banner religion 2016
lundi, 02 septembre 2019 12:09

Le travail après Laudato si'

Écrit par

MartinotP. Martinot-Lagarde sj«La crise que nous traversons est radicale... Face aux défis d'aujourd'hui, la migration, la pollution de l'environnement, les changements climatiques ou encore l'avenir du travail, l’Église, qui traverse elle-même de nombreuses crises, sera-t-elle capable de lire les 'signes des temps?», se demande Pierre Martinot-Lagarde sj, conseiller spécial pour les affaires socioreligieuses à l'Organisation internationale du travail (OIT) à Genève.


Avec le professeur d’économie Paul Dembinski, qui préside la Plateforme Dignité et Développement (DD), ainsi que quelques autres personnalités, ils ont lancé un projet mondial de réflexion sur l'avenir du travail, intitulé Le travail après Laudato si'. Depuis deux ans, une cinquantaine de partenaires, notamment des ONG catholiques, planchent dessus.

Le jésuite français Pierre Martinot-Lagarde est pensif... «On a longtemps fonctionné avec une vision prométhéenne du développement, une exploitation des ressources naturelles que l'on pensait infinies, la hausse continuelle du PIB, de nouvelles technologies qui résoudraient tous les problèmes, on pensait aller toujours vers le mieux!» Pour l'ancien directeur du Centre de recherche et d’action sociales (CERAS), il est urgent de repenser le travail dans le respect de la planète et de réfléchir tous ensemble (universitaires, institutions, travailleurs, mouvements, société civile en général) sur les changements déjà en cours. Estimant que la doctrine sociale de l'Église n'est pas un enseignement qui se dispense du haut vers le bas, mais bien plutôt un discernement comme le rappelait Paul VI, le Père Martinot-Lagarde se demande si l’Église est prête pour ce faire. La doctrine, en effet, est elle-même marquée par l’industrialisation, rappelle-t-il.

Objectifs de développement durable

«Si l'on va vers les marges, les périphéries, comme le demande le pape François, on découvre des choses que l'on ne voyait pas avant. La première fois que j’ai lu l'encyclique Laudato si', j'ai cru qu'on revenait en arrière, que l'on retournait à l'ancien monde. J’ai failli la laisser tomber. Puis je l’ai relue attentivement, et cela a été un choc intellectuel: il n'y a pas de retour possible! Tous les problèmes sont liés: l'avenir du travail, la robotisation, la crise du climat, la pollution, la destruction de l'environnement, la transformation des terres agricoles dans les pays du Sud entraînant la migration... Où est la place du travail dans cette réalité qui se dessine? La réflexion est encore à l'état de balbutiement. Une chose est sûre: le travailleur, et le monde du travail en son entier, doivent participer à la réflexion sur la transformation en cours, et pas seulement être en situation de la subir!»

C’est l’idée même du projet Le travail après Laudato si'. Il vise à fournir aux organisations d’inspiration catholique, en association avec d’autres organisations confessionnelles et en dialogue avec les organisations patronales et syndicales, la capacité de contribuer conjointement à la promotion et à la mise en œuvre de l'encyclique du pape François Laudato si' dans les domaines liés au travail. Le projet rassemble des associations d’entreprises chrétiennes, des mouvements internationaux, des communautés locales, des Conférences des évêques catholiques, des centres sociaux et des universités jésuites, ainsi que des organisations d’autres traditions religieuses.

Un colloque international et interdisciplinaire sur le Travail invisible a déjà eu lieu à Fribourg, les 30 et 31 août, dans ce but d’échanges de réflexion. Il était co-organisé par les Facultés de théologie et des sciences économiques et sociales de Fribourg, l'Association internationale pour l’enseignement social chrétien (AIESC) et la Plateforme Dignité & Développement.

Semaine de la démocratie

Une prochaine étape d’échanges est prévue début octobre. Elle s'articule autour de la démocratie et du dialogue social dans le cadre de la Semaine de la démocratie et des 100 ans de l’Organisation internationale du travail (OIT). La rencontre est organisée conjointement par l’OIT et l’Université de Genève. Avant-programme ici.

Le chantier du travail, un dossier de choisir n° 691, à commander à

Lu 72 fois

jesuitesChoisir est une revue culturelle d’information et de réflexion, éditée par les jésuites de Suisse romande depuis 1959 - www.jesuites.ch

jesuitesinternational
Jésuites international est l'organisation caritative des jésuites de Suisse. Elle soutient des projets sociaux et pastoraux dans plus de 50 pays du monde.
Tous les trois mois, certains de ces projets sont présentés dans un supplément de la revue choisir.

Découvrez-les ici.