banner religion 2016

Religions

mercredi, 12 août 2015 02:00

Catholiques à Tel Aviv

Écrit par

Israël cultive le paradoxe d'être le seul pays du Proche-Orient où le nombre de chrétiens augmente constamment du fait de l'immigration. Venus en majorité d'Asie, ces migrants occupent une place à part dans le pays. Une délégation de l'Aide à l'Eglise en détresse (AED) est allée à leur rencontre. Visite d'une communauté de Tel Aviv, dirigée par le Père jésuite David Neuhaus.

L’extrémisme juif est un dévoiement religieux semblable à Daech, selon le Père Jean-Michel Poffet op, directeur émérite de l’Ecole biblique de Jérusalem, interviewé pour l'agence Cath-Info.

Pour le dominicain fribourgeois, qui a vécu en Israël de 1999 à 2008, "les extémistes juifs sont des fondamentalistes absolus. Dès qu’un verset biblique mentionne le nom d’un village dans lequel a transité Josué ou Abraham, ils considèrent qu’il est à eux. Le problème, au fond, c’est une question d’interprétation des textes sacrés. C’est un enjeu qui vaut également pour le christianisme et l’islam. Il faut apprendre à lire la Torah, la Bible et le Coran dans leur contexte. Dans l’Eglise catholique, le magistère nous y invite. La constitution dogmatique Dei Verbum, du concile Vatican II, est le fruit d’un long combat, mené notamment par le Père Lagrange, en faveur d’une lecture qui soit à la fois croyante, historique et critique de la Parole de Dieu. Or le judaïsme n’a pas d’équivalent qui pourrait proposer, voire imposer, une certaine lecture. Il y a de grandes Universités et de grands intellectuels juifs, mais les milieux fondamentalistes ne s’en préoccupent pas. Pis encore, ils sont scandalisés par des études historiques qui s’opposent à leur lecture “conquérante” des livres bibliques."

Vous pouvez lire ici l'ensemble de cet entretien.

vendredi, 24 avril 2015 13:19

Coptes ET Egyptiens ou Ethiopiens

Écrit par

Après les 21 coptes égyptiens sauvagement décapités, voici que l'Etat islamique (EI) annonce le meurtre de 28 chrétiens, aussi en Lybie, aussi coptes. Mais cette fois-ci, ils ne viennent pas d'Egypte, mais d'Ethiopie. Les similarités ne s'arrêtent pas là. L’Egypte et l'Ethiopie, deux pays de diversités religieuses, partagent plus qu'il n'y paraît : les communautés religieuses y coexistent pacifiquement, même si les collaborations entre communautés doivent encore s'y intensifier. Si une stratégie doit se dessiner, c’est peut-être là qu’elle peut trouver des éléments pour se construire.

coranL'inauguration du Centre Suisse Islam et Société (CIS), à l'Université de Fribourg, crée un débat publique autour de la question de l'intégration des musulmans en Suisse et des moyens à mettre en œuvre dans cette optique.

Le CIS a officiellement débuté son travail le 1er janvier 2015 sous la direction de Hansjörg Schmid, éthicien social, et de son assistante, Esma Isis-Arnautovic, spécialiste suisse de l'Islam. Le Centre développera trois domaines de travail : la recherche, l'enseignement et la formation continue. La recherche s'intéressera prioritairement à l'analyse interreligieuse de questions d'éthique sociale. Au niveau de l'enseignement, un programme doctoral « Etudes islamo-théologiques » dans le contexte suisse est en préparation. Enfin, dans le domaine de la formation continue, un bilan et une évaluation des besoins seront menés, au niveau suisse, avec le soutien du Secrétariat d'Etat aux migrations.

mercredi, 21 janvier 2015 01:00

La montagne dans le Coran

Écrit par

Si le symbolisme de la montagne dans le Coran puise certaines de ses sources dans l'Ancien Testament, d'autres lui sont spécifiques, tels son aspect géologique d'ancre permanente, mais aussi de réalité consciente, pôle lumineux menant à la Vérité.[1]

mercredi, 14 janvier 2015 01:00

Zen et christianisme. Des bases pour un dialogue

Écrit par

Le nombre d'Occidentaux pratiquant le zen va croissant. Peut-on sans autre transposer cette méthode sans tenir compte du milieu religieux auquel elle est liée ? Perspectives pour un dialogue fructueux entre christianisme et bouddhisme, deux voies aux fondements anthropologiques différents.

Si la Révolution française avait aboli les délits de blasphème et de sacrilège, la situation semble bien avoir changé. Depuis que l'islam occupe la scène médiatique, c'est-à-dire depuis la révolution iranienne de 1979, le blasphème est redevenu une question philosophique, politique et juridique réccurente.

Trent-quatre pays ont une loi antiblasphème (chiffres de 2011), en majorité en Moyen-Orient et en Afrique du Nord (Maghreb) et subsaharienne (Somalie et Nigéria), donc dans des régions à majorité musulmane. Rappel de quelques notions fondamentales pour contextualiser la réaction autour du blasphème en islam.

 

Page 4 sur 8