bandeau actu2

News

mardi, 11 août 2015 10:57

Un 1er septembre, « pour la création »

Écrit par

Le pape François a institué une Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création. Elle sera célébrée chaque année le 1er septembre et aura un caractère œcuménique puisqu’elle est déjà célébrée par l’Eglise orthodoxe. Le pape répond ainsi à la suggestion du métropolite Jean de Pergame, représentant du patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée 1er.
Cette Journée mondiale annuelle « offrira à chacun des croyants et aux communautés (…) l’opportunité de renouveler leur adhésion personnelle à leur vocation de gardiens de la création », précise le pape. La date commune avec l’Eglise orthodoxe, souligne-t-il, permettra en outre de « témoigner de notre communion croissante avec nos frères orthodoxes ». Le pape souhaite que cette Journée implique aussi d’autres Eglises et Communautés ecclésiales, et qu’elle soit en accord avec les initiatives du Conseil œcuménique des Eglises organisées sur ce thème.

DallOglio 2012 VeDro« Dans quelques jours, cela fera deux ans que le Père Dall’Oglio a été enlevé en Syrie. Je lance un sincère et pressant appel pour la libération de cet estimable religieux ». Le pape François a lancé cet appel solennel à l'issue de la prière de l'Angélus du dimanche 26 juillet 2015, place Saint-Pierre. « Je ne peux pas oublier non plus les évêques orthodoxes enlevés en Syrie et toutes les personnes qui, dans les zones de conflit, ont été prises en otage » a souligné le Saint-Père, qui a plaidé une nouvelle fois pour que les autorités locales et internationales s'engagent « afin que nos frères puissent retrouver rapidement la liberté ».

Un jésuite militant
Militant du dialogue islamo-chrétien, Paolo Dall'Oglio s’est rendu le 27 juillet 2013 dans la ville de Raqqa au nord-est de la Syrie. Expulsé en juin 2012 pour avoir défendu l’opposition au régime syrien de Bachar El Assad, le prêtre jésuite italien bravait l’interdiction de fouler le sol syrien où il vécut pendant plus de trente, notamment au monastère de Mar Moussa. En se rendant à Raqqa, il souhaitait instaurer un dialogue entre les différentes factions hostiles au régime de Damas, se combattant entre elles. Il voulait tenter une médiation entre les groupes les plus radicaux, et en particulier auprès des djihadistes de l’Etat islamique en Irak et au Levant. On est sans nouvelle de lui depuis le 29 juillet 2013.

L'espoir d'une amie du père Dall'Oglio
Cette situation est des plus difficile pour ses proches, comme l’a expliqué l'historienne Marie Peltier chargée des questions interculturelles et internationales à Pax Christi France, une amie du Père Paolo. Elle est interrogée par Cécilie Corso pour Radio Vatican :
http://fr.radiovaticana.va/news/2015/07/30/lespoir_dune_amie_du_p%C3%A8re_dalloglio,_enlev%C3%A9_il_y_a_deux_ans/1162004

 

lundi, 29 juin 2015 14:52

Croire en bon Suisse ou en bon Français...

Écrit par

Entre lacsUn reportage du 18 juin 2015 sur "Croire de part et d’autre de la frontière".
A écouter ci-dessous ou à podcaster sur http://rcf.fr/culture/entre-lacs
Pour les émissions plus anciennes, s'enregistrer sur le site de RCF74.

vendredi, 26 juin 2015 09:36

La Suisse et la torture

Écrit par

tortureEn cette Journée internationale de soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-Suisse (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture), TRIAL (Track Impunity Always) et Humanrights.ch ont remis une pétition munie de 7000 signatures au Conseil fédéral, lui demandant d’intégrer le crime de torture au Code pénal. A ce jour, l’application des dispositions de la Convention internationale contre la torture reste en effet inachevée.

La Suisse est partie depuis 1987 à la Convention des Nations unies contre la torture (CAT), qui définit la torture et prévoit une base légale pour la prévention, la poursuite en justice et la sanction des actes de torture. Elle est également partie à la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) depuis 1973, qui incrimine elle aussi la torture. Or à ce jour, la législation pénale suisse ne contient pas d’incrimination globale de la torture. Le Code pénal suisse incrimine les actes de torture qualifiés de crimes contre l’humanité ou d’infractions graves aux Conventions de Genève, mais ne les réprime pas s’ils sont commis dans d’autres contextes. S’il est vrai que le Code pénal prévoit des dispositions juridiques relatives aux infractions contre la vie et l’intégrité corporelle, aux crimes et délits contre la liberté ou aux infractions contre l’intégrité sexuelle, ces normes ne couvrent pas tous les aspects de la notion de torture. De plus, les sanctions prévues pour ce genre d’infractions ne sont pas à la hauteur de la gravité du crime de torture et risquent de ne pas avoir d’effet dissuasif. En bref, l'introduction du crime de torture permettrait à la Suisse de poursuivre les actes de torture qui ne tombent actuellement sous le coup d'aucune disposition pénale suisse, et ce quels que soit le lieu où ils ont été commis, ainsi que la nationalité de leurs auteurs et de leurs victimes.

En avril dernier, la Cour européenne des droits de l’homme (CrEDH) a condamné l’Italie pour avoir violé l’article 3 de la CEDH relatif à l’interdiction de la torture. Le plaignant, Arnaldo Cestaro, a été la cible de violences policières aggravées alors qu’il manifestait lors du sommet du G8 à Gênes en juillet 2001. Selon la CEDH, les graves violations qu’il a subies équivalaient à de la torture. Or ces attaques sont restées impunies. La législation pénale italienne ne prévoyant ni définition ni sanction pour de tels actes. Le 7 avril 2015, la Cour a rendu un arrêt décisif, condamnant l’Italie pour avoir violé l’article 3 de la CEDH, non seulement à cause des mauvais traitements subis par Arnaldo Cestaro, mais aussi pour sa législation pénale inadéquate en matière de sanction de la torture.

divorceLa présentation à la presse le 23 juin de l’Instrumentum laboris, le document de travail de la prochaine assemblée des évêques sur la famille, montre que la question de l’accès à la communion des divorcés remariés continue de faire débat dans l'Eglise catholique romaine. Mgr Bruno Forte, secrétaire spécial du synode sur la famille, a rappelé que ce sera au final au pape François de trancher.

Ce document de travail évoque avec prudence la nécessité d’une meilleure intégration des personnes divorcées au sein de la vie ecclésiale, en mettant fin à certaines « exclusions » dans le cadre des activités pastorales. La possibilité d’un « parcours pénitentiel » y est évoquée, mais le consensus semble plutôt se faire dans le cadre de situations de continence, et en vue d’une « communion spirituelle ». Certains, précise pourtant le document, suggèrent de laisser les prêtres évaluer eux-mêmes le parcours des divorcés remariés en vue de leur accès aux sacrements. Faut-il voir dans ces propositions l’orientation générale que souhaite donner le Secrétariat général du synode pour l’assemblée ordinaire des évêques en octobre ? Le cardinal Peter Erdö, archevêque de Budapest et rapporteur général du synode, a tenu à préciser : « Il s’agit des synthèses des propositions de l’Instrumentum laboris, pas de notre position idéologique. » Des propositions issues, en effet, des quelque 99 réponses et 359 observations envoyées par les conférences épiscopales du monde entier, des paroisses, associations familiales, organisations civiles, fidèles individuels, etc.

Pas de non préalable
Prudent, le cardinal Erdö a ainsi estimé que ce synode, comme tous les autres, posait la question de l’essence même du christianisme : « Sommes-nous une religion naturelle que nous devons refléter de manière philosophique sur les expériences humaines ? Sommes-nous les disciples de Jésus-Christ, qui est une personne historique concrète avec des enseignements concrets ? » Reconnaissant que cet enseignement a toujours été très exigeant, voire même scandaleux déjà à l’époque du Christ, le cardinal Erdö a pourtant insisté sur la fidélité à la tradition de l’Eglise.
Pour l’heure, la question de l’accès à la communion des personnes divorcées remariées n’est donc pas tranchée. « Il n’y a pas de ‘non’ préalable, a tempéré Mgr Bruno Forte, il y a une discussion en cours, qui ensuite évidemment sera mise entre les mains du pape. » « Le vrai défi n’est pas de dire ‘oui à la communion, non à la communion’, a ajouté le prélat italien, mais bien ‘comment aider les personnes à se sentir intégrées dans la vie ecclésiale’. » Pour le secrétaire spécial du synode, la précédente assemblée synodale a montré, en outre, l’importance du discernement vis-à-vis des situations des personnes. Ces avis nuancés au sein du secrétariat général du synode donnent un avant-goût du débat lors de l’assemblée d’octobre prochain. (apic)

mercredi, 17 juin 2015 09:32

Encyclique du pape sur l’écologie "Laudato Sì"

Écrit par

titreLa revue choisir publiera sur son site demain, jeudi 18 juin, à 12h, le texte de l’encyclique du pape François sur l’écologie humaine, respectant ainsi l’embargo décrété par le Vatican.

Cet embargo sur l’encyclique du pape a été violé par vaticaniste Sandro Magister, de l’hebdomadaire L’Espresso, qui l’a mise en ligne sur son blog. Le porte-parole du Vatican, le Père Federico Lombardi, lui a retiré son accréditation. Ce n’est pas encore le texte final, et l’embargo reste en vigueur. Par respect à notre éthique professionnelle, nous attendrons donc jeudi 18 juin, midi, pour mettre en ligne l’encyclique de François Laudato Sì (« Loué sois-tu », titre tiré du Cantique des créatures de saint François d’Assise). Vous pourrez la lire en italien, en anglais, en espagnol ou en allemand. Vous y trouverez aussi une mise en perspective historique du texte.

Comme l’explique la revue jésuite de Rome Civiltà cattolica, dans un numéro à venir consacré à l’encyclique, l’écologie « n’est pas seulement une question d’économie, mais aussi d’éthique et d’anthropologie ». Et le but du pape n’est pas « uniquement de faire des spéculations, mais d’inviter les hommes de bonne volonté à considérer leur responsabilité pour les générations futures ».

vendredi, 24 avril 2015 09:24

Initative interreligieuse en Egypte

Écrit par

Un grand groupe d’imams liés à Al Azhar- le plus grand centre théologique de l’islam sunnite- et de prêtres coptes visitent ensemble depuis le 22 avril les écoles de la province égyptienne de Minya, en Egypte, pour rencontrer les étudiants et promouvoir, à travers des conférences et des débats, une culture de la rencontre et de la paix, la valorisant comme base pour une cohabitation pacifique sociale et religieuse. L’initiative, soutenue par le Grand Imam d’al Azhar Ahmad al-Tayyeb et par le patriarche copte orthodoxe Tawadros II, vise à renforcer le tissu de la solidarité nationale et à promouvoir la tolérance réciproque fondée sur le partage de valeurs communes, à partir de la compassion et de la solidarité envers leurs concitoyens en difficulté.

« Les rencontres dans les écoles- déclare Anba Botros Fahim Awad Hanna, archevêque copte catholique de Minya - se déroulent sous l’égide de « Maison de la famille égyptienne », un organisme de connexion interreligieux créé il y a des années par le grand Imam d’Al Azhar et par le patriarche copte orthodoxe et revivifié ces derniers temps comme instrument pour prévenir et mitiger les contradictions sectaires, dans un moment où l’explosion du sectarisme fondamentaliste semblait mettre à risque l’unité nationale même. Les imams et les prêtres sont une quarantaine et ils œuvrent tous dans notre religion. Une initiative analogue s’est déroulée il y a quelques semaines dans certaines écoles du Caire ». Le programme vise à impliquer graduellement les écoles dans d’autres zones du pays affligées par des conflits sectaires comme la province de Minya. (Radio Vatican)

jeudi, 23 avril 2015 16:06

Mains propres !

Écrit par

OMSEn cette journée mondiale de l’hygiène des mains, déclarée telle par l’OMS le 5 mai 2009 pour la première fois, pourquoi ne pas rappeler que c’est à un médecin genevois, Didiet Pittet, que l’on doit la fameuse solution hydro-alcoolique utilisée dans de nombreux hopitaux aujourd’hui, pour la plus grande sécurité des patients. Le livre de Thierry Crouzet,  Le geste qui sauve (Lausanne, L’Age d’homme 2014, 168 p.) relate l’histoire captivante de cette découverte d’un geste qui sauve des millions de vie : l’utilisation par le personnel soignant d’un produit ordinaire et efficace, une solution hydro-alcoolique. Une démarche qui entraîne une diminution considérable des infections transmises dans les hôpitaux, chiffres à l’appui.

Car « une hygiène des mains appropriée est l’une des méthodes les plus simples et efficaces pour réduire les les infections associées aux soins (IAS), écrit l’OMS sur son site. Cependant les personnels de santé dans le monde l’oublient en moyenne dans 60% des situations où elle est requise, au contact des patients. »

Page 10 sur 20

Retrouvez les propos du pape François parus dans choisir, assortis de 11 réactions de spécialistes !

Livre Pape 2

Avec, en exclusivité sur notre site, les propos de Pierre Emonet sj, directeur de choisir, et de Charles Morerod op, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg.