lundi, 11 mai 2020 09:37

Sommaire choisir n° 696

ÉDITORIAL 
Le bonheur à l’école du virus 
par Pierre Emonet sj, directeur


BONHEUR

SPIRITUALITÉ 
Le ciel sur la terre: là où ça chante
par Yvan Mudry, Lausanne, journaliste et essayiste
«Le cœur me bat d’être là /dans le paradis des jours.»  En deux vers, le poète dévoile ce qu’il y a à savoir sur ces lieux énigmatiques où le ciel s’invite sur la terre. Oui, la porte de tels lieux s’ouvre bel et bien parfois devant nous, et en associant éden et rythme cardiaque, il nous souffle que le bonheur est affaire de vibration, mieux, de résonance: nous y goûtons quand je ne sais quoi vient à nous et nous emporte en élargissant et en élargissant encore l’espace devant nous.

BIBLE
Une promesse paradoxale
par Jacques Trublet sj, Paris, professeur émérite d’exégèse biblique aux Facultés jésuites de Paris
Le bonheur est une notion relative. Sa recherche dans la Bible conduit même sur un sentier déconcertant. Selon les deux Testaments, il n’est pas le fruit de notre seul vouloir mais dépend aussi de Dieu. C’est ce qui le rend si aléatoire, mais aussi ce qui permet à l’Homme de gagner en sagesse. Car c’est dans le manque que le désir grandit, se transforme et se tourne vers Dieu.

PHILOSOPHIE
Coûteux phantasme
par Étienne Perrot sj, Lyon, économiste
L’argent fait-il le bonheur? Non, bien sûr! C’est bien connu. Un doute cependant surnage. Outre la sécurité, le confort, voire les plaisirs éphémères qu’il permet d’acquérir, n’offre-t-il pas la liberté et la reconnaissance sociale dont chacun a fondamentalement besoin pour se sentir heureux?

TÉMOIGNAGE
Le champagne de Sœur Emmanuelle
par Lucienne Bittar, Genève, rédactrice en chef
Celui qui ne vit que pour lui-même ne saurait être heureux, car il ne trouvera pas de sens à son existence. Cette «évidence» a été brandie des années durant par Sœur Emmanuelle, comme un étendard, pour motiver ses interlocuteurs à agir pour les autres, en particulier pour les plus pauvres. Et cela marchait! Parce que ses actes étaient alignés sur ses dires, parce qu’elle transmettait une joie de vivre inspirante et qu’elle avait le sens de l’humour!

TÉMOIGNAGE
Partir les mains pleines
par Rachel Wicht, Genève, aumônier catholique, Hôpitaux universitaires de Genève
Lorsqu’il me fut proposé de parler de l’idée du bonheur en fin de vie, je fus troublée et trouvai cela bien saugrenu, voire même déplacé… Puis l’idée a fait son chemin et un souvenir précis m’est revenu.

RELIGIONS
Désirs, fatalité, liberté, un éclairage hindou
par Jacques Scheuer sj, Louvain, professeur émérite d’histoire des religions de l’Asie à Louvain-la-Neuve
Il y a fort à parier que toutes les civilisations ont affronté la question -mieux, le mystère- du bonheur et de son corollaire le malheur. L’Inde et l’hindouisme ne font pas exception. En témoignent les textes les plus anciens, les Védas, ces quelque mille poèmes ou hymnes considérés comme la première strate de la révélation. Leurs traces, toujours vivaces, ont été relues par les Upanishad  qui ouvrent un nouveau chemin d’accès à la plénitude.

LETTRES
Utopie des Lumières
par Michel Porret, Genève, professeur d’histoire moderne, Université de Genève
Au temps des Lumières, L’Utopie  (1516) de Thomas More génère un enthousiasme appuyé, car le roman escorte l’espoir politique et social du bonheur dans la cité juste, ce qui semble assez paradoxal. Figée dans la perfection, hors de l’histoire, l’utopie en effet force au bonheur, avec l’égalité contre la liberté, alors qu’au XVIIIe  siècle l’impératif du bonheur politique en contrat social valide a contrario les libertés légales de l’individu.

SCIENCES
Le goût de l’effort et de la récompense
Entretien avec Sébastien Bouret
par Céline Fossati, Begnins (VD), journaliste choisir
Nos comportements sont étudiés, décodés, évalués… Mais quand il s’agit de définir scientifiquement les états d’âme, cela se corse. Prenons le bonheur. Quels sont les marqueurs neurobiologiques qui l’identifient? Tout dépend de ce que l’on mesure. Pour les neurobiologistes, l’une des pistes du bonheur passerait par la motivation et la récompense, toutes deux moteurs de l’action.


COULEURS

SCIENCES
Les animaux nous en mettent plein la vue
par Chloé Laubu, Saint Julien-en-Genevois, docteure en biologie du comportement animal
De la coccinelle au zèbre, en passant par le perroquet, le caméléon ou encore le poisson-cachemire, la faune déploie une multitude de couleurs et de motifs, parfois spectaculaires. Les naturalistes ont d’abord été surpris par cette palette qu’offrent les animaux; Darwin lui-même s’en étonnait! Mais cette exubérance n’est pas simplement beauté, elle a sa nécessité.

HISTOIRE
Manger avec les yeux peut être trompeur
par Annick Chevillot, Lausanne, journaliste
Avant de porter un aliment et une boisson à la bouche, on les regarde. Parfois sans en avoir conscience, souvent en salivant. Quelle est votre réaction face à une belle tranche de pastèque rouge? Et mangeriez-vous une fraise bleue? La couleur joue un rôle si important dans notre alimentation que nous avons commencé très tôt à travestir -à «améliorer»- les teintes que Mère nature donne à nos fruits, légumes, viandes, céréales, poissons et boissons. Non sans dérapages.

SOCIÉTÉ
Des illusions aux effets réels
Entretien avec le designer Jean-Gabriel Causse
par Lucienne Bittar, Genève, rédactrice en chef
Comme notre monde serait triste en noir et blanc! Sans les couleurs, nous serions amputés d’une large part de notre gamme émotionnelle et de nos possibles. S’appuyant sur une importante littérature scientifique, le coloriste Jean-Gabriel Causse a étudié les influences physiologiques et psychologiques des couleurs sur nos humeurs et comportements, sur notre créativité, nos capacités cognitives, notre sexualité et performances sportives...

ARTS
À la Collégiale de Romont, chaque heure est différente
par Stefan Trümpler, Romont, historien de l’art
Le trajet qui conduit vers le Vitrocentre, au château de Romont, longe la Collégiale de la ville, un sublime édifice médiéval, doté d’un ensemble emblématique de vitraux du XIVe  au XXe  siècle. Les merveilles de cette église côtoyée durant trente ans m’ont procuré une sensation qui a profondément marqué ma perception des vitraux: ces œuvres d’art ne sont jamais les mêmes.

PHOTOGRAPHIE
Une histoire de valeurs
par Nathalie Boulouch, Rennes (F), historienne d’art
En avril dernier, l’exposition Noir et blanc, une esthétique de la photographie  devait ouvrir ses portes au Grand Palais de Paris. Un tel titre attire l’attention. En 2020, le noir et blanc est-il tellement marginalisé face au déferlement des photographies en couleurs qu’il devient nécessaire de le repositionner sur le devant de la scène? L’histoire montre que les rapports entre noir et blanc et couleur dans la photographie sont bel et bien conditionnés par les hiérarchies culturelles.


CULTURE

REPORTAGE
Au nom de Dieu: le Biafra aujourd’hui
par Didier Ruef, Lugano, photographe
À l’occasion des 50 ans de la fin de la guerre civile du Nigeria, Didier Ruef a suivi le Père Gerald Chukwudi Ani dans son pays natal, le temps d’un reportage. Né en 1973 à Agbani, dans l’État d’Enugu, un siècle après que le christianisme soit arrivé au Biafra dans les malles des Britanniques, Gerald Chukwudi Ani a été ordonné prêtre au Tessin en 2009. Les attentes de ses proches restés au pays sont à la mesure de ses deux casquettes d'émigré et de prêtre.

LETTRES
Pipou (inédit)
par Bernard Utz, Vaud, écrivain
Elle n’avait que peu de sympathie pour les alcooliques. Depuis son balcon étroit, accoudée à la balustrade, une tasse de café brûlant à la main, elle estimait avoir ses raisons.

LIVRES OUVERTS
Recensions n° 696
Chaque trimestre, la revue choisir présente une sélection de recensions d'ouvrages.

Mon corps, c’est moi

Musée de l'Ermitage, Cupidon et Psyché, Russie © GODONG, Pascal Deloche

La Covid-19 le rappelle avec insistance. Mais sous ses dehors d’évidence, la formule ne coule pas de source. L’histoire des idées le démontre: le corps, prison de l’âme est une idée ancienne.
Retour sur une dichotomie répandue, avec l’historien Jean-Blaise Fellay sj

Lire l'article


Act of Good

Téléphone interdit dans l'église, appel de Dieu, Paris © GODONG, Fred de Noyelle

Certains voient dans la Covid-19 la main de Dieu. Mais pourquoi, dans une situation émotionnelle majeure, faire immédiatement référence à l’Invisible, à l’Inatteignable?
Un clin-d’oeil de Gérald Morin

Lire l'article


Découvrez
nos dernières éditions

choisir 696 revue culturelle choisir 695 revue culturelle
choisir 694 revue culturelle choisir 693 revue culturelle
choisir 692 revue culturelle choisir 691 revue culturelle