bandeau actu2

News

mercredi, 25 septembre 2013 11:38

Imams du Mali formés au Maroc

Écrit par

500 imams du Mali se formeront pendant deux ans au Maroc, selon les principes de "modération et de tolérance dans l’islam", afin de lutter contre les discours extrémistes dans les mosquées. Les deux pays ont signé, le 20 septembre 2013, un accord à ce sujet. Il s'inscrit dans le cadre de la contribution du Maroc à la reconstruction du Mali, dans un secteur "stratégique", face aux menaces de l'extrémisme.
"Le Maroc et le Mali partagent le même socle social et cultuel, depuis des siècles, notamment l'islam sunnite de rite malékite. Ils se réclament des mêmes valeurs de tolérance et d'ouverture à l'autre", indique l’agence de presse marocaine, MAP (Maghreb arabe presse). Les deux pays demeurent engagés pour "la paix, la sécurité, la stabilité, le développement et la bonne gouvernance politique et territoriale", ajoute le texte. Dans une déclaration à la télévision malienne, l’ambassadeur du Maroc au Mali, Hassan Naciri, a précisé que les imams seront formés selon les principes de "modération et de tolérance dans l’islam". Le Roi Mohamed VI a promis de veiller personnellement à que l’accord soit immédiatement appliqué et qu’il soit exécuté "dans de très bonnes conditions".
Entre mars 2012 et janvier 2013, le Mali a été occupé dans ses régions nord (Gao, Tombouctou et Kidal) par des groupes de radicaux musulmans qui y appliquaient la charia (loi islamique). Durant cette période, ils se sont illustrés par des exécutions sommaires, des lapidations, des amputations de mains ou de jambes, ainsi que par l’interdiction absolue de fumer, de vendre, de consommer de l’alcool, ou encore d’écouter de la musique. Dans les écoles, garçons et filles étaient séparés. Les islamistes radicaux ont été chassés au début de cette année par les armées française et malienne.
(apic/réd.)

Que le cri de la paix s'élève avec force pour un monde de paix. Plus jamais la guerre", c'est l'appel lancé le 1er septembre lors de l'Angélus Place Saint-Pierre par le pape François qui a confié toute sa douleur face aux évènements en cours en Syrie. Le pape a décidé que le 7 septembre prochain, veille de la Fête de la naissance de la Vierge Marie, serait pour l'Eglise une journée de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Proche-Orient et dans le monde. Il a invité les autres confessions chrétiennes à se joindre à cette journée, et les autres religions à s'y unir par des initiatives de leur choix. Le 7 septembre, le pape François a invité les fidèles à le rejoindre Place Saint-Pierre pour une veillée de prière de 19 heures jusqu'à minuit. "Le dialogue est la seule voie pour la paix. Que tous déposent les armes et se laissent guider par la voix de leur propre conscience pour ne pas se replier sur leurs propres intérêts, mais pour entreprendre avec courage le chemin de la discussion et de la négociation", a déclaré le pape dans ce très fort appel pour éviter que l'on ajoute la guerre à la guerre. "Mon coeur, a-t-il dit, est profondément blessé par ce qui se passe en Syrie et angoissé par les développement dramatiques qui se profilent. " Le Pape a également condamné avec fermeté l'utilisation des armes chimiques, se disant atterré par les images qu'il a vu ces jours derniers. Il a mis en garde les hommes devant le “jugement de Dieu“.

Radio Vatican 01.09.13

 

Voici le texte intégral de l'intervention du pape François

Q. Le Saint Père est sorti du protocole habituel pour parler en faveur de la paix en Syrie. Que pensez-vous de ce sujet?
R. Je n'ai pas l'habitude de commenter les situations internationales ou les affaires politiques. Mais, dans le cas présent, nous sommes devant une situation humanitaire qui déborde les limites normales pouvant justifier le silence. J'avoue, je dois le dire, ne pas comprendre qui a donné l'autorisation aux Etats-Unis ou à la France d'agir contre un pays d'une manière qui, sans nul doute, ajoutera aux souffrances d'une population qui a déjà souffert plus qu'il n'est imaginable. La violence ou les interventions violentes comme celles qui se préparent ne sont justifiables que comme des moyens ultimes utilisés d'une manière telle qu'ils n'atteignent que les seuls coupables. Dans le cas d'un pays, cela est totalement impossible, et c'est pourquoi ce recours à la force m'est totalement inacceptable. Nous jésuites, nous appuyons l'action du Saint Père à 100% et désirons du fond de notre cœur que l'action punitive annoncée n'ait pas lieu.

Lord George Carey, ancien archevêque de Cantorbéry et ancien chef de l’Eglise (anglicane) d’Angleterre, a mis en garde le gouvernement conservateur de David Cameron contre une intervention militaire en Syrie qui pourrait déclencher une guerre qui risquerait d'embraser tout le Moyen-Orient.

Dans son opposition déterminé à une action armée contre la Syrie, Lord Carey va encore plus loin que l'actuel archevêque de Cantorbéry Justin Welby, qui a incité les parlementaires britanniques à ne pas se "précipiter" pour poser un jugement et à prendre en considération le plus large impact qu'aurait une telle attaque dans le monde musulman.
Mgr Welby a également demandé aux parlementaires de se demander s'ils sont "sûrs" concernant les faits qui se sont passés sur le terrain avant d'agir "dans une situation réellement dangereuse et délicate". Le chef religieux avait certainement en tête les manipulations des "spin doctors" britanniques et américains, ces spécialistes de la communication et du marketing politique qui avaient fait croire à l'opinion publique mondiale l'existence - non vérifiée depuis - d'armes de destruction massives aux mains de Saddam Hussein. Cette manipulation avait permis aux Occidentaux d'entrer en guerre contre l'Irak.
L'archevêque de Cantorbéry s'est engagé, pendant des années, pour la réconciliation dans les zones de conflit en Afrique et au Moyen-Orient. Il insiste, dans une interview accordée le 27 août au quotidien britannique The Daily Telegraph, sur le fait qu'il existe de "nombreux pas intermédiaires" entre ne rien faire et vouloir un changement total de régime en Syrie. Il reconnaît qu'il n'y a "pas de bonnes réponses" à la crise en Syrie et qu'il n'y a tout simplement pas de solution simple. (apic)

Telle est le cri d'alarme lancé par le Patriarche de Babylone des Chaldéens, Louis Raphaël I Sako. "Cela équivaudrait à faire exploser un volcan. L’explosion serait destinée à emporter l’Irak, le Liban, la Palestine. Peut-être quelqu’un recherche-t-il justement cela."

Mgr Sako se trouve à la tête de la plus importante communauté chrétienne d'Irak. L’éventuelle intervention occidentale en Syrie lui rappelle fatalement l’expérience vécue par son peuple. "Dix ans après l’intervention de la coalition qui abattit Saddam Hussein, notre pays est encore martyrisé par les bombes, les problèmes de sécurité, l’instabilité, la crise économique." Dans le cas de la Syrie, les choses sont encore plus compliquées et ce à cause de la difficulté consistant à appréhender les dynamiques réelles de la guerre civile qui déchire depuis des années cette nation. "L’opposition à Assad, remarque le Patriarche, est divisée, les différents groupes se combattent entre eux. Les milices djihadistes se multiplient… Quel serait le destin de ce pays après une telle intervention ?"
Les formules utilisées par les pays occidentaux pour justifier une éventuelle intervention paraissent instrumentales et confuses au Patriarche. "Tous parlent de démocratie et de liberté, mais pour atteindre ces objectifs, il faut passer par des processus historiques et il n’est pas possible de les importer de manière mécanique et encore moins par la force. Le seul chemin possible en Syrie, comme ailleurs, consiste dans la recherche de solutions politiques : pousser les combattants à négocier, imaginer un gouvernement provisoire impliquant tant les partisans du régime que les forces d’opposition et ce en écoutant ce que veut vraiment le peuple syrien dans sa majorité."
Le Patriarche chaldéen se montre également prudent quant au choix de justifier l’intervention comme des représailles inévitables contre l’usage d’armes chimique de la part de l’armée syrienne: "Les occidentaux ont justifié l’intervention contre Saddam Hussein en l’accusant de posséder des armes de destruction massive. Mais ces armes n’ont pas été trouvées."

mardi, 27 août 2013 13:58

L'imam d’Al Azhar soutenu par les chrétiens

Écrit par

Le Secrétaire général du Conseil des Eglises chrétiennes en Egypte, le Père Bishoy Helmy, a rejeté et déploré, au nom des chrétiens égyptiens, les déclarations hostiles adressées par le Premier Ministre turc Recep Tayyip Erdogan à Ahmed Al Tayyeb, grand imam de l’Université d’Al Azhar. « L’histoire de l’imam, a déclaré le Père Bishoy Helmy, témoigne de ses vertus et de sa carrure humaine. »

Dimanche dernier, au cours d’un discours à l’Université de Rize, le Premier Ministre turc était intervenu à propos de la crise égyptienne, attaquant lourdement Al Tayyeb: « Lorsque j’ai vu le scheik d’Al Azhar au milieu des putschistes, j’ai été déçu (...) L’histoire maudira les hommes tels que lui, comme elle a maudit par le passé en Turquie des intellectuels et des chercheurs de ce genre. » Dans le cadre de ce même discours, le Premier Ministre turc a également accusé Israël et l’écrivain français Bernard-Henri Lévy d’avoir inspiré la déposition du Président égyptien Mohamed Morsi et du gouvernement dominé par les partis islamistes.

L’imam Al Tayyeb, pour sa part, a répliqué à cette attaque en souligant qu'en offensant Al Azhar, on offense tous les musulmans et tous les Egyptiens. L’Université d’Al Azhar représente le principal centre d’enseignement religieux de l’islam sunnite. « Face à la crise – a indiqué à l’agence Fides Mgr Adel Zaki OFM, vicaire apostolique d’Alexandrie – on enregistre actuellement une forte entente collaborative entre Al Azhar et le Conseil des Eglises chrétiennes, organisme qui vise à représenter la position unitaire des chrétiens sur les affaires sociales et politiques. » (réd./fides)

mardi, 27 août 2013 09:47

Jeûne au monastère de Mar Musa

Écrit par

A la veille de la fête liturgique de Saint Moïse (28 août), on a prié et jeûné au monastère de Deir Mar Musa (monastère de Saint-Moïse l’Ethiopien en Syrie) pour la paix en Syrie et pour la libération du Père Paolo Dall’Oglio sj. C’est ce qu’a indiqué le Père Jacques Mourad, responsable de la communauté monastique de rite catholique syrien, refondée en 1982 par le Père Paolo Dall’Oglio et qui compte actuellement dix moines. Le Père Dall'Oglio a été enlevé voici près d’un mois dans la zone de Raqqa.

Au cours des années, le monastère s’est ouvert pour accueillir des membres d’autres confessions chrétiennes et a mis en place une communauté spirituelle œcuménique mixte promouvant le dialogue entre le christianisme et l’islam.
Contacté par l'agence Fides, le Père Mourad, catholique syrien originaire d’Alep, a expliqué : "Le 27 août, veille de la fête de saint Moïse l’Ethiopien, fête annuelle de notre communauté et de notre monastère, nous, moines, vivrons une journée spéciale de jeûne, de méditation et de prière à laquelle participent des fidèles chrétiens et musulmans." Saint Moïse l’Ethiopien (330-405), un célèbre brigand devenu anachorète, avait convertit de nombreuses personnes, les conduisant avec lui au monastère. Le martyrologe romain en fait mémoire le 28 août. Cette année, a poursuivi le Père Mourad, "nous offrirons notre prière en particulier pour demander à Dieu la protection et la libération de notre confrère, le Père Paolo Dall’Oglio. Nous ne savons pas qui l’a enlevé et nous sommes sans nouvelles de sa part. Nous vivons ces heures avec tristesse et trépidation. Nous sommes préoccupés mais nous demeurons dans l’espérance. Nous demandons à tous les fidèles de par le monde de s’unir à notre jeûne et à notre prière et nous lançons un appel éploré en vue de sa libération. (...) Nous voulons également demander à Dieu le don de la paix pour la Syrie, martyrisée par la guerre. Nous déplorons toute forme de violence qui ne constitue jamais une solution. Nous espérons qu’un dialogue puisse être entrepris et qu’une nouvelle ère de réconciliation puisse débuter pour le peuple syrien."

Au cours de ces deux années de guerre, la communauté de Deir Mar Musa, monastère sis à 80 Km au nord de Damas, "est demeurée fidèle à son charisme de prière, de travail, de dialogue, d’accueil de l’autre, de paix et de réconciliation", a expliqué le Père Mourad. La communauté est présente dans deux autres monastères, l’un en Syrie (le monastère de Saint-Elie de Qaryatain, situé entre Homs et Palmira) et l’autre dans le Kurdistan irakien (le monastère de la Vierge-Marie de Suleymanieh).

(réd./fides)

vendredi, 23 août 2013 11:30

Japon : pacifisme attaqué

Écrit par

L’archevêque de Tokyo, Mgr Takeo Okada, s'est récemment inquiété des changements constitutionnels envisagés par le Premier ministre conservateur Shinzo Abe. Le prélat catholique a estimé que l'article 9 de la loi fondamentale japonaise interdisant au pays de recourir à la guerre comme moyen de règlement des conflits était "un trésor à préserver". Il s'exprimait à l’occasion du traditionnel "Temps pour la paix", observé chaque année du 5 au 15 août par les catholiques du Japon, depuis la visite de Jean Paul II à Hiroshima en 1981.

Le prélat fait référence à l'intention exprimée par l’aile conservatrice du Parti libéral-démocrate (PLD), depuis de nombreuses années, de réviser la Constitution pacifiste de 1947. L’annonce par l’administration Abe de faire voter une réforme visant à autoriser les révisions de la Constitution à une majorité simple des membres du Parlement japonais, et non plus à une majorité des deux tiers comme c’est le cas actuellement, augure de cette volonté de modifier l'article 9, estime Mgr Okada. Les déclarations du Premier ministre Abe, au soir de la victoire des élections de juillet dernier, sont d'ailleurs sans ambiguïtés. Après avoir augmenté le budget militaire, il a déclaré au sujet d’un futur amendement de la Constitution pacifiste : "Il est important de poursuivre profondément la discussion sur ce sujet et nous allons pouvoir le faire grâce à cette stabilité politique." Shinzo Abe tient en effet la Constitution de 1947 pour "un acte de contrition du vaincu envers le vainqueur". Il ne cache pas sa volonté d’abandonner le régime d’après-guerre. Les sondages indiquent que l’opinion japonaise est elle aussi prête à une réforme de l’article 9.
L'aile conservatrice du PLD a le vent en poupe depuis sa victoire aux élections législatives de décembre 2012 et le retour de son porte-étendard, Shinzo Abe, au poste de Premier ministre. Les élections du mois de juillet dernier à la Chambre des conseillers, la deuxième chambre du Parlement japonais, ont vu la nette victoire du PLD et de son allié du Nouveau Komeito. Désormais, pour faire passer ses réformes, Shinzo Abe dispose à la fois de tous les leviers au sein du pouvoir législatif et d’un horizon de trois ans sans élection nationale.
Mgr Okada a fait ses déclarations dans le contexte de la publication d’une nouvelle traduction en japonais de l’encyclique Pacem in Terris du pape Jean XXIII, a rapporté le 21 août 2013 Eglises d'Asie (EDA), l'agence d'information des Missions étrangères de Paris. Le président de la Conférence épiscopale japonaise a souligné combien l'encyclique, publiée en 1963 dans le contexte de la guerre froide, portait en elle l’idée que la paix ne pouvait être construite que sur la protection de la dignité de la personne humaine et de ses droits. Or la Constitution du Japon, entrée en vigueur en 1947, porte elle aussi "ce trésor dont le Japon peut être fier", a martelé l’archevêque de Tokyo. Depuis que la loi fondamentale du pays inclut l'article 9, le Japon n’a tué personne et aucun Japonais n’a été tué du fait de la guerre. "Il est de notre responsabilité la plus aiguë de protéger et de promouvoir l’article 9", a affirmé l’archevêque de Tokyo. (réd.apic)

Page 19 sur 22

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Retrouvez les propos du pape François parus dans choisir, assortis de 11 réactions de spécialistes !

Livre Pape 2

Avec, en exclusivité sur notre site, les propos de Pierre Emonet sj, directeur de choisir, et de Charles Morerod op, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg.