bandeau art philo
mardi, 10 mars 2020 10:28

La boussole et le baluchon

Écrit par

GardiolIl y a des carrefours dans une vie où l’on est envahi d’un puissant désir de nouer la gerbe de tout ce qui nous a animés, de nos écrits, afin de partager avec les amis le sens que notre boussole interne a initié dans notre foi comme dans nos engagements. Aucun lieu n’a été ignoré par Maurice Gardiol, qui a été diacre dans l’Église protestante de Genève: groupes bibliques, revue Chantiers, Presses bibliques universitaires, Éditions Ouverture, Centre social protestant (CSP), Entraide protestante suisse (EPER), Camarada, etc. C’est au grand large que son ouverture sur le monde lui a fait rencontrer des migrants, des réfugiés, des prisonniers… Il a été de tous les combats, même en politique comme membre de l’Assemblée constituante de la République et canton de Genève.

Dans ce livre, il rassemble des textes qui ont jalonné la trame de son existence, comme un tisserand sur son métier. Sentinelle, marcheur, veilleur, il se tient «sur le rebord du monde», accompagné des témoins qui l’ont inspiré et qu’il serait trop long d’énumérer (Jacques Ellul, Martin Luther King, Helder Camara, Francine Carrillo, Arcabas, Georges Haldas, Alexandre Jollien et d’autres philosophes…). Nous cheminons avec lui sur son itinéraire de vie et de foi, là où les questions sont plus importantes que les réponses, là où rien n’est acquis définitivement, là où la foi est toujours à questionner. «D’où viens-tu? Où vas-tu? Qu’as-tu fait de ta sœur, de ton frère? Qu’est-ce que la vérité? Où vas-tu? Qui dites-vous que je suis? Où l’avez-vous mis? Pourquoi restez-vous à regarder le ciel? Que faire pour réussir sa vie?»

Pour donner de la longueur, de la largeur et de la hauteur à sa vie, l’espérance donne sens. Elle permet d'«assumer jusqu’au bout ma responsabilité dans ce monde», dit-il, de lutter contre les idéologies d’exclusion qui entraînent de nouvelles injustices, de nouvelles violences, de la radicalisation, du nationalisme, du totalitarisme… Nous partageons avec lui son combat pour la justice, son désir de se libérer des indifférences et des résignations. «Il en va de la Terre comme de mon prochain: à moi, à nous de savoir de qui nous voulons être le prochain.»

Avec lui, nous nous faisons pèlerin avec un baluchon allégé de la Parole et de la Sagesse. Et les quatorze gravures d’Isabelle Maurer nous entraînent en farandole et en équilibre dans la communion des humains et de la Nature.

Maurice Gardiol
La boussole et le baluchon. Gravures hors-texte d’Isabelle Maurer
Le Mont-sur-Lausanne/Lausanne,Ouverture/OPEC 2019, 104 p.

Lu 308 fois