bandeau art philo
dimanche, 27 janvier 2019 12:29

Le Mont Athos et Valaam

Écrit par

couv Zaitsev Jpeg«La douceur du seringat est grisante: il y a dans ce parfum quelque chose qui remonte à des temps russes immémoriaux, et, pour moi, c’est aussi une résurgence du Mont Athos.» L’auteur, né en Russie (1881) et mort à Paris (1872) où il a émigré, évoque les deux pèlerinages qu’il a effectués aux sources du monachisme russe, le premier au Mont Athos (1927) et le deuxième dans l’archipel de Valaam, alors en Finlande (1935).

Boris Zaïtsev
Le Mont Athos et Valaam
Pèlerinage d’un écrivain russe
Genève, Editions des Syrtes 2017, 228 p.

La dimension intérieure, spirituelle, poétique de ces lieux s’est développée progressivement, avec la visite des monastères, des skites (monachisme ascétique), des ermitages et avec la rencontre des moines, «incarnation de cette Sainte Russie humble et accueillante». Couleurs, odeurs, sons, description des lieux complètent les images que nous pouvons découvrir sur Internet. En parallèle, la lecture nous invite à un voyage au cœur de la spiritualité orthodoxe: quête du silence, de l’harmonie avec la nature, de la paix du cœur, de la compassion, de l’amour universel au creux de l’ascétisme et de l’érémitisme.

«Dans mon récit il n’y a rien de savant, de philosophique ou théologique. C’est comme simple pèlerin orthodoxe et écrivain russe que j’ai vécu ces quelques journées au Mont Athos. Et seulement à ce titre.» Le lecteur entre en communion avec l’auteur et les lieux pour y recueillir une paix salvatrice.

Lu 551 fois

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Hier traîtres ou champions de la version, aujourd’hui passeurs de culture, voire même auteurs, les traducteurs suscitent un intérêt certain. Une évolution qu’analyse Josée Kamoun.