×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 84
banner politique 2016

Politique suisse

Au cours des dernières années, les Suisses ont lu ou entendu, à plusieurs reprises au fil des débats parlementaires, que l'article constitutionnel sur les évêchés allait être maintenu ou, au contraire, supprimé. Au point de ne plus savoir où l'on en est. Mais aujourd'hui, comme dirait Robert Lamoureux, le canard est toujours vivant ! A moins que le 10 juin prochain, peuple et cantons ne fassent un sort définitif à ce (trop) fameux article, qui mérite quelques commentaires.

Dépenser moins pour l'armée et investir plus dans la promotion de la paix afin de se donner les moyens d'une politique de sécurité adaptée aux menaces réelles. Tel est le but de l'initiative populaire «Economiser dans l'armée» sur laquelle le peuple suisse se prononcera le 26 novembre. Quelques quarante organisations non gouvernementales, dont la Communauté de travail (Swissaid, Action de Carême, Pain pour le prochain, Helvetas, Caritas), recommandent le oui.

lundi, 06 novembre 2000 01:00

Quelle reconnaissance pour les couples homosexuels ?

Écrit par

Le 25 octobre, le Conseil fédéral a demandé l'élaboration d'un projet de loi qui permettrait aux couples homosexuels de disposer d'une reconnaissance civile de leur union, différenciée du mariage. Cette avancée juridique pourrait résoudre des problèmes liés aux assurances sociales, au droit de succession, au droit de bail, etc. Un projet considéré en sa forme actuelle comme acceptable par la Conférence des évêques suisses et dont la Fédération des Eglises protestantes avait déjà approuvé l'idée l'an passé. De tels choix politiques relancent inévitablement le débat sur la question des unions homosexuelles, qui se pose un peu partout, presque toujours dans un climat passionnel. Michel Salamolard propose ici quelques réflexions qui lui paraissent indispensables pour bien poser le problème et en saisir les principaux enjeux.

Ouvrage solide, rédigé par des professionnels (archivistes, professeurs d'histoire religieuse et d'histoire nationale pour la plupart), «L'Histoire religieuse de la Suisse, la présence des catholiques»1 est le fruit d'un colloque organisé en Italie à la Villa Cagnola. Le nombre important d'auteurs laïques donne une orientation particulière à cette étude. Plus qu'une vision de la théologie et de la spiritualité, voire une description de la religion populaire, c'est un historique du rapport entre les institutions ecclésiastiques et les institutions politiques qui est présenté. S'il est partial, cet angle de vue s'avère particulièrement fructueux en ce qui concerne la Suisse car, au travers de ces pages, on saisit beaucoup mieux les liens entre religion et politique dans ce pays, surtout à propos de deux épisodes majeurs : la Réforme protestante au XVIe siècle et le Kulturkampf au XIXe siècle. En ce sens, cette étude ouvre la porte à une approche nouvelle et suggestive non seulement de l'histoire du catholicisme mais aussi de l'histoire générale de la Suisse
En ouvrant une procédure de consultation cet été, le Conseil fédéral a lancé le débat sur l'adhésion de la Suisse à l'ONU. Ce débat sera sanctionné par un vote populaire au plus tard au début de 2003. D'ici là on parlera beaucoup de neutralité, de coûts, de souveraineté. Mais quelle peut être la vision d'avenir qui nous amènera, nous, peuple suisse, à adhérer à cette organisation ? La question mérite d'être posée en jetant un regard prospectif sur la mondialisation en cours et les réponses qu'il est possible de lui donner.
mardi, 06 juin 2000 02:00

Vers un islam suisse ?

Écrit par

La présence musulmane en Suisse est un phénomène récent. Environ 200000 à 250000 musulmans y vivent aujourd'hui, contre 20000 en 1970, faisant ainsi de l'islam la troisième religion du pays. Cette nouvelle réalité soulève d'importants enjeux. Comment garantir, par exemple, loin des préjugés, l'intégration des musulmans et de l'islam en Suisse ? En toile de fond des débats, les rapports Eglises-Etat.

mardi, 06 juin 2000 02:00

Aide au Sud : les ONG résistent

Écrit par
«Vous pouvez verser vos dons sur le compte chèque postal de la Chaîne du Bonheur, CCP 10-15000-6, mention
La coopération internationale traverse une crise, à l'instar de celle de l'ensemble de la société : celle du moins d'Etat. Sous prétexte d'amélioration de fonctionnement et de rentabilité, les gouvernements occidentaux, suisse compris, se délestent du secteur de la solidarité internationale pour le confier aux privés. Avec des résultats inverses aux buts affichés : professionnalisme en moins, «oubli» des plus nécessiteux.
Page 6 sur 6