banner religion 2016
vendredi, 09 septembre 2022 10:54

Père Albert Longchamp: «l’à-Dieu» à un vieux camarade

Écrit par

Messe «pour un à-Dieu» à Albert Longchamp sj, 7 septembre 2022, en l’église Sainte-Croix de Carouge © Céline Fossati«C’est d’un vieux camarade dont nous faisons mémoire aujourd’hui: Albert Longchamp, 1962-2022, soixante ans de compagnie», a lancé Jean-Blaise Fellay sj, lors de la messe «pour un à-Dieu» à son confrère, le 7 septembre 2022, en l’église Sainte-Croix de Carouge. Un adieu ému à un compagnon de route «fraternel» qu’il connaissait depuis leur noviciat jésuite à Fribourg. Beat Altenbach sj, qui présidait la cérémonie, a salué pour sa part en Albert un journaliste et un écrivain engagé de toute son âme pour proclamer l’Évangile du Christ, «un homme qui a marqué le paysage catholique de Suisse romande après le concile Vatican II».

L'église était remplie jusqu'aux derniers rangs. Les amis du prêtre journaliste vaudois, décédé le 4 août 2022 à Genève, à l’âge de 80 ans, sont venus nombreux pour lui rendre hommage. Derrière l’autel, devant lequel était posé l’urne du défunt, au-dessus d’une photo d’un Albert Longchamp souriant, le supérieur de la communauté des jésuites de Genève, le Père Altenbach, était entouré d’une quinzaine de concélébrants, dont les jésuites de Suisse romande et des amis prêtres. Au début de la cérémonie, Jean-Blaise Fellay a rappelé le parcours de son ami, le Père Longchamp, ordonné prêtre en 1973, après un long chemin qui l’amènera du Petit-séminaire Saint-Louis, au collège bénédictin d’Engelberg, puis à l'école de recrues à Lausanne, au noviciat à Fribourg, suivi d’études de Lettres à Laval, de philosophie dans un ancien couvent bénédictin, à Pullach, près de Munich, et d'études de théologie à Fourvière, à Lyon.

Vocation journaliste

Licence en théologie, licence en sociologie en poche, Albert, taraudé par la question sociale, a un rêve secret: il veut être prêtre ouvrier. Il demande de pouvoir rejoindre le Père Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart-Monde, puis veut travailler en usine. «Mais aucune chance de se faire engager comme ouvrier. À l’époque où règne le trotskisme, ce quadruple licencié universitaire paraît suspect. Il va distribuer les journaux de Témoignage chrétien. Le directeur Georges Montaron le repère, l’engage à la rédaction. Albert a trouvé sa véritable vocation, il sera journaliste (…) Toute sa vie il va ciseler des phrases, ajuster le vocable à la pensée. Il était journaliste par tempérament, il fut très heureux à Paris et à Témoignage chrétien.» Avant d’être rappelé à Genève pour rejoindre la revue jésuite choisir, qui traversait une grave crise.

Le «poil à gratter» de l’Église

En fin de cérémonie, avant l’absoute, Bernard Litzler, successeur d’Albert Longchamp comme rédacteur en chef de l’Echo Magazine, a évoqué la carrière d’Albert comme journaliste. «À peine prononcé, le mot de "journaliste" apparaît déjà comme trop limité pour contenir ce que fut sa vie professionnelle», assène l’ancien directeur du Centre catholique des médias Cath-Info, désormais diacre lausannois.

«Ce qui vient tout de suite à l’esprit quant à ce parcours, ce sont tes débuts à choisir, mensuel jésuite romand, où tu as fait tes armes, Albert, sous la houlette de personnalités comme Raymond Bréchet. choisir, une aventure éditoriale étonnante, qui t’a entre autres valu, au Vatican, une mémorable remontée de bretelles dont tu gardas un souvenir cuisant, à cause d’une enquête réalisée par Pierre Emonet sj [en février 1981, quand il publie dans la revue jésuite suisse romande un dossier solidement étayé sur l’Opus Dei: ndlr]. choisir t’a ensuite conduit à l’Echo Illustré. Cet Echo qui va devenir, sous ta houlette, l’Echo Magazine.»

Une pensée claire, solide, argumentée

«Tu savais trouver les mots, choisir les faits. Jamais la langue dans la poche, jamais des mots en l’air. Albert, tes éditoriaux ont imprimé la marque d’une pensée claire, solide, argumentée. Tout le monde ne te suivait pas, mais ta voix défendait un christianisme ouvert, attentif aux signes des temps, proche des gens, surtout des plus pauvres. Tu as souvent passé pour le "poil à gratter" de l’Église. Et pourtant, tu l’aimais cette Église. Mais tu ne supportais pas ses déviances, son cléricalisme, sa toute-puissance. Il a fallu qu’un jésuite comme toi devienne pape pour qu’on comprenne mieux encore qu’on peut être dans l’institution et vouloir qu’elle évolue. Merci, Albert, de ta fidélité farouche et de ton indépendance d’esprit!»

Des photos et le témoignage de René Grand, un ami d'Albert Longchamp, sont accessibles sur le site des jésuites de Suisse romande.


Albert Longchamp sj Photo: Céline FossatiUn peu plus sur Albert Longchamp sj

Albert Longchamp est né le 31 août 1941 à Echallens, dans le canton de Vaud. À la tête de l’Echo Illustré qui devint l’Echo Magazine, «il s’y dévoua sans compter pendant vingt ans. Cela ne lui suffisait pas. Il voyageait beaucoup, très intéressé par les problèmes du Tiers-Monde, il fréquentait les rassemblements de Puebla et de Medellin, documentait les problèmes de la théologie de la libération, les collusions des évêques argentins avec la dictature militaire. Il suivait les dérives de l’intégrisme catholique», a témoigné Jean-Blaise Fellay lors de la messe d’adieu. Il a rappelé que son condisciple donnait des cours d’éthique journalistique à l’Université de Fribourg, des conférences en France et en Romandie, qu’il s’engageait dans les organisations catholiques comme l’agence APIC, la Commission des médias de la Conférence des évêques suisses, l’Union catholique internationale de la presse (UCIP). «Cela lui laissait encore le temps de rédiger des biographies de saints et de présider l’association des Amis de Maurice Zundel, ce grand penseur et spirituel romand.»

«Il devint supérieur de la communauté, lui qui était toujours au dehors. On lui demanda même de devenir Provincial de Suisse. Comme toujours, il accepta», confie Jean-Blaise Fellay. «Albert était gentil, parfois trop gentil. Il était magnifique d’intelligence quand il pouvait réfléchir, de nuit, sur l’un de ses éditoriaux, il avait l’art de pondérer les choses. Mais porter la responsabilité directe de drames humains était une chose difficile pour lui. (…) Pour un homme de communication, comme Albert, c’était se trouver dans des conflits intérieurs impossible à maîtriser, surtout quand cela concernait des confrères et même, plus près de lui, sa propre famille. De là, je pense, l’irruption de l’alcool dans sa vie ⌈Albert Longchamp avait choisi d'en témoigner librement dans le dernier livre qu'il a écrit, Renaissance: l'alcool ou la vie⌉. Il avait beaucoup travaillé, trop fumé, ne s’était pas ménagé. Il fut soigné mais sa santé était irrémédiablement atteinte. Il est peu à peu entré dans le silence.» Le Père Albert Longchamp a aussi été membre du comité de la section suisse d’Aide à l’Église en Détresse AED/ACN durant 20 ans, dont il fut aussi vice-président jusqu’à démission en décembre 2016.

Lu 163 fois

jesuitesChoisir est une revue culturelle d’information et de réflexion, éditée par les jésuites de Suisse romande depuis 1959 - www.jesuites.ch

jesuitesinternational
Jésuites international est l'organisation caritative des jésuites de Suisse. Elle soutient des projets sociaux et pastoraux dans plus de 50 pays du monde.
Tous les trois mois, certains de ces projets sont présentés dans un supplément de la revue choisir.

Découvrez-les ici.

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL