banner politique 2016

Politique suisse

Ouvrage solide, rédigé par des professionnels (archivistes, professeurs d'histoire religieuse et d'histoire nationale pour la plupart), «L'Histoire religieuse de la Suisse, la présence des catholiques»1 est le fruit d'un colloque organisé en Italie à la Villa Cagnola. Le nombre important d'auteurs laïques donne une orientation particulière à cette étude. Plus qu'une vision de la théologie et de la spiritualité, voire une description de la religion populaire, c'est un historique du rapport entre les institutions ecclésiastiques et les institutions politiques qui est présenté. S'il est partial, cet angle de vue s'avère particulièrement fructueux en ce qui concerne la Suisse car, au travers de ces pages, on saisit beaucoup mieux les liens entre religion et politique dans ce pays, surtout à propos de deux épisodes majeurs : la Réforme protestante au XVIe siècle et le Kulturkampf au XIXe siècle. En ce sens, cette étude ouvre la porte à une approche nouvelle et suggestive non seulement de l'histoire du catholicisme mais aussi de l'histoire générale de la Suisse
En ouvrant une procédure de consultation cet été, le Conseil fédéral a lancé le débat sur l'adhésion de la Suisse à l'ONU. Ce débat sera sanctionné par un vote populaire au plus tard au début de 2003. D'ici là on parlera beaucoup de neutralité, de coûts, de souveraineté. Mais quelle peut être la vision d'avenir qui nous amènera, nous, peuple suisse, à adhérer à cette organisation ? La question mérite d'être posée en jetant un regard prospectif sur la mondialisation en cours et les réponses qu'il est possible de lui donner.
mardi, 06 juin 2000 02:00

Vers un islam suisse ?

Écrit par

La présence musulmane en Suisse est un phénomène récent. Environ 200000 à 250000 musulmans y vivent aujourd'hui, contre 20000 en 1970, faisant ainsi de l'islam la troisième religion du pays. Cette nouvelle réalité soulève d'importants enjeux. Comment garantir, par exemple, loin des préjugés, l'intégration des musulmans et de l'islam en Suisse ? En toile de fond des débats, les rapports Eglises-Etat.

mardi, 06 juin 2000 02:00

Aide au Sud : les ONG résistent

Écrit par
«Vous pouvez verser vos dons sur le compte chèque postal de la Chaîne du Bonheur, CCP 10-15000-6, mention
La coopération internationale traverse une crise, à l'instar de celle de l'ensemble de la société : celle du moins d'Etat. Sous prétexte d'amélioration de fonctionnement et de rentabilité, les gouvernements occidentaux, suisse compris, se délestent du secteur de la solidarité internationale pour le confier aux privés. Avec des résultats inverses aux buts affichés : professionnalisme en moins, «oubli» des plus nécessiteux.
En juin 1988, choisir publiait un article de Charles-F. Pochon, sous le titre «Découvrir René Leyvraz» dans ce qui fut particulièrement sa période socialiste. Puis, en juillet/août de la même année, un écrit de Pierre Dufresne, intitulé «Les combats d'un humaniste chrétien», retraçait les luttes du journaliste converti au catholicisme. L'article d'aujourd'hui dévoile une autre facette de R. Leyvraz. D'une manière paradoxale, qu'il convient de saluer, cet éditorialiste tant apprécié est parvenu à unifier des éléments aussi contradictoires que sont la droite et la gauche, l'autorité et la liberté, la polémique sur les idées et le respect de l'homme, ainsi que la fidélité et la créativité.
jeudi, 06 avril 2000 02:00

Etat - Eglise : la nouvelle donne

Écrit par
Lorsque l'on parle des liens entre les Eglises et l'Etat, deux alternatives sont traditionnellement avancées : la séparation des deux instances ou le pouvoir de tutelle de la deuxième sur la première. Avec, pour toile de fond, la question du financement des communautés religieuses. Or, l'extension du champ d'intervention des collectivités publiques apporte des nuances à cette problématique. Il est opportun de le souligner, à l'heure où plusieurs cantons travaillent à la refonte de leur constitution.
Le dernier projet d'instauration d'une assurance-maternité en Suisse a replacé l'ensemble de la politique familiale suisse sous les projecteurs. Son échec, lors des votations de l'an passé, a crûment mis en lumière la faiblesse de cette politique. Une déficience de mauvais aloi dans un pays à population vieillissante et où les transformations des structures familiales, alliées à la crise de l'emploi, engendrent une nouvelle forme de précarité. Pour contrer les lacunes fédérales, des parlementaires et des citoyens tentent de transformer les lois de leurs cantons afin de mieux soutenir les familles. Mais n'est-ce pas une solution boiteuse que de faire l'impasse sur l'amélioration de la politique familiale fédérale, exigée constitutionnellement depuis plus de cinquante ans ?
Page 6 sur 6