×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 154
banner societe 2016
dimanche, 06 février 2000 01:00

Téléphones mobiles, une révolution dans les moeurs

Écrit par
Le téléphone mobile est la mutation technologique la plus visible de cette fin de siècle et peut-être la plus fulgurante. Dans notre pays, 30% des Suisses possèdent déjà un téléphone mobile et depuis le début de l'année 1999, on compte 75 000 nouveaux convertis chaque mois. Pourtant, on ne s'interroge guère sur les bouleversements qu'il fait subir aux usages sociaux, patiemment construits pour nous aider à supporter la vie en groupe.
mardi, 06 avril 1999 02:00

Energie 2001, éviter le court-circuit

Écrit par

Le 23 septembre 1990, le peuple suisse rejeta l'abandon progressif du nucléaire, accepta un moratoire de 10 ans sur toute nouvelle installation atomique, et adopta un article constitutionnel sur l'énergie. Par la suite, le programme «Energie 2000» fut mis en place, avec un succès modéré. Aujourd'hui, la politique énergétique suisse est dominée par trois enjeux : les effets de la libéralisation du marché de l'électricité, le sort du nucléaire et l'introduction de taxes sur l'énergie.

lundi, 06 juillet 1998 02:00

La bataille pour l'eau

Écrit par
L'histoire de l'humanité est l'histoire de la maîtrise de l'eau. Comme tout ce qui vit, nous sommes constitués à 2/3 - 3/4 d'eau. Toute l'eau a déjà fait d'innombrables fois le tour des océans, des lacs, des fleuves... et des organismes vivants. Sans eau, aucune des réactions permettant la vie ne serait possible. Aussi, parmi les enjeux environnementaux majeurs, la gestion de l'eau est probablement un des plus essentiels. Préparant la réunion annuelle de la Commission du développement durable des Nations Unies, la Conférence de Paris sur l'eau et le développement durable a fait, en mars de cette année, le point sur le sujet.

L'«urbaphobie» consiste à développer une attitude défavorable à l'égard de l'espace urbain. Il semble que ce soit un trait largement répandu dans notre pays, bien qu'il s'observe aussi au-delà de nos frontières. L'identité nationale qui, dès la naissance de la Suisse moderne, se réfère principalement aux Alpes ne contribue pas à l'émergence d'un goût pour les espaces urbains : «Si le patriotisme helvétique semble se nourrir d'air pur des montagnes, il vomit aussi la grande ville et tous les maux qu'elle incarne». Pourtant, l'urbain n'est pas automatiquement nuisible à l'environnement naturel. Au contraire.

samedi, 06 juin 1998 02:00

A propos du génie génétique

Écrit par
mercredi, 06 mai 1998 02:00

Génie génétique et psychisme inconscient

Écrit par
Le génie génétique n'est pas de ces sujets qui laissent indifférents. Conversations de bistro, lettres de lecteurs publiées dans la presse, articles paraissant ça et là témoignent d'une forte implication affective : la peur joue ici un rôle marquant. L'idée même que l'homme puisse s'immiscer dans les gènes fait vibrer dans les profondeurs du psychisme des fibres porteuses d'une forte charge émotive, que l'on soit pour ou contre ce genre d'intervention. C'est que le fond de l'être humain est, dès la conception, le théâtre de tensions auxquelles nul ne peut échapper. On pourrait les résumer en disant qu'il s'agit du conflit entre la volonté de survivre et la volonté de vivre.
Cet été, le peuple suisse va se prononcer sur l'initiative «Pour la protection de la vie et de l'environnement contre les manipulations génétiques», lancée en 1992 par une coalition d'organisations essentiellement alémaniques. Le texte, très restrictif, interdit l'utilisation d'animaux génétiquement modifiés (y compris en laboratoire), la dissémination dans l'environnement d'organismes génétiquement modifiés et l'octroi de brevets pour des animaux ou plantes. Le débat public a commencé. Il est passionnel car il touche des secteurs aussi variés que l'économique, la science et l'éthique, tout en éveillant chez nous des réflexes de peur plus ou moins irrationnelle. «Choisir» propose ici un premier éclaircissement sur les enjeux en question.
lundi, 06 octobre 1997 02:00

Les entreprises se mettent au "vert"

Écrit par
Cinq ans après la Conférence de Rio sur l'environnement et le développement, on peut constater que les résultats ne sont pas à la hauteur de l'attente suscitée par cette manifestation. Toutefois, la déception qu'a renforcée l'échec de la session de l'Assemblée générale des Nations Unies sur l'état de la mise en oeuvre de l'Agenda 21 (Rio+5), tenue cet été à New York, devrait être quelque peu tempérée. Car depuis le Sommet de la Terre, la notion de développement durable a été largement diffusée, acceptée et partiellement appliquée dans un certain nombre de pays. Ajoutons au bilan un fait moins connu, mais tout aussi important, celui d'un changement d'attitude des entreprises en matière d'environnement et de développement durable.
Page 23 sur 24