bandeau actu2

News

vendredi, 18 décembre 2015 08:58

Nicolas Wolf, reconnu pour ses héroïques vertus

Écrit par

WolfLe Vatican a reconnu, le 15 décembre 2015, les vertus héroïques du Lucernois Nicolas Wolf (1756-1832), père de neuf enfants, agriculteur, médecin et député. Il s'agit de la première étape vers la béatification. Sa réputation s'est répandue au-delà des frontières du canton, grâce aux récits des guérisons qu'il opérait par la prière et l'invocation de Jésus.

Nicolas Wolf (Niklaus Wolf von Rippertschwand) est né le 1er mai 1756 à Unterlindig, sur la commune de Neuenkirch, au nord-ouest du canton de Lucerne. Ayant hérité d'une exploitation agricole florissante, il recourt à des méthodes de production avant-gardistes, notamment dans le domaine de l'arboriculture, indique le Dictionnaire historique de la Suisse (DHS).
Inhabituellement cultivé pour son temps et son état, il devient rapidement l'un des notables de Neuenkirch. A l'automne 1802, ses convictions en matière de politique ecclésiastique le poussent à soutenir le soulèvement fédéraliste contre la République helvétique, mise en place après la Révolution française. Il lutte notamment contre les restrictions imposées à l'Eglise catholique, en particulier l'interdiction des processions et des pèlerinages. Il se rallie ensuite en 1803 au régime de la Médiation et siège au Grand conseil lucernois.
Une "armée de prière"
Un pèlerinage à Rome, ainsi que d'étroites relations avec le mouvement franciscain, le conduisent à se consacrer avec de plus en plus d'assiduité à sa vocation religieuse. Il acquiert ainsi la conviction que le combat pour la foi ne doit pas se faire politiquement ou par l’épée, mais par la seule prière. La société de prière qu'il fonde lui permet de toucher une couche importante de la population. Il organise des rencontres de prière dans tout le canton et met sur pied une "armée de prière", qui croît d’année en année.
Sa réputation de conseiller et d'accompagnant se répand également au-delà des frontières du canton, grâce aux récits des guérisons qu'il opère par la prière et l'invocation de Jésus. A l’âge de 50 ans, il se consacre entièrement à la prière et à la guérison des malades et devient pour d’innombrables personnes un témoignage de la foi vivante. Homme à la personnalité charismatique, Nicolas Wolf demeure néanmoins imperméable à toute manifestation exaltée ou extatique.
Décédé en 1832, sa dépouille repose depuis 1952 dans la crypte de l'église St-Ulrich, à Neuenkirch.
La reconnaissance de ses vertus héroïques représente une étape importante dans son processus de béatification, qui est en cours depuis 1955. (cath.ch-apic/arch/rz)

jeudi, 03 décembre 2015 10:10

Nouvel horaire pour le Cedofor

Écrit par

L'année 2016 rimera pour le Cedofor avec un important changement pour les habitués de la bibliothèque. Cette dernière sera désormais ouverte trois après-midis par semaine, soit :

le Mardi, de 14h à 18h

le Mercredi, de 14h à 18h

le Jeudi, de 14h à 18h

Un horaire certes réduit, mais qui en même temps prolonge l’ouverture d'une heure en fin d'après-midi les jours indiqués. Les autres services du Cedofor restent inchangés. Il sera toujours possible de d'obtenir des livres en prêt et de les recevoir par poste ou, lorsqu'ils ne sont pas disponibles, de faire des réservations ; de demander des bibliographies par thèmes ou mots-clés ; de demander divers travaux de recherche en documentation ou des photocopies d'articles. Le Cedofor peut également fournir des adresses ou des sites Internet adéquats sur un sujet d'études précis.

A noter : la bibliothèque du Cedofor sera fermée pour les vacances de Noël du mercredi 23 décembre à midi au mardi 5 janvier à 14 heures !!!

vendredi, 27 novembre 2015 09:09

Formation des imams

Écrit par

La montée en puissance du terrorisme islamiste en Europe interroge les gouvernements et les responsables de la communauté musulmane. Un effort de structuration de la formation des imams, déjà évoqué depuis plusieurs années, semble se concrétiser dans certains pays, de façon à mieux encadrer les orientations théologiques et idéologiques des prédicateurs.

En Belgique, le ministre de la Justice, Koen Geens, et le président de l'Exécutif des musulmans en Belgique, Noureddine Smaïli, se sont accordés sur la nécessité d'une meilleure unification de la formation des imams. La formation des prédicateurs islamiques auraient lieu dans des universités ou des écoles supérieures, avec un contenu théologique mais aussi une formation en sciences sociales, avec des programmes définis avec le gouvernement fédéral ou les gouvernements des communautés flamande et wallonne. «Nous devons évoluer en direction d'un islam européen», a déclaré le ministre Koen Geens. Noureddine Smaïli, lui-même imam à Liège, a souligné que «la communauté musulmane a tout à gagner à ce que ses imams bénéficient d'une telle formation en Belgique».

En France, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, avait reçu mardi les membres du bureau du Conseil français du culte musulman (CFCM). A l’issue de cette rencontre le CFCM, a annoncé la création prochaine d'un certificat qu'il délivrera aux imams, après avoir testé leurs connaissances théologiques mais aussi leur adhésion aux valeurs républicaines. Une initiative qui vise à promouvoir «un islam tolérant et ouvert», selon Anouar Kbibech, le président du CFCM. Le ministre de l'Intérieur a de son côté souligné la «volonté du gouvernement de toute faire pour que les prêcheurs de haines» soient mis «hors d'état de nuire».

En Suisse, un Centre suisse islam et société (CSIS) a été créé à l’Université de Fribourg. Interrogé en octobre dernier à ce sujet par cath-info lors de son passage à Zurich pour l'Aide à l'Eglise en détresse, le Père jésuite égyptien Samir Khalil Samir, spécialiste de l'islam, avait déclaré : « Il faut repenser l’islam dans la société d’ici. Cela demandera quelques décennies, mais on ne peut pas échouer. L’Autriche a proposé récemment que tout imam fasse ses prêches en allemand, et pas en arabe ou en turc. Le responsable religieux musulman devrait avoir suivi des cours, connaître la société dans laquelle il vit ainsi que ses principes, tel l’égalité hommes-femmes. S’il n’accepte pas la démocratie en vigueur dans cette société, il devrait partir ! Il est essentiel pour les musulmans, s’ils veulent vivre dans la société occidentale, qu’ils en respectent son ordre juridique. » Pour le professeur d’islamologie, les musulmans doivent en outre absoluement pratiquer l'interprétation de leurs textes fondateurs s'ils désirent contrer l'instrumentalisation de l'islam par des fondamentalistes.

Retrouvez l'entretien entre Samir Khalil Samir sj et le journaliste Jacques Berset dans la prochaine revue choisir de décembre 2015, accompagné d'une analyse géoopolitique de l'Arabie saoudite par l'historien Olivier Hanne, professeur aux Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan. Un numéro à commander à


(Radio Vatican/rédaction)

La justice bolivienne va enquêter sur le meurtre du Père jésuite Luis Espinal et faire toute la lumière sur les circonstances de son l’assassinat le 21 mars 1980. C’est ce que vient de déclarer Frank Campero, l’avocat de l’ancien colonel Roberto Meleán, ex-officier des Forces Aériennes Boliviennes (FAB). Cette décision fait suite aux révélations, début octobre, de son client - condamné à 30 ans de prison pour la disparition d’un universitaire en 1980 – qui accuse formellement deux colonels comme étant les commanditaires du crime. En septembre, choisir proposait un portrait du Père Espinal, sous la plume de l’un de ses proches Jerry Ryan1.

« Les auteurs intellectuels de cet assassinat sont le colonel Jaime Nino de Guzmán (ex-commandant des FAB) et le colonel Freddy Quiroga Reque », a assuré Roberto Meleán. Justifiant son long silence par la « peur de représailles », il avait expliqué que le crime du prêtre jésuite avait été décidé pour éviter la publication d’informations révélant une corruption généralisée au sein de l’armée. Toujours selon l’ex-colonel, l’assassinat et les tortures dont aurait été victime Luis Espinal auraient été perpétrés par quatre hommes, qui auraient reçu selon lui entre 200 et 700’000 dollars.

Torturé et tué
L’avocat Franck Campero a assuré que son client, Roberto Meleán, allait être sollicité pour témoigner dans le cadre cette affaire. L’ex-colonel a d’ailleurs assuré qu’il était prêt à mettre à la disposition de la justice des documents qui prouvent l’implication des militaires dans le meurtre du Père jésuite, enlevé le 21 mars 1980 à la sortie d’un cinéma et dont le corps criblé de balles et portant des marques de torture a été retrouvé le lendemain.
Né en Espagne le 2 février 1932, Luis Espinal rejoint la Compagnie de Jésus en août 1949 et est ordonné prêtre en juillet 1962 à Barcelone. En 1968, il part en Bolivie comme missionnaire où il a mené une lutte acharnée pour la défense des droits humains. Parallèlement, il réalise plusieurs documentaires de cinéma et occupent des fonctions de journaliste radio. Ses prises de positions contre les dictatures et son appui aux mouvements de mineurs, lui ont valu l’inimitié du gouvernement de l’époque et celle des militaires, accusés de semer la terreur.

Un crucifix en forme de faucille
Lors de sa visite en Bolivie, en août dernier, le pape François avait reçu des mains d’Evo Morales, le président bolivien, la réplique d’un crucifix en forme de faucille et de marteau confectionné par le Père jésuite Luis Espinal. Un cadeau qui a surpris le pape mais que ce dernier a toutefois ramené à Rome, assurant qu’il s’agissait qu’il appartenait à « l’art de la contestation ».

Jean-Claude Gerez, correspondant de l’Apic en Amérique latine

[1] Luis Espinal. Marxiste ou prophète ? par Jerry Ryan, in choisir n°669 - septembre 2015, www.choisir.ch

mardi, 17 novembre 2015 16:51

RTSreligion décapité !

Écrit par

RTSLa direction de la RTS vient de décider, ce mardi 17 novembre, la suppression pour 2017 de tous ses magazines religieux radio et télé, annoncent dans un communiqué de presse Médias-pro et Cath-Info. « Cette mesure est inopportune et disproportionnée... au moment où la nécessité d’un traitement religieux de l’information se manifeste à travers les tragiques événements de Paris », déclarent Michel Kocher et Bernard Litzler, respectivement directeurs de Médias-pro et de Cath-info, qui portent avec la RTS la responsabilité de ces magazines.

« Nos journalistes, et leurs employeurs que nous représentons, Cath-Info (catholique) et Médias-pro (protestants-CER), sont sous le choc. Ils ne comprennent pas pourquoi un travail et une collaboration éditoriale, uniques en Suisse, sont ainsi massivement et unilatéralement déconstruits, avec à la clef de probables suppressions d’emplois », écrivent-ils.

Supprimer les deux magazines radio (A vue d’Esprit et Hautes Fréquences) et le magazine TV (Faut pas croire) revient à amputer RTSreligion de 50% de son potentiel et à priver les auditeurs et spectateurs romands de rendez-vous réguliers d’analyse de la dimension religieuse de la société. « Nous n’aurons plus la possibilité de proposer des magazines d’approfondissement, de reportage et de débat interreligieux. A l’heure où la radicalisation religieuse est à l’œuvre, où les replis identitaires sont une forme de penchant naturel, ce choix éditorial de la direction des programmes de la RTS est incompréhensible », s’insurge les signataires du communiqué.

Le partenariat éditorial entre la RTS, Cath-Info et Médias-pro est ancien, rappellent Michel Kocher et Bernard Litzler. Les premiers magazines religieux datent de 1964. Dans les années 2000, les journalistes protestants et catholiques ont élargi leur contenu au domaine interreligieux. Aujourd’hui ils couvrent l’entier des confessions et religions, à la satisfaction de tous. Une récente analyse externe concernant la couverture du judaïsme a souligné l’équité et l’équilibre du traitement. D’innombrables débats, dossiers et reportages ont fait connaître au grand public des voix et acteurs essentiels. La suppression des magazines rendra très difficile le maintien d’une rédaction religieuse au sein de la RTS.

Les économies que la RTS doit mettre en œuvre correspondent à 3% de son budget. Mais « pourquoi RTSreligion devrait y laisser 50% de ses forces ? L’effort est disproportionné », souligne encore le communiqué. Et « ce d’autant que Cath-Info et Médias-pro produisent les émissions parmi les moins chères de tous les programmes. De plus, ils assument une part non négligeable des coûts, notamment les salaires de producteurs. Dans ces circonstances, difficile de ne pas voir une décision qui répond à d’autres objectifs qu’économiques. »

Les soussignés espèrent que les négociations avec la direction de la RTS, au cours de l’année 2016, pour la reconduction de la convention entre le service public et les organes ecclésiaux, conduiront à une meilleure prise en compte de la dimension religieuse au sein des programmes de la RTS.

JRS FranceA l’approche de l’hiver, les migrants sont de plus en plus nombreux à privilégier les voies terrestres. En ce mois d’octobre 2015, ils sont chaque semaine des milliers à traverser l’Europe centrale en provenance des Balkans. La plupart passe par l’Autriche où il arrive chaque jour quelque 5500 réfugiés. En Hongrie, près de 16 000 migrants sont entrés sur le territoire entre le samedi 7 et le dimanche 8 octobre.

Contacté par Radio Vatican, le directeur régional du Service jésuite des réfugiés Europe (JRS Europe), Jean-Marie Carrière sj, faisait part de son sentiment sur la politique migratoire européenne et le projet d’intégration « Welcome » français. En juin, il publiait dans notre revue choisir une analyse sur la vague migratoire cherchant notamment à rejoindre les côtes italiennes par voie maritime : « L'Europe et les boat-people : pour un accès sûr et légal. »


Le lien pour le lire

Le lien pour l'écouter

mercredi, 14 octobre 2015 16:54

Drogues et peine de mort

Écrit par

A l’occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort (10 octobre), la Coalition mondiale contre la peine de mort a attiré l’attention sur l’application de la peine de mort pour des infractions liées aux drogues. En Suisse, l’ACAT-Suisse et lifespark dénoncent les procès inéquitables reliés au trafic de drogue et soulignent l’inutilité des exécutions capitales pour lutter contre le trafic de drogue. Si la peine de mort est abolie en Suisse, une partie de l’opinion publique du pays y reste favorable, déclarent dans un communiqué de presse ces associations. Il est donc important de rester attentifs aux débats actuels sur la peine de mort dans le mode.

De nombreux pays ont ajouté la peine capitale pour trafic de drogue dans leur arsenal juridique entre 1980 et 2000, alors que la tendance mondiale était à l’abolition. Cet endurcissement coïncide avec un plan mondial de lutte contre la drogue. Les Nations Unies ont en effet élaboré et adopté la Convention internationale contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes. Depuis, certains Etats ont développé des stratégies musclées pour éradiquer le trafic de drogue. Et la peine de mort en fait partie, particulièrement dans le sud-est asiatique. Il y a donc aujourd’hui 33 pays dans lesquels le trafic de drogue est la principale cause de condamnations et d’exécutions. dont l’Iran, l’Arabie Saoudite, le Vietnam, la Malaisie, Singapour et l’Indonésie. La grande majorité des milliers de personnes exécutées en Chine en 2014 ont été condamnées pour trafic de drogue. Très souvent, les personnes condamnées à mort dans le cadre d’une affaire de trafic de drogue sont des « petites mains » et autres « mules » alors que les acteurs majeurs ne sont que rarement pris dans les mailles du filet des autorités judiciaires.

Le pape François va bientôt apparaître dans le clip vidéo d'une chanson intitulée Nous voulons la vie et l'eau. L'information a été révélée en exclusivité à Jean-Claude Gerez, correspondant de cath.ch en Amérique latine, par Mgr Pedro Barreto, archevêque de Huancayo, au Pérou. Le clip, réalisé à partir de la chanson d'un artiste péruvien et utilisant les dernières technologies, est en phase de post-production et devrait sortir à la fin du mois d'octobre.

Page 9 sur 20

Retrouvez les propos du pape François parus dans choisir, assortis de 11 réactions de spécialistes !

Livre Pape 2

Avec, en exclusivité sur notre site, les propos de Pierre Emonet sj, directeur de choisir, et de Charles Morerod op, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg.