×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 154
banner societe 2016
Installation de Cécile Wesolowski (mars-avril 2016) - © Cécile Wesolowski

Un vent nouveau souffle en Occident sur ce qui touche au souvenir du défunt, amorçant une période de «réappropriation du mort» ainsi que des rites autour de la mort. Alors que les cimetières traditionnels sont de moins en moins visités, les mémoriaux éphémères et virtuels se multiplient comme autant de moyens de réécrire l’histoire et d’affirmer le désir de vivre en société.

Jeltje Gordon-Lennox est psychothérapeute et célébrante séculière à Genève. Elle est l’auteure d'ouvrages en français et en anglais sur les rites lors de temps de passage. Parmi eux, Mariages. Cérémonies sur mesure et Funérailles. Cérémonies sur mesure (Genève, Labor et Fides 2008 et 2011). Cet article a été écrit à l’occasion du vernissage de l’installation de Cécile Wesolowski (2016), au Kunstraum de Potsdam (D).

Fresque murale à Tunis - © Philippe Lissac / GODONG

Le rapport que nos sociétés ont au passé, au présent et à l’avenir évolue au fil des siècles, influençant nos lectures de l’histoire. Ce que nous appelons réforme et révolution renvoie toujours à des notions de continuité ou de rupture du temps. L’historien François Hartog, de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, consacre ses travaux actuels aux formes historiques de temporalisation. [1] Il nous livre son analyse. 

Physicien et théologien, François Euvé est enseignant au Centre Sèvres. Il est un spécialiste du dialogue sciences et foi (Sciences, foi, sagesse. Faut-il parler de convergence ? Ivry-sur-Seine, de l’Atelier, 2004) et de Teilhard de Chardin. Cet article est paru dans la revue Études de janvier 2017.

vendredi, 15 septembre 2017 00:33

1914-1918. Les camarades de l’Est en Suisse

Écrit par

Portraits des bolcheviks, en haut de g. à dr.: Lenin Zinoviev, Boukharine, Piatakov et Sokolnikov, et de leur rivaux, en bas de g. à dr.: Plekhanov, Martov, Trotski et Riazanov.Durant la Première Guerre mondiale, une centaine de révolutionnaires polonais et russes trouvèrent refuge en Suisse, transformant notre pays en un bastion du socialisme international. C’est de Berne, Zurich et Genève que se pensera notamment la révolution d’octobre 1917.

Spécialiste des mondes russe et soviétique, Jean-François Fayet est notamment co-auteur de La Suisse et la Guerre de 1914-1918, Genève, Slatkine 2015, 688 p.

vendredi, 15 septembre 2017 00:30

Ces lieux d’écoute et de partage

Écrit par

Marie-Madelein voit la pierre enlevée au tombeau ©tableau de Bernadette Lopez, www.evangile-et-peinture.orgLe deuil représente l’une des plus grandes souffrances dans la vie d’un être humain. Elle l’atteint dans sa globalité, dans ses dimensions physiques, mentales, émotionnelles et spirituelles. Elle fragilise celui qui traverse cette épreuve et qui avance en terrain inconnu. Le soutien des autres, le partage se révèlent alors bienfaisants et nécessaires. Bien que les humains sachent tous qu’ils connaîtront le deuil d’êtres aimés, ils vivent sans trop y penser. Puis un jour, tout s’écroule; le diagnostic d’une maladie fatale tombe comme un couperet sur la vie d’un proche ou la mort subite enlève brutalement l’être aimé. Il y a alors un deuil à vivre, un séisme émotionnel, un bouleversement accompagné, dans la plupart des cas, d’une grande souffrance. 

Théologienne, docteure en sciences de l’éducation, ancienne professeure en soins infirmiers, Rosette Poletti est une formatrice reconnue en soins palliatifs et en accompagnement de personnes en fin de vie. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages sur ces questions et donne régulièrement des sessions au Domaine Notre-Dame de la Route (FR).

Gravure sur bois ornant le titre de la feuille volante "Description du moulin divin", commandé par Zwingli en 1521.La révolte paysanne du XVIe siècle en Allemagne et en Suisse a été vue par Karl Marx comme une première expression du communisme (la révolution russe du siècle passé s’appuya d’ailleurs sur les masses paysannes). Or la dimension religieuse et eschatologique était prioritaire chez ses penseurs radicaux. Le mouvement connut l’échec et favorisa même en Allemagne le triomphe de l’absolutisme.

Jean-Blaise Fellay est responsable du programme de formation du Domaine de Notre-Dame de la Route, à Villars-sur-Glâne. Il a dirigé le Centre interdiocésain à Fribourg et a été durant 14 ans rédacteur en chef de choisir.

vendredi, 15 septembre 2017 00:10

Les soins ultimes

Écrit par
Maquillage d'une défunte par Camille Béguin - ©Patrizia Cini

«Embaumer les corps, prendre soin de la vie», tel était le titre de l’exposition organisée en avril par l’Espace Fusterie de Genève. Articulé autour des tableaux de Bernadette Lopez sur la mort et la résurrection du Christ (voir p. 38) et du reportage photographique de Patrizia Cini sur la thanatopractrice Camille Béguin, le parcours invitait à découvrir l’embaumement et à méditer sur l’impalpable après la mort. Rencontre avec deux des protagonistes.

Un entretien avec Camille Béguin, thanatopractrice, et Patrizia Cini, photographe, Genève. - Camille Béguin est maître de cérémonie et la seule thanatopractrice suisse en Romandie. Patrizia Cini est une photographe indépendante. Elle a notamment effectué un reportage sur les abeilles, exposé à Corsier (GE) en 2012.

vendredi, 15 septembre 2017 00:03

Aujourd’hui, l’écologie nouvelle !

Écrit par

 Avec le succès international du film Demain, qui prône un changement de paradigme par rapport à l’agriculture industrielle et à notre surconsommation, des milliers de nouvelles petites expériences de simples citoyens voient le jour. Il s’agit d’inverser la course au gaspillage planétaire de nos ressources.

«Dans tes rêves, y’a plus de banque mondiale, plus d’OMC, plus de FMI. Les forteresses du Grand capital ont été rasées.» Malgré cette rhétorique marxiste, Coline Serreau montrait une tendance nouvelle dans son film Solutions locales pour un désordre global (2010). En quête de sens (2015), de Marc de la Ménardière et Nathanaël Coste, filme dans le même esprit des écolo-philosophes, pionniers du retour à une vie hors du système économique mondialisé, comme l’indienne Vandana Shiva ou Pierre Rabhi, agriculteur partisan de la permaculture et fondateur du mouvement Colibris, qui prône une « sobriété heureuse » et appelle à une «insurrection des consciences».

garcia uriburu 2En 2010, l’artiste Nicolas Garcia Uriburu et Greenpeace colorent les eaux du Riachuelo en vert - l'un des cours d'eau les plus pollués de la planète, qui sépare le sud Buenos Aires de sa banlieue - pour réclamer le nettoyage du bassin. © Greenpeace«Objectif, objectif, dis-moi qui est le plus beau?» Depuis l’avènement de la photographie, le paysage se pare de ses plus beaux effets pour sublimer la réalité et flatter l’œil de celui qui le regarde. Plus rien d’objectif pourtant dans la démarche du photographe qui traduit la nature plutôt que de la refléter dans ses moindres détails. Les représentations paysagères évoluent donc de pair avec notre vision de la nature, influencée par le développement de l'écologie. Près de deux cent ans de clichés passés sous la loupe par Anaïs Belchun, doctorante en arts plastiques au sein du laboratoire LARA-SEPPIA de l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Elle signe une thèse sur «L’écologie à l’œuvre dans les arts du paysage».

Page 10 sur 32

CouvLivreChoisir

Coédité par choisir et les éditions Slatkine, ce recueil regroupe douze nouvelles retenues par le jury du concours pour écrivain(e)s lancé par notre revue lors de son 60e anniversaire.

COMMANDER LE RECUEIL


Michel Gounot Godong

Comment notre cerveau dépouille-t-il les ondes sonores et quels impacts ont-elles sur nous? D’où viennent les hallucinations auditives? Des réponses avec la neuroscientifique Valentina Mancini.


Michel Gounot Godong

Les victimes du trafic d'humains forment une chaîne d'invisibles qu'il importe de reconnaitre et de protéger. Un article du cardinal Czerny sj, préfet ad interim du Dicastère pour le service du développement intégral.