bandeau art philo

Cinéma

par Alison Milbank pour Thinking Faith

LeHobbitLa dernière partie de l'adaptation très attendue de « Bilbo Le Hobbit » de J.R.R. Tolkien est dans les salles de cinéma. Le Dr Alison Milbank, auteur de « Chesterton et Tolkien comme théologiens », a longuement parlé de la « théologie » de Tolkien et la manière dont la littérature fantastique stimule notre imaginaire collectif. Ci-dessous, la description du voyage « aller et retour» auquel Tolkien nous convie.

J.R.R. Tolkien était professeur à l'Université d'Oxford et un grand spécialiste d'histoire de la langue anglaise et des langues qui l'enrichissent, comme l'anglo-saxon. Elevé par sa mère devenue veuve très tôt - Ronald Tolkien avait 4 ans quand son père est décédé, son frère tout juste 4 ans - il reçoit une éducation chrétienne. Sa mère meurt alors qu'il n'a que 12 ans. Il est alors placé sous la tutelle d'un prêtre catholique. Il vit dans un appartement avec son frère à Birmingham et va à la messe quotidiennement, ce qu'il fera d'ailleurs jusqu'à la fin de sa vie.

mercredi, 10 décembre 2014 01:00

Noé, blockbuster écolo

Écrit par

Emprunté au vocabulaire militaire, le mot blockbuster (casseur de quartier) caractérise les films calibrés pour la masse et mettant en scène des destructions de masses. Noé est le dernier rejeton d'une lignée de blockbusters aux branches multiples. Sorte de Titanic in - versé, où l'humanité engloutie entraîne le monde sous le poids de ses péchés, le film de Darren Aronofsky appartient à la famille des films catastrophe.

mardi, 18 novembre 2014 01:00

Expérimentations : "Tabou"

Écrit par

p30BittarTabou, de Michel Gomes : à voir sur ARTE, le mercredi 19 novembre à 22h30
Rediffusion vendredi 28.11 à 1h00

mardi, 28 octobre 2014 01:00

"L'apôtre" de Cheyenne Carron

Écrit par

ApotreCollageChoisirAkim et son frère Youssef suivent scrupuleusement les obligations de prières quotidiennes et écoutent les prêches de leur oncle Rachid, l'imam du quartier. Ils vivent encore chez leurs parents. Ces derniers, qui pratiquent un islam modéré, laissent leurs fils subir les pressions morales de Rachid. Ainsi lorsque ce dernier leur rend visite, c'est avec une enveloppe de billets destinés à payer le haj (le pèlerinage à la Mecque) d'Akim, en qui il voit un futur imam.

mercredi, 15 octobre 2014 11:02

Immersions en classes

Écrit par

Frederick Wiseman est l'un de mes documentaristes préférés. Alors qu'aujourd'hui les diffuseurs demandent pratiquement un scénario dialogué avant de s'engager sur un documentaire, le réalisateur octogénaire continue à se lancer dans ses tournages comme un perpétuel étudiant. Pendant des mois, il s'immerge - souvent au sein d'une institution américaine - et se fait oublier.

vendredi, 19 septembre 2014 09:55

Déterminations

Écrit par

Ida, de Pawel Pawlikowski

The Dallas Buyers Club, de Jean-Marc Vallée

Anna, orpheline élevée dans un couvent en Pologne, est sur le point de prononcer ses vœux définitifs quand la supérieure lui enjoint de rendre au préalable visite à sa tante. La jeune novice se rend donc en ville chez cette Wanda qu'elle ne connaît pas, la seule famille qui lui reste.

lundi, 18 août 2014 11:20

Version soft, version hard

Écrit par

Yves Saint Laurent, de Jalil Lespert

A Touch of Sin, de Jia Zhangke

Yves Saint Laurent est une biographie servie par deux pensionnaires de la Comédie française : Pierre Niney (LOL), qui interprète avec beaucoup de sensibilité le rôle-titre, et Guillaume Gallienne (Les Garçons et Guillaume, à table), qui incarne son associé et amant, Pierre Bergé.

jeudi, 03 juillet 2014 15:01

Exclusion et fraternité

Écrit par

Rêves d'or, de Diego Quemada-Diez

Zulu, de Jérôme Salle

Découvrir un film d'un réalisateur qui nous est inconnu, c'est faire une rencontre ; une brève rencontre dont on peut sortir bouleversé si le film rejoint, par des voies mystérieuses, notre sensibilité en profondeur. C'est ce qui m'est arrivé en voyant Rêves d'or, le premier long-métrage de l'Hispano- Américain Diego Quemada-Diez. Par son sujet éprouvant - la migration d'un groupe d'adolescents d'Amérique centrale vers l'Eldorado étasunien - La Jaula de Oro rappelle d'autres films récents, comme Los Salvajes (in choisir, avril 2013) ou Sin Nombre (2009) ; mais il s'en distingue par son humanité, sa poésie, sa délicatesse.

Page 7 sur 9