bandeau art philo
jeudi, 06 novembre 2008 11:00

L'urgence du recevoir

Écrit par

bethune41636hospitPierre-François de Béthune, L'Hospitalité sacrée entre les religions, Albin Michel, Paris 2007, 220 p.

Aborder le dialogue interreligieux à partir de la démarche de l'hospitalité qui se retrouve dans toutes les religions, plutôt que dans des dialogues théologiques, est aujourd'hui une piste incontournable. La Rencontre interreligieuse d'Assise en 1986 l'avait déjà bien montré. C'est de son expérience en ce domaine que Pierre-François de Béthune, moine cistercien et aujourd'hui secrétaire général du Dialogue interreligieux monastique (DIM), nous parle. Il commence par décrire longuement son séjour dans un monastère zen au Japon, avant de réfléchir sur ce qu'est le dialogue entre les religions.

L'hospitalité reçue, tout comme l'hospitalité offerte ont leurs exigences et leurs risques. Pour créer des rapports justes, non seulement « il y a plus de joie à donner qu'à recevoir » (Ac 20,35) mais « il y a plus d'urgence à recevoir qu'à donner », insiste l'auteur. Ce dialogue est une chance pour la foi. C'est un mouvement qui nous porte sur un chemin vers la Vérité et la Vie, au-delà des mots et des idées. Il pourrait se résumer en ces quelques mots : « le coeur parle au coeur », selon la devise du cardinal Newman. Il se noue autour de nos questionnements, ouvre un espace et rend au coeur sa souplesse.

Nous sommes tous appelés à cette hospitalité, ce dialogue, ce partage du silence, du dépouillement. C'est la meilleure façon de vivre l'Evangile, c'est la voie spirituelle indispensable pour la construction d'un monde juste et pacifié ; car « ce serait désespérant de penser que nous ne pouvons bien nous développer que dans notre seule tradition ».

Expérience à risques ? Certainement ! L'hospitalité consiste toujours « à quitter notre propre territoire, à passer une frontière, pour entrer dans le domaine de notre hôte et nous exposer en quelque sorte à son bon vouloir ». Si pour P.-Fr. de Béthune, « le courant d'air provoqué par l'ouverture à l'autre y apporte un tirage bienvenu pour renforcer le feu intérieur », cela n'est pas forcément le cas pour d'autres qui passent la frontière pour ne plus revenir en arrière. Il y a aussi le risque de chosifier l'autre tradition ou de laisser la maison de l'accueil devenir une auberge espagnole (syncrétisme) ou une résidence secondaire (marginalisation dans le temps).

A la sortie de ce livre, on peut se poser plusieurs questions. Expérience monastique uniquement ? Et les laïcs ? Le silence est un lieu privilégié de partage. Mis à part le bouddhisme, où il est la base de la pratique méditative, quelles religions proposent un partage sur le non-verbal, dans la gestuelle de l'accueil ? Qu'est-ce que le christianisme, le judaïsme, l'islam sont prêts à partager dans un sens universel ? On attend d'autres témoignages !

Un livre fort, profond, qui donne des pistes indispensables pour avancer ensemble dans la fraternité. « Quand on est accueilli, tout peut commencer. »

Lu 3493 fois

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Hier traîtres ou champions de la version, aujourd’hui passeurs de culture, voire même auteurs, les traducteurs suscitent un intérêt certain. Une évolution qu’analyse Josée Kamoun.


Michel Gounot Godong

Scénarios de films imbibés de whisky, cinéastes alcooliques, publicités pour des marques de bière: l'ivresse côtoie depuis des décennies Hollywood. Virée éthylique avec Patrick Bittar dans le cinéma étasunien.