bandeau actu2

News

mercredi, 26 août 2015 09:41

Forum sur Laudato Si' à Lima

Écrit par

Mgr Baretto LaOroya.jpgMgr Baretto à La Oroya, Pérou.L’intérêt suscité par l’encyclique du Pape François sur la protection de la maison commune ne faiblit pas. Hymne à la création et cri d’alarme, Laudato Si' est désormais considéré comme un texte de référence à l’orée de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques qui se déroulera à Paris du 30 novembre au 11 décembre prochain. L’encyclique - qui insiste sur la responsabilité collective - a fait l’objet le 24 août dernier d’un forum d’ouverture d’une semaine de mobilisation pour le climat organisée par le gouvernement péruvien à l’Université des jésuites de Lima, capitale qui avait accueilli la Cop 20 en décembre dernier. Etaient invités à participer à la réflexion des représentants sociaux, économiques et politiques engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Le forum sur l’encyclique du Saint-Père s’est déroulé sous la direction de l’archevêque de Huancayo, Mgr Pedro Barreto, connu pour son engagement écologique. L’encyclique a été décryptée sous l’angle scientifique, politique, économique et théologique avec la participation de quelque 250 représentants des Institutions, du monde politique et universitaire, de l’Église catholique et d’autres religions. Un message du cardinal Peter Turkson a été lu à cette occasion. Le président du Conseil pontifical Justice et Paix encourage l’engagement éducatif et spirituel en vue de favoriser l’alliance entre l’humanité et son environnement naturel, grâce à une conversion intégrale, écologique et humanitaire.

Des changements s’imposent dans plusieurs domaines de la vie humaine : dans le style de vie, dans l’éducation, dans le dialogue entre science, culture et foi, dans les politiques nationales et dans les négociations internationales. Citant l’encyclique du Pape François, le cardinal Turkson souligne qu’il est urgent de rétablir une harmonie sereine avec la Création ; cela passe aussi par la remise en question de nos habitudes et de nos idéaux.

Selon les données publiées il y a quelques jours par l’Agence océanique et atmosphérique américaine, sur les sept premiers mois de 2015, la température à la surface des terres et des océans a été la plus haute jamais mesurée depuis 1880. Le mois de juillet a été proprement torride à l’échelle du globe tandis que la hausse du niveau des mers et de la fonte des glaces se poursuit. De quoi stimuler les 196 parties prenantes à la COP21. (RV/Réd.)

Dans son numéro de septembre la revue culturelle choisir propose une interview de Mgr Pedro Barreto à propos de son rôle de défenseur des droits socio-environnementaux au Pérou. A paraître le 6 septembre. Le numéro peut être commandé à

mardi, 25 août 2015 09:35

Jeunes africains, construisez sur votre terre !

Écrit par

« Les jeunes Africains ne doivent pas se laisser leurrer (…) par la quête d'emplois inexistants en Europe et en Amérique », a affirmé Mgr Nicolas Djomo, président de la Conférence épiscopale de la République démocratique du Congo. « Qu'ils ne cherchent pas des solutions à leurs problèmes en dehors de leur propre pays mais qu'ils luttent pour construire une société meilleure. »
L'évêque de Tshumbe (RDC) a lancé son appel dans le cadre du discours d'ouverture de la réunion de la Jeunesse catholique panafricaine qui s’et tenu à Kinshasa du 21 au 25 août 2015, a annoncée l'agence d'informations vaticane Fides.
« Prenez garde aux tromperies de nouvelles formes de destruction de la culture de la vie, des valeurs morales et spirituelles, a ajouté Mgr Djomo. Utilisez vos talents et les autres ressources à votre disposition pour renouveler et de transformer notre continent et pour la promotion d'une justice, une paix et une réconciliation durables en Afrique (…) Vous êtes le trésor de l'Afrique. L'Eglise compte sur vous, votre continent a besoin de vous. »
En rappelant que 70 % de la population africaine est composée de jeunes, le Père Komakoma, Directeur des Communications du symposium des Conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar, a pour sa part affirmé que « les jeunes constituent la tranche la plus importante de la population sur laquelle l'Église doit compter, de manière prioritaire, dans le cadre ses efforts d'évangélisation tels que la promotion de la justice, la paix, la réconciliation, et le développement de notre continent". (apic/fides/réd.)

En 2008 déjà, choisir consacrait un article à la problématique de ces jeunes, qui, poussés par le rêve d’un travail, bravent la solitude et les dangers … pour ne trouver que la détention ou la mort. Le problème est devenu d'année en année plus aigu. Dans Les sirènes de l'émigration, Hubert Prolongeau raconte le combat d'une Sénégalaise, mère d’un candidat à l’émigration noyé avec ses compagnons de traversée, pour faire rester les jeunes au pays.

lundi, 24 août 2015 10:15

Destruction du monastère de Mar Elian

Écrit par

monastereMarElianMonastère de Mar Elian (photo: FB de Jumelage Deir Mar Elian)C’est une nouvelle tragédie pour les chrétiens de Syrie : des membres de l’Etat islamique ont détruit le 21 août 2015 un monastère dans la ville d’Al-Qaryatayn, au-sud-est de Homs. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, le monastère de Mar Elian, construit il y a 1500 ans, a été rasé à coup de bulldozer. On estime qu’environ 1400 syriaques orthodoxes et 400 catholiques assyriens vivaient à Al-Qaryatain avant de tomber aux mains de l’EI. En 2000, le monastère avait été confié à la communauté de Deir Mar Moussa al-Habachi, refondée à la fin du XXe siècle par le Père Paolo Dall'Oglio sj, enlevé par l'État islamique le 29 juillet 2013.

Le Père jésuite Ziad Hilal, qui est basé à Homs, connait bien ce monastère. Ce prêtre syrien évoque, depuis Londres où il est actuellement en études, son attachement au monastère de Mar Elian et ses inquiétudes face à la présence des djihadistes dans la région de Homs.

Après la destruction du monastère et l’enlèvement de plusieurs dizaines de chrétiens par les terroristes, l’Œuvre d’Orient publie une déclaration du patriarche syriaque catholique. Mgr Younan interpelle l’Occident face à des « aberrations commises par des barbares qui se réclament d’Allah et de la religion de la miséricorde ».

Cette bien triste nouvelle pour la paix entre les peuples résonne d'autant plus douloureussement que le monastère de Mar Elian était un lieu important pour Père jésuite Paolo Dall'Oglio qui avait refondé la communauté Deir Mar Moussa al-Habachi à la fin du XXe siècle à laquelle le monastère d’Al-Qaryatayn avait été confié en 2000 et dont nous n'avons aucunes nouvelles depuis son enlèvement par l'EI en 2013. Le P. Jacques Mourad, prêtre syrien-catholique, supérieur du monastère Mar Elian (saint Elie) et membre de la communauté Al Khalil, était lui aussi enlevé le 21 mai 2015 dernier par les islamistes à Qaryatayn en Syrie, petite ville située à 40 km au sud-est de Homs, sur la route de Palmyre.

Une Histoire
Le monastère Le Deir Mar Elian el-Cheikh ou monastère de Mar Elian (en français « monastère de Saint Julien l’Ancien ») est érigé au Ve siècle dans une oasis d'Al-Qaryatayn, en Syrie. Abandonné au XVIIIe siècle, le monastère reste cependant un lieu de prières et de dévotions pour les chrétiens mais également pour les musulmans qui viennent y chercher l’intercession du saint.

Le monastère accueille et protège des milliers de réfugiés syriens de mars 2011 à août 2015, date à laquelle les islamistes remportent la bataille d'Al-Qaryatayn et enlèvent plusieurs dizaines de civils réfugiés au sein de l'église. Le 21 août, le monastère est finalement rasé à coup de bulldozer lors d'une mise en scène filmée et publiée sur internet par l'organisation terroriste1. Après la destruction du monastère, le patriarche Younan interpelle l’Occident face à ces « aberrations commises par des barbares qui se réclament d’Allah et de la religion de la miséricorde ». (RV/wikipedia/red.)

jeudi, 20 août 2015 10:49

Pèlerinage à la Vierge noire d'Einsiedeln

Écrit par

einsielden2

Samedi, 29 août 2015, les Africaines et les Africains résidant en Suisse et les amis du continent africain se rendront en pèlerinage, pour la 5e fois, à la « Vierge noire » d’Einsiedeln (SZ). Plus de 350 pèlerins originaires de tous les pays africains sont attendus. Mais tous les intéressés sont invités à y participer.
Un des objectifs du pèlerinage est de rendre attentif le monde à la présence dans l’Eglise de Suisse de chrétiens qui proviennent du continent africain. Le destin des migrants et des réfugiés africains sera donc une des thématiques principales traitées au cours de cette 5e édition. À côté du français, de l’allemand, de l’italien et de l’anglais, on entendra aussi du Lingala, Igbo, Tygrinna et de nombreuses autres langues africaines.
Le pèlerinage s’ouvrira à 10h30 avec la rencontre de tous les pèlerins sur le parvis de l’abbaye d’Einsiedeln. C’est en effet ici que commencera le Chemin de croix avec plusieurs chants des différents pays africains. Plusieurs chœurs africains accompagneront la rencontre, dont le point culminant sera la célébration eucharistique dans l’église de l’abbaye, à 12h30, qui sera présidée par Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion et délégué de la Conférence des évêques suisses pour la pastorale des migrants. Le pèlerinage est organisé sous le patronage de migratio, le service de la CES pour les migrants et les gens du voyage.(com/réd.)

Informations : Coordination générale du pèlerinage africain à Einsiedeln 2015, Marco Schmid :

Einsielden

mercredi, 12 août 2015 11:11

Un "génie mystique" mort il y a quarante ans

Écrit par

Le 10 août dernier a marqué le jour anniversaire de la mort de l’Abbé Maurice Zundel, prêtre et théologien catholique neuchâtelois qui a frappé par sa vision de la relation au Créateur.

mardi, 11 août 2015 11:00

Vatican - Timor oriental

Écrit par

TimorLe cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, présidera au nom du pape François les cérémonies du cinquième centenaire de l’évangélisation du Timor oriental, le 15 août 2015, à Dili, la capitale du pays. A cette occasion, il signera un concordat entre le Saint-Siège et le petit Etat asiatique.
Le concordat, négocié depuis 2006, a pour but d’établir le cadre légal des relations entre le Saint-Siège et le Timor oriental, comme les activités et la gestion des biens de l’Eglise, les nominations d’évêques, les réductions d’impôts ou encore les jours fériés dédiés aux fêtes religieuses.
Avec 97 % de fidèles, le Timor oriental est l’un « des plus petits pays catholiques au monde », comme le dit son Premier ministre, Rui Maria de Araújo et l’un des deux seuls pays d’Asie à dominante catholique (suite à l’arrivée des Portugais au début du XVIIe siècle).
Le Vatican a toujours été considéré comme un allié diplomatique, surtout pendant l’occupation indonésienne, entre 1975 et 2002, nommant des évêques sans qu’ils soient sous l’autorité de la Conférence épiscopale d’Indonésie. Les relations diplomatiques entre le Saint-Siège et le Timor oriental remontent à mai 2002, au sortir de l’indépendance. Dili ne compte qu’une quinzaine d’ambassades à travers le monde, dont celle auprès du Saint-Siège.
(cath.ch-apic/réd.)

A entendre encore au micro de Radio Vatican, François Raillon, directeur de recherche au CNRS et spécialiste de l’Asie du Sud-Est. Il s'exprime à propos de l'Eglise du Timor oriental.

mardi, 11 août 2015 10:57

Un 1er septembre, « pour la création »

Écrit par

Le pape François a institué une Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création. Elle sera célébrée chaque année le 1er septembre et aura un caractère œcuménique puisqu’elle est déjà célébrée par l’Eglise orthodoxe. Le pape répond ainsi à la suggestion du métropolite Jean de Pergame, représentant du patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée 1er.
Cette Journée mondiale annuelle « offrira à chacun des croyants et aux communautés (…) l’opportunité de renouveler leur adhésion personnelle à leur vocation de gardiens de la création », précise le pape. La date commune avec l’Eglise orthodoxe, souligne-t-il, permettra en outre de « témoigner de notre communion croissante avec nos frères orthodoxes ». Le pape souhaite que cette Journée implique aussi d’autres Eglises et Communautés ecclésiales, et qu’elle soit en accord avec les initiatives du Conseil œcuménique des Eglises organisées sur ce thème.

DallOglio 2012 VeDro« Dans quelques jours, cela fera deux ans que le Père Dall’Oglio a été enlevé en Syrie. Je lance un sincère et pressant appel pour la libération de cet estimable religieux ». Le pape François a lancé cet appel solennel à l'issue de la prière de l'Angélus du dimanche 26 juillet 2015, place Saint-Pierre. « Je ne peux pas oublier non plus les évêques orthodoxes enlevés en Syrie et toutes les personnes qui, dans les zones de conflit, ont été prises en otage » a souligné le Saint-Père, qui a plaidé une nouvelle fois pour que les autorités locales et internationales s'engagent « afin que nos frères puissent retrouver rapidement la liberté ».

Un jésuite militant
Militant du dialogue islamo-chrétien, Paolo Dall'Oglio s’est rendu le 27 juillet 2013 dans la ville de Raqqa au nord-est de la Syrie. Expulsé en juin 2012 pour avoir défendu l’opposition au régime syrien de Bachar El Assad, le prêtre jésuite italien bravait l’interdiction de fouler le sol syrien où il vécut pendant plus de trente, notamment au monastère de Mar Moussa. En se rendant à Raqqa, il souhaitait instaurer un dialogue entre les différentes factions hostiles au régime de Damas, se combattant entre elles. Il voulait tenter une médiation entre les groupes les plus radicaux, et en particulier auprès des djihadistes de l’Etat islamique en Irak et au Levant. On est sans nouvelle de lui depuis le 29 juillet 2013.

L'espoir d'une amie du père Dall'Oglio
Cette situation est des plus difficile pour ses proches, comme l’a expliqué l'historienne Marie Peltier chargée des questions interculturelles et internationales à Pax Christi France, une amie du Père Paolo. Elle est interrogée par Cécilie Corso pour Radio Vatican :
http://fr.radiovaticana.va/news/2015/07/30/lespoir_dune_amie_du_p%C3%A8re_dalloglio,_enlev%C3%A9_il_y_a_deux_ans/1162004

 

Page 13 sur 23

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL