de l’Eglise syro-jacobite.

Indépendamment de l’appartenance religieuse
A Damas, dans les locaux du Patriarcat melkite catholique, des représentants des Eglises orthodoxe d’Antioche, syro-jacobite, melkite, syro-catholique, catholique arménienne, maronite, ainsi que le nonce apostolique à Damas, ont analysé la situation dans les régions ayant le plus souffert des terroristes. Ils ont souligné que l’aide organisée par les communautés chrétiennes de la région était accordée à tous les Syriens sinistrés, indépendamment de leur appartenance religieuse, profitant aussi bien aux chrétiens qu’aux musulmans.
Les représentants des Eglises de Syrie, constatant que la situation s’était sensiblement améliorée ces derniers temps, ont exprimé leur gratitude au gouvernement russe pour son rôle décisif dans la lutte contre le terrorisme et la résolution de la crise syrienne, relève le Patriarcat de Moscou.
Les participants de la rencontre ont défini plusieurs objectifs pour contribuer à la préservation de la présence chrétienne dans la région: nécessité de restaurer les églises et les monastères, des centres de cohésion des communautés chrétiennes, assurance pour les populations, en particulier pour les jeunes, de trouver un travail, restauration de l’infrastructure économique. Les Syriens attendent l’aide de la communauté internationale dès la fin de la guerre dans leur pays pour parvenir à ces objectifs.
«Tous ont constaté que les chrétiens ne souhaitaient pas quitter leur terre natale de Syrie et aspiraient à rentrer dans leurs villes et leurs villages dès qu’ils en auraient la possibilité», affirme le Patriarcat de Moscou, en soulignant la nécessité de renforcer la coordination du travail humanitaire entre les différentes confessions chrétiennes de Syrie. Et d’insister sur le fait que la rencontre de La Havane entre le patriarche Cyrille de Moscou et le pape François «a été un signe d’espérance pour les chrétiens du Proche Orient, stimulant la coopération interconfessionnelle dans la région».

(cath.ch-apic/be)

Lu 962 fois