bandeau art philo
lundi, 12 mars 2018 07:00

Lampedusa Snow

Écrit par

Lampedusa snowIl y quelques années, une centaine de réfugiés clandestins arrivés d’Afrique sur l’île de Lampedusa, la pointe sud de l’Italie, ont été parqués à 1800 mètres d’altitude, dans les Alpes Orobiques. Pendant six mois, ils ont attendu que leur demande d’asile fasse son chemin dans les méandres de la bureaucratie. C’est en s’inspirant de ce fait divers que Linda Prosa, auteure sicilienne, a écrit en 2012 Lampedusa Snow, seconde partie de son Triptyque du naufrage.
Trois textes racontent trois tentatives de migrants pour rejoindre l’Europe. Dans Lampedusa Beach, l’embarcation de Shauba coule à pic dans la mer, alors que dans Lampedusa Way, Mahama et Saïd arrivent sur l’île et tentent de retrouver leurs proches. Dans Lampedusa Snow, c’est Mohamed (interprété par Aymeric Trionfo) qui, lassé d’attendre dans le froid et poussé par un vieil alpiniste, va choisir de gravir la montagne dans l’espoir de trouver mieux, ailleurs, de l’autre côté. Dans cette ultime quête de liberté, il va nous faire revivre le cheminement qui l’a amené ici, seul dans cette tempête de neige.

À La Comédie de Genève, du 13 au 25 mars 2018, dans une mise en scène de Maryse Estier et Simone Audemars.

Mohamed est ingénieur en électronique. Ce sont ses proches, si fiers de lui, qui l’ont convaincu d’embarquer, avec 600 autres personnes, sur un bateau de fortune pour Lampedusa. Il s’est préparé pour ce voyage, il a appris à nager, pris avec lui de quoi être présentable lorsqu’il rencontrera ces Européens et leur demandera l’asile. Seulement Mohamed ignore que ce n’est pas à la peur du naufrage en mer qu’il fallait se préparer, mais à celle de gravir la montagne.

Les pensées de Mohamed vont naviguer entre cette vision naïve des Européens qu’il avait en Afrique et celle, ironique, qu’il a à présent. Il fuit ce «circuit de la bienfaisance» dans lequel il avait mis tant d’espoir. Il parle de «la Nation», l’Afrique, qu’il ne doit pas décevoir, face à «l’Empire», l’Europe, où il doit faire ses preuves. Il délire, parfois, imaginant la vie qu’a pu avoir l’homme blanc qui a porté son sweat-shirt avant lui, comparant et jugeant leurs forces de caractère respectives.

Lampedusa Snow nous fait réaliser que, aujourd’hui, les obstacles que les exilés rencontrent sur leur parcours sont d’ordres physiques, mais aussi psychologiques. Les murs infranchissables que représentent les Alpes vont de pair avec les hommes qui refusent le contact avec les exilés.

«Notre responsabilité n’est pas de trouver des solutions aux problèmes des réfugiés, notre responsabilité réside dans la dénonciation des souffrances infligées par des sociétés dites “civilisées” à nos frères humains», rappelle Simone Audemars, metteure en scène de Lampedusa Snow.

Cette pièce a été jouée précédemment  au Théâtre de La Grange de Dorigny, à Lausanne, du 1er au 3 décembre 2016.

Mathilde Pelleti

Lu 640 fois
Plus dans cette catégorie : « Laverie Paradis Drames, grands et petits »