bandeau art philo
jeudi, 01 novembre 2018 13:10

Éloge de la célébration

Écrit par

RingletVous êtes de celles et ceux qui ne vous retrouvez pas dans les célébrations de nos Églises, avec leur monotonie, des paroles rigides, immuables (toujours les mêmes) qui ne touchent ni le cœur ni le corps; où les cinq sens sont absents et la raison règne en maître.

Alors lisez-vite le dernier livre de Gabriel Ringlet.

Gabriel Ringlet
La grâce des jours uniques. Éloge de la célébration
Paris, Albin Michel 2018, 248 p.

Dans le cadre des rencontres Un livre, un auteur, Gabriel Ringlet présentera son livre à la Librairie Payot de Genève, le mardi 13 novembre 2018, de 17h30 à 18h30. Une discussion s'en suivra avec l'auteur.

Ce prêtre et théologien tente de raconter ce qu’il vit au jour le jour, là où la vie l’appelle ou dans son prieuré Malèves-Sainte-Marie, en Belgique. Il plaide pour "le déplacement des frontières liturgiques trop étroites et pour le déplacement du regard". Une seule visée: être large, généreux, ouvert, souple et surtout libre. "Il semble dommage que seule la tête soit au rendez-vous et alors que le corps est resté à l’église." Gabriel Ringlet décrit des célébrations où chacun ensemence l’autre, partage ses énergies. Il plaide pour des célébrations ouvertes et inventives que tissent des textes, des fleurs, des chants, de la peinture ou du cinéma à l’occasion. Ces liturgies proposées demandent un temps infini de préparation. Elles sont l’œuvre d’équipes spécialisées. C’est une recherche de groupe. Chaque célébration ainsi pensée, préparée de longue date, dure cinq heures: entretien, lecture, chant, débat, repas et célébration. Des témoins de tout bord sont invités (par exemple Albert Longchamp, Lytta Basset ou Marion Muller-Collard, entre autres…).

Depuis des décennies, ce prêtre belge travaille à réenchanter les rites par des symboles sans cesse signifiants. Ces liturgies hors de sentiers battus à "la lumière de l’actualité et de l’imaginaire non pas «au-dessus» mais «en-dedans" dans leur simplicité, "supposent pas mal de recherches et de confrontations pour faire se rencontrer des univers qui n’ont pas été habitués à se fréquenter d’aussi près".

J’ai été bouleversée par ce livre. La sensibilité liturgique et poétique de l'auteur éveille des émotions au plus profond de soi. Vivre une liturgie pour vivre pleinement… "Il faudra, dit-il, proposer des ateliers de célébration sérieux et exigeants." Il est bien conscient de soulever des réticences aussi bien laïques que chrétiennes, mais il est urgent pour lui de "redonner sens, sel et rythme à l’existence". Me vient une question personnelle: faut-il célébrer tous les dimanches? Des temps forts de l’année liturgique ne jalonneraient-ils pas nos recherches spirituelles plus en profondeur?

Une dernière parole pour conclure la démarche de Gabriel Ringlet: "Je rêve de sortir d’une célébration où un participant me dirait: «Votre liturgie m’a beaucoup aimé!» Renversement salutaire!"

 
Lu 23 fois
Plus dans cette catégorie : « Une bible des femmes