bandeau art philo
mardi, 25 mai 2021 11:16

Le silence est ma joie

Écrit par

JOUSSEAUMECharlotte Jousseaume
Le silence est ma joie
Paris, Albin Michel,
nouvelle édition 2020, 154 p.

«Un livre n’est rien d’autre que quelques instants de vie, de lecture, d’écoute et de prière. Un espace temporel -mieux, une dynamique temporelle- où est livré à l’écoute le mystère de l’être, du vivre et du parler.»

Dans sa maison de bord de mer, à Varangeville, en Normandie, maison baptisée le Chêne de Mambré, comme une alliance entre la terre et le ciel, l’auteure a trouvé un refuge à la hauteur de ses aspirations spirituelles. C’est «une maison à la porte ouverte». En tant que lectrice on s’y sent aussi accueillie.

Elle y a écrit six lettres, issues du deuil de son mari dont le corps n’a jamais été retrouvé après sa disparition en montagne. Dans la solitude, la communion avec la nature, «dans la patience et le travail du temps», elle médite sur la vie, sur sa foi en Christ et sur ses rencontres et ses amitiés. Dans des pages pleines de profondeur, de simplicité et de sensibilité, elle dit son sens de l’écriture. «L’écriture est mon métier à tisser», écrit-elle aussi sur son blog. On ne sera donc pas étonné qu’elle anime des ateliers d’écriture et de créativité.

Voilà un livre qu’on a de la peine à lâcher. Il est à lire et à relire, à méditer à petites doses, pour se laisser imprégner par la joie née du silence. C’est aussi une œuvre qui réveille à sa propre écriture. Une caisse de résonance, un miroir tendu par l’auteure où plonger.

Lu 57 fois

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Hier traîtres ou champions de la version, aujourd’hui passeurs de culture, voire même auteurs, les traducteurs suscitent un intérêt certain. Une évolution qu’analyse Josée Kamoun.


Michel Gounot Godong

Scénarios de films imbibés de whisky, cinéastes alcooliques, publicités pour des marques de bière: l'ivresse côtoie depuis des décennies Hollywood. Virée éthylique avec Patrick Bittar dans le cinéma étasunien.