bandeau actu2
jeudi, 11 août 2016 09:25

Le pourquoi du conflit au Yemen

Écrit par

Yemen carte"Après plus de trois mois et demi de négociations  , les pourparlers de paix au Koweït sur le Yémen se sont achevés samedi 6 août, sans qu’aucun accord ne soit trouvé, écrit dans le journal La Croix Olivier Bories (10 août 2016). Même si l’ONU refuse de parler d’un échec et promet la reprise du dialogue dans un mois, les deux camps campent sur leurs positions.

Le nombre de migrants qui campent aux abords de la gare de Côme ne cesse de croître. Qquelque 500 personnes, en majorité des Africains et principalement des familles et des mineurs non accompagnés, sont secourues par des bénévoles et des paroissiens de la ville du nord de l’Italie. Ils attendent de pouvoir passer de l’Italie en Suisse, afin de rejoindre des proches accueillis dans les pays du nord de l’Europe. Nombre d’entre eux ont été refoulés de Suisse, faute de visa ou parce qu’ils n’ont pas voulu déposer une demande d’asile.

Les bénévoles sont dépassés. Une distribution de nourriture a été organisée et des dizaines de lits mis à disposition des réfugiés par des volontaires et les paroisses de Côme. Depuis le 8 août 2016, un poste de santé a également été installé. Médecins, infirmières et pharmaciens sont mobilisés jusqu’à 23 heures afin de traiter toutes les situations sanitaires. Les autorités locales sont en recherche de solutions d’hébergement durable, selon le quotidien catholique italien L’Avvenire. En effet, les services sociaux estiment nécessaire d’intervenir en raison du nombre de migrants, qui ne peuvent être pris en charge par les seuls bénévoles. Le parti de la Lega Nord a manifesté son opposition au bivouac sauvage de Côme, appelant au respect de la légalité. “Nous ne pouvons accueillir que ceux qui fuient la guerre, a indiqué l’avocat Nicola Molteni, député du mouvement d’extrême-droite italien. Pour les autres, expulsions et rapatriements!” (cath.ch-apic/bl/be)

vendredi, 05 août 2016 16:00

Une équipe de réfugiés aux JO

Écrit par

Ibrahim Al Hussein thumbnailLors des Jeux olympiques de Rio 2016, une équipe représentera pour la toute première fois les femmes, les hommes, les filles et les garçons déplacés de chez eux par une crise. Le Conseil œcuménique des Églises (COE) encourage toutes les personnes et toutes les Églises à acclamer la très symbolique équipe olympique des réfugiés, un groupe de dix athlètes de haut niveau originaires du monde entier. Cette équipe enverra un message d’espoir à tous les réfugiés du monde et attirera l’attention de la planète sur l’ampleur de la crise des réfugiés.

Trois ensembles chrétiens figurent parmi les nouveaux sites inscrits en 2016 au patrimoine mondial de l'UNESCO: la cité antique de Philippes en Grèce, où l'apôtre Paul fonda une des premières communautés chrétiennes, les églises arméniennes du plateau d'Ani, aujourd'hui en Turquie, et les cimetières médiévaux en ex-Yougoslavie.

stecci bosnia monuments

vendredi, 01 juillet 2016 14:44

Du nouveau à "choisir" !

Écrit par

choisir trimestrielLe dernier mensuel de la revue culturelle choisir, avec son dossier sur le jardin, où la vie se déploie, puis s’endort, avant de repartir de plus belle, est une belle allégorie du tournant qui est le nôtre! Depuis 1959, année de sa création par les jésuites de Suisse romande, la revue choisir a été éditée 680 fois. Autant de belles récoltes ! Elle se prépare à une petite pause, le temps d’un été, pour mieux redémarrer dès l’automne, à un autre rythme et sous d’autres formes. Choisir, en effet, devient un trimestriel.

jeudi, 30 juin 2016 15:39

Jésuites international - Juillet 2016

Écrit par

B JHS 02 16 S11 links NashikChères lectrices, chers lecteurs,

Voilà l’été, et avec la saison des voyages, nous nous transformons en étrangers au-delà de nos frontières et faisons de nouvelles expériences. La vraie tolérance implique le respect de la spécificité de l’autre. Et seule la compréhension mutuelle permet d’agir ensemble, pour atteindre des objectifs communs. Ces valeurs sont également les éléments clés de la Mission. En définissant celle-ci comme une «théorie et pratique de la rencontre ecclésiale avec l’autre» (Christine Lienemann-Perrin), on lui confère une importance capitale. En effet, interprétée ainsi, la Mission incarne, dans notre monde globalisé, des valeurs résolument contemporaines. Mais ce n’est pas qu’en vacances que nous rencontrons des étrangers, nous le faisons également ici, quotidiennement. Le défi consiste à bâtir ensemble un monde qui ait du sens pour tous.

Sur le plan théorique, nous avons nos valeurs chrétiennes. Dans la pratique, nous devons faire appel aux expériences faites avec les étrangers. Que ce soit en tant que spectateur d’une performance du «jésuite dansant», le Père Saju, dans une église baroque suisse, ou en accomplissant son service civil en Indonésie : l’expérience faite avec l’autre change notre propre vision du monde. Après leur retour de l’étranger, on observe ainsi chez ceux qui ont accompli leur service civil, ou chez les volontaires, la volonté de s’engager ici, au sein de la société et de l’Eglise. Nous-mêmes faisons de précieuses expériences via le dialogue avec nos partenaires de projets. Elles sont utiles à la poursuite de notre collaboration et nous aident à offrir aux populations locales un meilleur avenir. Nous sommes intimement convaincus que l’éducation permet non seulement aux individus de s’épanouir, mais les prépare également à prendre des responsabilités dans leur entourage privé ainsi que dans la société. Nous vous remercions pour le soutien que vous apportez à de nombreux projets qui, bien que paraissant souvent insignifiants, n’en demeurent pas moins très efficaces.

Père Toni Kurmann sj
Procure des missions

Lire le supplément ci-dessous :

lundi, 27 juin 2016 15:42

Regard ignacien sur le Brexit

Écrit par

ThinkingFaith sitecaptureThinking Faith, la revue en ligne des jésuites anglais, propose une lecture du Brexit à la lumière de la spiritualité ignacienne. «Il ne fait aucun doute que le résultat est un choc», écrit Frances Murphy, rédactrice en chef. Dans son article – Brexit : where to from here? - elle suggère aux Britanniques qui ont décidé de quitter l'Union européenne, de suivre une route «pavée de générosité» qui mène au bien commun. «Le défi à long terme pour les décideurs du Royaume-Uni et de l'UE doit être guidé par le principe de solidarité, qui vise à façonner une société qui ne se préoccupe pas seulement de son intérêt propre mais du bien-être de tous celles et ceux qui vivent à l'intérieur et à l'extérieur de leurs frontières.»

A lire en anglais sur le site de Thinking Faith. www.thinkingfaith.org/articles/brexit-where-here

«La plupart des économistes prédisent un manque à gagner, voire un ralentissement de la croissance britannique dans le cas où le Brexit serait mis en œuvre», commentait le jour du vote l’économiste jésuite Etienne Perrot dans nos colonnes. En cas de sortie de l’UE, poursuivait-il, « la Grande-Bretagne ne pourrait plus servir de tête de pont aux entreprises multinationales dans leur stratégie de pénétration des marchés européens, les accords de libre-échange seraient moins favorables, la place financière de Londres serait affectée. » Un article à relire ici.

mercredi, 15 juin 2016 14:57

Premier pardon

Écrit par

En tant que vieux prêtre à la retraite, il m’arrive d’être invité à des célébrations du premier pardon. Elles me laissent de plus en plus perplexe. Comment ces enfants sont-ils préparés ? Essaye-t-on de leur donner un tant soit peu le « sens du péché » ? Cette année, par exemple, je me suis trouvé devant un panneau où les enfants avaient inscrit des exemples de péchés. Le premier mot était taper. Je ne me souvins pas des autres, mais il devait y avoir désobéir, dire des vilains mots, etc. Est-ce que ce sont vraiment des péchés ? Un péché, c’est une rupture avec Dieu. Or pas une seule fois il n’a été question de leur relation avec Dieu. « Est-ce que tu aimes le Seigneur ? Est-ce que de temps en temps tu lui parles ? Quand et comment fais-tu ta prière ? » Ce genre de questions figure parmi les abonnés absents ! Pourtant elles sont essentielles. Il s’agit bien d’un Sacrement que ces enfants sont censés célébrer.

Ils se présentent chez le prêtre avec un petit papier sur lequel ils ont écrit deux ou trois mots. Ce bout de papier leur enlève toute spontanéité. Au lieu de se raconter, de raconter leur histoire avec des détails, nous parler de ce qu’ils vivent ! Alors il faut leur poser des questions, essayer d’entamer un dialogue, ce qui prend un peu de temps. Or nous avons la consigne de faire court, parce que nous ne sommes que deux ou trois prêtres pour une quarantaine de gamins.

Page 9 sur 25

Retrouvez les propos du pape François parus dans choisir, assortis de 11 réactions de spécialistes !

Livre Pape 2

Avec, en exclusivité sur notre site, les propos de Pierre Emonet sj, directeur de choisir, et de Charles Morerod op, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg.