bandeau art philo

Philosophie

Trois enseignants familiers de la civilisation de la Grèce antique échangent sur le sort de la culture, menacée par le nivellement et la loi du profit. A. Lukinovich enseigne le grec ancien à l'Université de Genève. Auteur de livres sur Hérodote et sur l'Iliade, A. Sauge enseigne le grec au Collège de Genève. Et M. Steinrück, helléniste lui aussi, professe actuellement dans les quatre universités romandes. Il a notamment écrit sur la poésie iambique en Grèce.

mardi, 06 juillet 2004 02:00

Un culte à la vie

Écrit par

"Le grand malaise qui parcourt le monde ne sera pas dissipé par un progrès du savoir scientifique, mais par la venue de nouvelles formes de vie." Extraite d'une conférence de Michel Henry, cette déclaration porte en elle l'essentiel du diagnostic que le philosophe porte sur le désarroi de notre civilisation. Elle annonce déjà un titre fondamental de 1987, La Barbarie, ouvrage consacré au malaise de la modernité en proie, non pas tant à une simple crise de la culture, qu'à sa destruction pure et simple.

Né en 1933, professeur émérite à l'Université Paris-Sorbonne, Nicolas Grimaldi a écrit de nombreux ouvrages de philosophie consacrés à la culture (L'Homme disloqué; Le Soufre et le lilas, essai sur l'esthétique de Van Gogh; La Jalousie, étude sur l'imaginaire proustien) et à la morale (Descartes, la morale; Études cartésiennes: Dieu, le temps, la liberté). Il a récemment publié le Traité des solitudes.

samedi, 06 mars 2004 01:00

Primauté menacée

Écrit par
S'éloignant de la préoccupation de l'absolu pour tomber dans l'obsession empirique de la mouvance analytique anglo-saxonne, la philosophie, telle qu'elle est enseignée aujourd'hui, notamment en Suisse, n'est plus un savoir primordial. Heureusement, quelques penseurs contemporains, que l'auteur de cet article invite à découvrir, la sauve de la décadence.
vendredi, 06 avril 2001 02:00

Science et mystique, une nouvelle alliance

Écrit par
La science viendrait-elle à la rescousse d'une spiritualité épuisée ? Au début du siècle, beaucoup voyaient en elle le fer de lance de l'élimination de la religion ; à la fin, la situation semble retournée : la science, vecteur principal de la sécularisation, est devenue un agent de spiritualisation. Pour souligner la nouveauté de la situation actuelle, on emploiera volontiers l'expression de «changement de p aradigme». Le mot a été mis à la mode dans les années soixante par l'historien des sciences Thomas Kuhn, pour rendre compte de l'évolution non linéaire des idées scientifiques. Les promoteurs du New Age s'y sont reconnus à l'aise. Des théologiens soucieux d'élaborer une théologie contemporaine l'ont aussi adopté. Indéniablement, une mutation s'est opérée. Plusieurs éléments contribuent à ce changement de paysage.
mercredi, 06 décembre 2000 01:00

Hommage à Jeanne Hersch

Écrit par
La disparition de la philosophe Jeanne Hersch en juin de cette année a suscité un peu d'émotion en Suisse, et les agences de presse se sont souvenues de son engagement politique : on a évoqué la polémique contre la nomination de Jean Ziegler à l'Université de Genève, la défense d'Elisabeth Kopp, son engagement pour les droits de l'homme et la cause des femmes à l'Unesco. Tous ces engagements publics et médiatisés prenaient en réalité leur source la plus profonde dans l'exigence morale et intellectuelle qui a toujours fait l'étoffe des véritables philosophes.
vendredi, 06 octobre 2000 02:00

L'Etat se meurt, vive les juges

Écrit par
Nos sociétés de cette fin de siècle se caractérisent, entre autres, par un recours toujours plus large à l'intervention judiciaire pour résoudre des problèmes de nature sociale, voire politique. Un phénomène calqué sur le modèle anglo-saxon du droit, influencé par le développement de l'individualisme et des théories économiques libérales. Au juge de compenser le «moins d'Etat».
mercredi, 06 septembre 2000 02:00

Présence d'Emmanuel Levinas

Écrit par
D'aucuns situent la pensée d'Emmanuel Levinas très haut et très loin, à cause de sa rigueur, de son exigence et, sans doute, de sa spécificité - tant dans son élaboration que dans son expression. Elle frappe, en effet, par sa singularité qui donne tout son éclat à la place qu'elle occupe dans le paysage de la philosophie contemporaine. Or la proximité comme mode de penser et comme manière d'être est, me semble-t-il, l'une des caractéristiques qui convient le mieux pour évoquer sa personne et son oeuvre. Ceux qui, comme moi, l'ont connu de près ne pouvaient être insensibles à sa simplicité, à sa disponibilité, à son ouverture et à son attention à autrui, comme aussi à sa spontanéité, à sa pudeur et à son sens de l'humour.
Page 4 sur 4

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL