bandeau actu2
mercredi, 13 mars 2019 09:18

H2O - la molécule fait son festival

Écrit par

Affiche HistEtCite2019Pour sa quatrième édition, le Festival Histoire et Cité prend l’eau. Au sens propre, pas au figuré. «Histoires d’eaux» est le thème de l’événement 2019 qui se tient du mercredi 27 au dimanche 31 mars, non seulement à Genève, mais également pour la première fois à Lausanne et à Sion.

La revue choisir se réjouit de se joindre à la manifestation en parrainant le vendredi 25 mars, à Uni Dufour, une conférence de Thomas Römer, et en proposant un dossier conséquent sur la thématique de l’eau dans son édition actuelle.

À Genève, Uni Dufour et sa Librairie historique éphémère gérée par Payot Libraire demeure le foyer principal des conférences et des tables-rondes du Festival, les projections se tenant aux Cinémas du Grütli. Dans la capitale vaudoise, l’Université de Lausanne (UNIL), la Bibliothèque cantonale et universitaire-Lausanne (BCUL) et le Musée cantonal d’archéologie et d’histoire (MCAH) déploieront leur programmation au Palais de Rumine, du 29 au 31 mars. En Valais, toutes les activités et conférences se tiendront aux Arsenaux de Sion.

Cinq affluents
Les quelques 120 évènements prévus sur cinq jours se déclineront autour de cinq axes principaux: H2O (enjeux environnementaux), La Gouvernance de l’eau (usages juridiques, sociaux, économiques et politiques), Les Peuples de l’eau (communautés au mode de vie aquatique), L’Imaginaire de l’eau (représentations, mythes et symboles), Eaux de vie, eaux de mort (hygiène, santé, risques et fléaux).

«L’eau recouvre 71% de notre planète et notre organisme en contient 65% à l’âge adulte. Indispensable à notre survie, son apport au quotidien semble couler de source sous nos latitudes. Pourtant, "l’or bleu" renvoie à des défis auxquels l’humanité doit aujourd’hui faire face, tant sur le plan écologique que politique, rappellent les organisateurs de la manifestation. Source de conflits et de vie, l'eau peut tout aussi bien s'ouvrir sur un imaginaire fertile et des mythes fondateurs, que revêtir une acception plus funeste.

Exégète, philologue et bibliste suisse d'origine allemande, Thomas Römer abordera la question de l'eau du point de vue du déluge lors d'une conférence parrainée par la revue choisir.

Noah mosaic wikimediaNoah mosaïque © wikimediaThomas Römer
Le mythe du déluge: Un déluge de questions
Vendredi 29 mars, de 12h à 13h
Genève - Uni Dufour, salle U300

Faisant écho au Festival, rappelons ici que le thème de l'eau comme enjeu de société fait l'objet d’un important dossier du numéro en cours de la revue choisir (n°690 - janvier-mars 2019). Retrouvez son sommaire ici

 

Choisis pour vous
Dans les dédales d’une programmation aussi prolifique qu’enthousiasmante, la revue choisir a sélectionné pour vous quelques événements genevois du Festival Histoire et Cité :

«Nationalisme hydrique: symboliques et imaginaires collectifs»,
mercredi 27 mars à 16h30 à Uni Dufour, salle U408

L'eau source de vie et aussi source de conflits récurrents. Ne dit-on pas que celui qui possède l'eau détient le pouvoir? Le nationalisme hydrique est au cœur d’une table ronde dont l’objectif est de décortiquer et de mieux comprendre la dimension symbolique de l’eau dans un contexte géopolitique spécifique et de saisir comment cette ressource permet de construire un imaginaire collectif. Avec :
Jeremy Allouche, chercheur à l'Institute of Development Studies de l'Université de Sussex
Julie Trottier, professeur et directrice de recherche au Centre National pour la Recherche Scientifique (CNRS, France).
Modération: Christian Bréthaut, co-directeur du Water Hub à Genève.

À lire sur choisir Eau! Ta formule relie. H20...

«Marchandise ou bien commun? La gouvernance municipale de l’eau en Suisse»,
vendredi 29 mars à 16h30 à Uni Dufour, salle U260

La Suisse, château d'eau de l’Europe, se trouve face à de nouveaux défis en termes de gestion des eaux. La modification de l’utilisation du sol et le changement climatique poussent les municipalités à planifier les ressources régionales différemment afin d'éviter les conflits portant sur les quantités d'eau disponibles.
Invités de la table ronde:
Dominique Dirlewanger, historien et enseignant à Lausanne, chercheur associé à l’Interface sciences-société de l’Université de Lausanne (UNIL).
Romain Felli, collaborateur scientifique à l’Université de Genève. Ses recherches portent sur les rapports socio-environnementaux et leurs régulations.
Cédric Humair, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne et chargé de cours à l’EPFL, où il enseigne l’histoire des énergies et des transports.
Modération : Géraldine Pflieger, professeure associée en politiques urbaines et de l’environnement à l’Université de Genève.
À noter: L'eau comme enjeu de société est au centre du numéro 690 de Janvier-Mars 2019 de la revue choisir, avec notamment un article de l'économiste Etienne Perrot, sur les questions soulevées par la privatisation de l'eau.

«Dieux d’eau»,
vendredi 29 mars de 15h30 à 17h à Uni Dufour, salle U300

L'eau incarnée par un vaste panthéon de divinités possède un pouvoir indéniable sur elle. Bienveillantes ou cruelles, ces divinités rendent compte des différents visages que l'eau peut prendre, tour à tour, bénéfique, puis maléfique. Une table ronde à laquelle prendront part:
Anna Angelini, docteure en anthropologie des mondes antiques de l’Université de Sienne, chercheuse post-doc à l’Institut Romand des Sciences Bibliques de l’Université de Lausanne.
Doralice Fabiano, collaboratrice scientifique à l’Unité d’Histoire et d’Anthropologie des religions de l’Université de Genève.
Youri Volokhine, licence ès lettres en histoire des religions à l’Université de Genève, après des études d’histoire des religions, d’égyptologie et de sanscrit, maître d’enseignement et de recherche en histoire des religions (Faculté des lettres, Université de Genève).
Modération: Philippe Borgeaud, historien des religions, professeur honoraire de l’Université de Genève, ancien chargé de cours à l’EPFL, à Beijing, Chicago, Colombus (Ohio), Modena, Paris et Princeton.
À noter: Pour approfondir le thème de l'eau dans les récits mythologiques, lire l’article de Philippe Borgeaud Une traversée mythologique.

«Femmes de l’eau»,
vendredi 29 mars de 17h à 18h30 à Uni Dufour, salle U408

Les enjeux liés à l’eau sont aujourd'hui particulièrement importants. Dans un contexte de pénurie, de pollution et de changement climatique préoccupant, la femme reste-t-elle encore, comme dans certaines cultures, la «gardienne de l'eau»?
Pour y répondre, le Festival Histoire et Cité propose une rencontre avec la journaliste Florence Hervé qui est partie à la découverte de femmes entretenant un lien essentiel avec l’eau par leur métier, leur créativité, leur engagement social ou sportif. Modération: Brigitte Mantilleri, responsable du service de l'égalité de l'Université de Genève.
Document de référence: Femmes de l'eau, de Florence Hervé et Thomas Schmidt, publié aux Éditions Slatkine en 2018.

«L’eau a-t-elle des droits»,
samedi 30 mars de 11h30 à 13h à Uni Dufour, salle U206

Accorder aux ressources naturelles le statut de personnes morales n'est plus un scénario si improbable que cela. Pour en parler, le Festival Histoire et Cité propose d'assister à une table ronde à laquelle prendront part:
Zaki Shubber, juriste spécialisée en droit international et national de l’eau ainsi qu’en diplomatie de l’eau, professeure de droit et diplomatie de l'eau à l'Université de Delft.
Bénédict Winiger, professeur ordinaire du Département d'histoire du droit et des doctrines juridiques et politiques de l'Université de Genève.
Mara Tignino, maître d’enseignement et de recherche à la Faculté de droit de l’Université de Genève et coordinatrice de la Plateforme pour le droit international de l’eau douce au Geneva Water Hub.
Modération: Sylvie Guichard, maître d'enseignement et de recherche au département d'histoire du droit et des doctrines juridiques et politiques.
À lire sur le sujet: L'eau bientôt personne morale? a fait l'objet d'un article sur le site de choisir.

«Les enjeux de l'eau au Moyen-Orient»,
samedi 30 mars de 14h à 15h30 à Uni Dufour, salle U600

La question des ressources pétrolières au Moyen-Orient fait souvent les gros titres de la presse. Pourtant, la raréfaction des ressources en eau, principalement en raison de conflits, de la croissance démographique et de l’urbanisation, constitue l’une des plus importantes menaces pour la région. Nous envisagerons les enjeux historiques et géopolitiques de l’eau à travers les cas de l’Égypte, de l’Irak et d’Israël/Palestine.
Une table ronde proposée par le Festival Histoire et Cité en partenariat avec Orient XXI, avec la participation de:
Habib Ayeb, géographe, enseignant-chercheur à l’université Paris 8 (Saint-Denis, France) et réalisateur. Spécialiste de géographie sociale.
Géraldine Chatelard, historienne et anthropologue des sociétés du Moyen-Orient contemporain, titulaire d’un doctorat de l’EHESS, ses travaux les plus récents concernent la relation entre politique et société en Irak autour de deux objets principaux.
Anita De Donato, s’est intéressée à l’eau comme objet de recherche socio-anthropologique dans son mémoire du Master 2 en Anthropologie (Univ. de Milan-Bicocca, 2011).
Modération: Alain Gresh, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique, directeur du journal en ligne OrientXXI.
À lire sur le sujet: Moyen-Orient, l’or blanc, source et arme des conflits, un article à lire dans la revue choisir n°690 en cours (janvier-mars 2019) consacrée à la problématique de l'eau.

Lu 616 fois

Retrouvez les propos du pape François parus dans choisir, assortis de 11 réactions de spécialistes !

Livre Pape 2

Avec, en exclusivité sur notre site, les propos de Pierre Emonet sj, directeur de choisir, et de Charles Morerod op, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg.