art2

Cinéma

jeudi, 31 octobre 2013 10:58

Des hommes et des saints

Écrit par

Dans la brume, de Sergei Loznitsa

Elefante Bianco, de Paolo Trapero

mercredi, 30 octobre 2013 15:44

Entre maître et esclave

Écrit par

The Master, de Paul Thomas Anderson

Django Unchained, de Quentin Tarantino

 

Sur Ciné+ Club lundi 14 octobre à 11h10, mardi 15 à 22h40 ou vendredi 18 à 17h50

Abe est un adolescent attardé qui, à 35 ans, vit chez ses parents et pantoufle dans l’agence immobilière de son père. C’est ce dernier qui l’a affublé du surnom de Dark Horse, métaphore hippique signifiant outsider. Mais le gros Abe n’a jamais eu envie de courir après quoi que ce soit, à part les figurines qu’il collectionne. Englué dans les projections parentales le concernant, Abe se contente de les rejeter confusément, tout en jalousant la réussite de son frère cadet Richard.

Chris Smith, petit dealer de 22 ans, est menacé de mort par ses fournisseurs parce qu’il s’est fait subtiliser son stock de came. Pour s’en sortir, il veut faire tuer sa mère et récupérer les 50 000 $ de son assurance-vie. Il convainc facilement sa sœur, son père et la compagne de celui-ci d’engager Killer Joe Cooper, tueur à gages et flic de son état.

mercredi, 22 mai 2013 14:45

"Faust", d’Alexandre Sokourov, à la TV

Écrit par

Faust, le film d'Alexandre Sokourov, passe en première diffusion sur Ciné + Club, ce 22 mai à 20h45.
Rediffusion : le 27 mai à 8h25, le 28 mai à 16h50, le 29 mai à 0h10 et le 31 mai à 15h55.


Le Russe Alexandre Sokourovest sans doute le plus important cinéaste contemporain. Après Moloch, Taurus et Le Soleil, Faust a été conçu comme le dernier volet d’une tétralogie sur les dictateurs (Hitler, Lénine et Hirohito). Le personnage de cet opus, qui tient plus cette fois de la fiction que de l’histoire (un docteur Faustus aurait existé au XVIe siècle), permet à Sokourov de réaliser comme une synthèse de ses méditations précédentes sur le pouvoir et la corruption.
Le cinéaste y conserve néanmoins l’angle personnel, intime qui caractérise son approche des « monstres » de l’histoire du XXe siècle. Comme il l’a dit à Venise, où le film a remporté le Lion d’or à la Mostra : « Faust n’est pas une légende, ni un mythe, ce n’est qu’un être humain. »

vendredi, 03 mai 2013 12:16

Trouble dans le Deep South

Écrit par

Diffusé sur Canal+ et Canal+ Cinéma du samedi 4 mai au dimanche 12 mai : horaire des diffusions

Margin Call est un film indépendant américain, le premier long-métrage d’un dénommé J.C. Chandor. Avec un budget de 3 millions de dollars, il lui a fallu déjà payer Kevin Spacey, Jeremy Irons, Demi Moore et Simon Baker (The Mentalist) ! Tournage en trois semaines. Unités de lieu et de temps : tout se passe pratiquement dans les bureaux d’une grande banque d’affaires new yorkaise, la veille et le jour du krach de septembre 2008 qui a déclenché la crise des subprimes, lorsque ont été soldées, à coups de faillites brutales, les spéculations folles sur la titrisation de prêts hypothécaires à risque.

Quasiment un quart de siècle est passé depuis le Wall Street d’Oliver Stone, et avec ses moyens limités, Margin Call gagne en sobriété et en justesse : on est dans un constat plus froid, en phase avec la conscience qu’a notre époque des délires qui affectent la finance de marché. Et tous les comédiens sont excellents, y compris les moins connus Zacharie Quinto et Paul Bettany.

Comme Miss Bala, Margin Call est une incursion dans un monde opaque, régi par un pouvoir nuisible à l’ensemble de la société. Ici ce sont les requins de la finance, une espèce au sang froid qui survit à tous les cyclones. Mais contrairement à Naranjo, Chandor ne nous greffe pas aux victimes ; il nous jette au milieu des « opérateurs de marché », 36 heures dans la tour d’une banque d’affaires dont les derniers étages surplombent la ville gratte-ciel.

Enfermé avec les personnages dans leur bulle, on a du mal à ressentir ce qui est en jeu, à appréhender la réalité des répercussions tragiques de leurs actes. L’éclatement de la bulle ? On comprend que les sommes en jeu sont astronomiques ; que des spéculateurs vont perdre de l’argent ; qu’un grand nombre de traders de la société vont perdre leur emploi et se retrouver grillés dans la profession… mais vu les montants de leurs revenus passés et de leurs primes de départ, on a du mal à les plaindre et à craindre pour leur sort. Les ressorts de la tragédie ne fonctionnent pas.

Mais peu importe : Margin Call nous fait partager le vécu, à un moment critique, de gens qui jusqu’alors, derrière des noms comme Lehman Brothers, ne représentaient dans nos esprits qu’une masse informe et confuse. Quand Chandor décrit un milieu, c’est bien documenté (son père a travaillé 40 ans chez Merrill Lynch), sobre (pas de cliché appuyé), et cinématographiquement efficace.

Sur Canal+ Cinéma, vendredi 3 mai, à 20h45

Présenté à Cannes il y a un an en section « Un certain regard », Miss Bala est diffusé sur Canal+ Cinéma et c’est une excellente surprise. Alors que chaque jour, quantité de thrillers formatés inondent nos TV, ce film mexicain témoigne d’une approche véritablement singulière du genre : ici le « frisson » n’est pas recherché pour le plaisir, ni induit par une dramaturgie formatée, des personnages sadiques ou des effets grand-guignolesques. Gerardo Naranjo réussit simplement à nous plonger dans l’enfer de la vie actuelle au Mexique, un Etat de non-droit, gangrené par les organisations criminelles. C’est réaliste et diablement efficace.

Pour y arriver, le réalisateur colle constamment à son héroïne, Laura Guerrero (Stéphanie Sigman). Laura, jolie fille de 23 ans qui vit à Tijuana dans un milieu modeste, décide de se présenter avec une amie au concours de Miss Basse-Californie. En suivant cette amie au Millenium, un dancing minable, elle se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment : sa vie bascule avec violence dans un monde âpre et déshumanisé. La candidate Miss se retrouve prise dans les rets de « l’Etoile », une organisation criminelle, et plus précisément entre les mains de son chef, l’inquiétant Lino Valdez (Noé Hernandez).

Un monde s’impose alors à la jeune fille ordinaire et au spectateur « normal » (pour reprendre un terme politiquement en vogue en France), qui le subit en même temps qu’elle. Car tout, dans la mise en scène, contribue à faire partager l’expérience telle qu’elle est directement vécue par Laura : la caméra sur elle, même quand elle se retrouve au beau milieu d’une fusillade ; la faible profondeur de champ dans les plans rapprochés, avec le point sur Laura, laissant les visages des truands dans le flou ; le travail sur le hors-champ sonore des talkies-walkies, omniprésents au sein du fonctionnement mafieux… Comme Laura, on ne comprend pas bien ce qui se passe ; comme elle, on est manipulé, trimballé, surpris… C’est une expérience terrible, vécue dans l’hébétement et les réflexes de survie. « Je ne voulais surtout pas donner la parole aux criminels, comme le font tous les films américains, genre Scarface », dit Naranjo.

« Nous n’avons pas peur », se répètent les narcos alors qu’ils « opèrent ». Mais les forces destructrices détruisent en premier ceux qui les invoquent (l’espérance de vie dans les cartels est de 5 ans) ; et elles imposent surtout leur chaos à la société mexicaine tout entière. Naranjo nous balance en terrain miné, dans une ville où les explosions sont courantes, où les criminels arborent leurs fusils mitrailleurs au grand jour, où les sirènes de police hurlent constamment, mais où, selon le président mexicain lui-même, un policier sur deux est corrompu ! Proportion très sous-estimée selon le réalisateur, qui rappelle, dans un carton final, que depuis le début de la présidence de Felipe Calderon en 2006, « les cartels ont fait 35 000 morts ».

Inspiré d’un fait divers récent, basé sur les rencontres que le réalisateur a pu faire avec des narcos et la Reine de beauté impliquée, Miss Bala est un film engagé sur une nation prise au piège.

Page 6 sur 7