bandeau actu2

Editoriaux

jeudi, 30 mai 2013 09:47

Soutenus et responsables

Écrit par

Pauvreté, chômage, suicide, drogues... Le sommaire de ce numéro égraine un chapelet de misères, de situations de précarité ou de violence. Qu’on ne s’y méprenne pas, si la réalité n’est pas masquée, elle ne se veut pas pour autant écrasante. Au fil des articles, on se rend compte du nombre de gens qui se sont impliqués pour soulager leurs semblables, et des progrès réalisés sur le plan humanitaire en l’espace de deux siècles. Le XIXe siècle vit naître la Croix-Rouge ;[1] le XXe siècle fut, certes, celui de massacres innommables,[2] mais aussi celui des luttes pour les droits humains, sociaux et syndicaux. Quelles avancées éthiques nous réserve le XXIe siècle ? Qu’inventeront nos enfants ? Car si l’Occident a fait des bonds en avant inouïs sur le plan humanitaire et social, ces acquis doivent constamment être protégés et adaptés aux changements. Oui, la guerre contre la drogue a échoué. Oui, l’appauvrissement des classes moyennes est une réalité et le nombre de sans-abri, de mendiants, de chômeurs est en croissance. Oui, les solutions politiques s’avèrent souvent décevantes dans la pratique. A lire Olivier Guéniat,[3] membre de la Commission fédérale pour les questions liées aux drogues, on se dit que tout est à ré-inventer à chaque fois ! Affronter les échecs, chercher des pistes d’évolution reste un devoir citoyen qui interpelle chacun d’entre nous.

Jamais, d’ailleurs, une société n’a eu autant à affronter sa réalité. Avec Internet, chacun peut « tout savoir sur tout ». Transparence et libération obligent (impudeur aussi, mais pourquoi voir toujours le pire ?), les tabous tombent les uns après les autres. La pauvreté, l’inceste, le suicide, la toxicomanie, l’homosexualité... autant de sujets dont on débat publiquement. Ceux qui vivaient leurs peines, leurs différences dans le secret, la solitude et l’angoisse, peuvent se dire plus facilement. Qu’on s’en souvienne, être au chômage dans les années 1970 était considéré comme un manquement à son devoir et être pauvre n’était pas loin d’être une tare ! En Suisse, entre 1920 et 1960, des enfants ont été séparés de leurs parents, trop miséreux pour subvenir à leurs besoins, et placés dans des familles de paysans. Un livre (1991), puis un film et à présent une exposition intitulée Enfance volée sont revenus sur la question. « L’exposition ne prétend pas dire comment les choses devraient être, elle veut susciter des questions, proposer une plate-forme de discussion. »[4] C’est aussi notre but.

Et celui de bien d’autres qui réfléchissent, creusent des pistes ou militent dans le cadre de leur fonction, cherchant des remèdes à la précarité. Avec la crise, la polarisation politique est de retour. Les tenants du libéralisme et de l’individualisme à tous crins se confrontent aux collectivistes supporters de l’intervention étatique. Les uns, comme dans certaines villes aux Etats-Unis, proposent de remplacer la police par des milices privées et à chaque citoyen d’acheter son lampadaire s’il veut éclairer la rue... Les autres brandissent le catalogue des droits fondamentaux comme autant de devoirs dont la charge reviendrait à l’Etat. La nouvelle Constitution genevoise, entrée en vigueur le 1er juin, en est un exemple frappant. Entre le « j’ai droit à » (l’assistance sociale, une aide à domicile, de la formation continue...) et le « tous des assistés ! », l’équilibre est constamment à rechercher. Il serait bon aussi de revaloriser la solidarité directe qui prévalait avant l’avènement des acquis sociaux. Telle personne au chômage est logée depuis des mois chez une amie. Tels parents continuent à prendre en charge leur enfant majeur en rupture scolaire, plutôt que de lui demander de taper à la porte de l’Etat, comme la loi les y autoriserait. Car le droit est une chose, l’amour en est une autre.

Et puisque l’heure est au questionnement, pourquoi ne pas revisiter la notion « d’allocation universelle » des années 90, qui propose que chaque citoyen ait droit à un « revenu d’existence ». La question de la survie financière ainsi réglée, l’Etat pourrait consacrer ses forces à la prévention plutôt qu’à la réparation. Quant au citoyen, il serait à la fois aidé par la collectivité et responsable de ses propres choix.

Lucienne Bittar

1 • Voir Michel Veuthey, Universalisme de l’humanitaire, aux pp. 11-15 de ce numéro.

2 • Voir Jan Marejko, Terres de sang, à la p. 38 de ce numéro.

3 • Voir les pp. 20-23 de ce numéro.

4 • Au Théâtre St-Gervais, à Genève, jusqu’au 7 juillet, http://www.enfances-volees.ch.

mercredi, 27 mars 2013 14:32

Un homme libre

Écrit par
vendredi, 01 mars 2013 10:16

La liberté d’un chrétien

Écrit par
mercredi, 30 janvier 2013 16:08

Le temps de signer…

Écrit par
vendredi, 21 décembre 2012 08:46

La famille au-delà des modèles

Écrit par
jeudi, 06 décembre 2012 11:32

Noël après l’Apocalypse !

Écrit par
lundi, 19 novembre 2012 15:24

Une promesse à tenir

Écrit par
Page 5 sur 10