jeudi, 12 décembre 2019 17:40

Sommaire choisir n° 694

ÉDITORIAL

La vertu au tribunal 
par Pierre Emonet sj, Genève, directeur


DÉSOBÉISSANCE

ÉGLISE
Pour une obéissance choisie
par Klaus Mertes sj, recteur du collège St-Blaise (D)
La notion d’obéissance dans l’Église revêt une importance biblique et spirituelle, mais son traitement est étroitement lié à la question des structures de pouvoir. Selon la manière dont elle est comprise et utilisée, elle constitue la base spirituelle des relations de pouvoir… ou de leur critique. Les exemples actuels, à commencer par la question des abus sexuels, ne manquent pas.

BIBLE
La résistance des prophètes
par Jesús Asurmendi, professeur d’exégèse à l’Institut catholique de Paris
La résistance à l’ordre établi peut prendre des formes multiples, comme le montrent les exemples des textes prophétiques d’Amos et d’Isaïe tirés de la Bible et présentés ici. D’une certaine manière, le prophète biblique peut être considéré comme le prototype du résistant, car il marche toujours à contre-courant.

PHILOSOPHIE
Changer de logiciel civique
À Carola Rackete, capitaine du Sea Watch 3
par Marie-Claire Caloz-Tschopp, Genève, philosophe et politologue
La désobéissance civile/civique mérite un exercice de réflexion à la lumière de la violence, de la civilité et de la démocratie dans l’espace planétaire. Suivre aujourd’hui des Socrate dans leur démarche de torpille philosophique exige des déplacements radicaux de l’imagination, du langage oral-écrit, des pratiques, théories et habitudes coloniales et impériales de la vieille Europe.

POLITIQUE
Au-delà des faits, de la loi et des frontières
par Theo Buckmaster et Bastien Stauffer-Cart, Genève
Les jeunes genevois Theo Buckmaster et Bastien Stauffer-Cart ont été accusés par l’État français de délit de solidarité dans l’affaire des 3+4 de Briançon qui a défrayé la chronique au printemps 2018. Ils témoignent de ce qui les a poussés à s’engager à l’époque, et contre quoi, et surtout pour quoi, ils continuent à militer.

POLITIQUE
Venezuela, une Église engagée pour la démocratie
par Rafael Luciani, Caracas (Venezuela), professeur de l’Université catholique Andrés Bello
Une vague de contestation secoue l’Amérique latine depuis l’automne passé: Équateur, Chili, Argentine, Bolivie… Partout est dénoncée la corruption des gouvernements. Au Venezuela, où la crise sociopolitique et humanitaire remonte à 2014 déjà, l’Église s’est positionnée dès le début du côté des opposants. Cette nouvelle forme d’ingérence politique a trouvé son nom: la neutralité positive. Les explications d’un expert épiscopal.

ESSAI
De l’enfant roi aux enfants juges
par Dalibor Frioux, Paris, écrivain et philosophe
Lorsqu’une forêt brûle, c’est toute la faune qui surgit des fourrés, détale, rampe, saute, ignore les préséances, la prudence, le camouflage. Le chevreuil, le sanglier, le lapin, la pie, la belette, les insectes se massent dans le désordre d’un exil forcé, le poil roussi ou l’antenne grillée, à mesure que progresse le brasier et que s’écroulent les arbres dans des craquements désespérés. Aujourd’hui, c’est notre futur lui-même qui brûle. Tous les spécimens qui y étaient hébergés sortent en trombe, hirsutes, calcinés. Parmi eux, nos enfants.

MÉDECINE
Les limites de l’objection de conscience
par Samia Hurst, Genève, bioéthicienne et médecin
À quel moment un médecin (ou un infirmier, un psychologue…) peut-il avancer l’objection de conscience pour refuser de pratiquer une intervention qui heurterait sa morale? Est-ce là désobéir à ses obligations? Peut-il imposer ses convictions sans tomber dans l’abus de pouvoir? La question renvoie aux devoirs de la profession et est cadrée en Suisse par une législation précise qui permet de relever les cas étiquetés à tort d’« objection de conscience ».


CARNIVORES

PSYCHOLOGIE
Manger, ni trop proche ni trop loin
par Myriam Vaucher, Vevey, psychanalyste
Manger, un acte essentiel à la vie. Un acte bien étrange toutefois. Mettre dedans ce qui était dehors. Transformer en soi ce qui était de l’autre. Manger brouille les frontières. C’est pourquoi, manger n’est pas seulement affaire de biologie, mais aussi de culture, de religion et, nous ne pouvons plus l’oublier désormais, d’écologie.

RELIGIONS
Animaux, sacrifices, consommation de viande
Les discours grecs
par Philippe Borgeaud, professeur honoraire d’histoire des religions, Université de Genève
Les humains sont des animaux particuliers, certes, mais des animaux tout de même. Cette conception des Grecs anciens induisait un rapport complexe à la consommation de viande, réglée de manière sacrificielle pour s’attirer les faveurs des Dieux. Si leur végétarisme occasionnel et leur appel à la sobriété résonnent harmonieusement à nos oreilles contemporaines, ils ne jouaient toutefois pas la même partition que nous.

SOCIÉTÉ
Les tribulations mentales du manger chair
par Laurent Begue-Shankland, professeur en psychologie sociale à l'Université Grenoble Alpes
En dépit des dommages environnementaux et sanitaires qui résultent d’une consommation élevée de viande, celle-ci conserve une place importante dans l’alimentation mondiale. Mais jusqu’à quand? D’importantes mutations de la représentation de l’animal et du «manger chair» sont enclenchées. Il devient difficile d’occulter le lien entre le tendron dans son assiette et le veau gambadant hier encore dans le pré.

ART
Photographe antispéciste
Une pratique éthique
par Céline Fossati, Begnins, journaliste
Charmante, mais pas toujours anodine, la photographie animalière séduit en arrêtant au vol libellules, passereaux ou aigles royaux que nos yeux ne font qu’apercevoir. Une pratique pas toujours respectueuse de ses sujets pourtant, qui a poussé Ludovic Sueur à se présenter comme photographe animalier antispéciste.

REGARD
Un steak accompagné d’un steak
par Eugène, Lausanne, écrivain
Janvier 2030, Paris. En perte de vitesse depuis des années, les maraîchers d’Europe lancent l’opération de la dernière chance. Après s’être retrouvés quatre automnes de suite avec des tonnes de fruits et légumes invendus pourrissant dans les dépôts, ils doivent tenter quelque chose.


CULTURE

LETTRES
Les rêves d’Anna
Silvia Ricci Lempen et bien d’autres femmes
par Lucienne Bittar, Genève, rédactrice en chef
S’inspirant de son vécu et de nombreuses recherches menées souvent sur le terrain, Silvia Ricci Lempen aborde dans Les rêves d’Anna la question de la condition féminine dans l’Europe des XXe et XXIe siècles. On ne peut qu’être conquis par la richesse de la plume de la romancière italo-suisse et par sa capacité à entrer dans l’imaginaire personnel et culturel de ses personnages. Un processus d’acculturation sur cinq ans, qu’elle nous a décrit lors d'un entretien.

EXPOSITION
Plateforme 10
Premier wagon accroché
par Céline Fossati, Begnins, journaliste
Nouvel espace muséal d’envergure, Plateforme 10 accueille depuis cet automne à Lausanne son premier résident: le Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA). Son déménagement du Palais de Rumine aux abords de la gare lui permet de tripler sa surface d’exposition et doubler celle de ses réserves. Un événement dans la vie d’un musée. Le MCBA sera rejoint, d’ici 2021, par le mudac (musée de design et d’arts appliqués contemporains) et par le Musée de l’Elysée (musée cantonal de la photographie).

CINÉMA
Terrence Malick
Un maverick spiritualiste à Hollywood
par Patrick Bittar, Paris, réalisateur de films
Un maverick est quelqu’un qui ne se conforme pas aux règles d’un milieu. C’est ainsi que les Étatsuniens qualifient les réalisateurs atypiques et ambitieux qui creusent tant bien que mal leur sillon personnel à Hollywood. Le terme, tiré du nom d’un éleveur texan du XIXe siècle à l’esprit indépendant, s’applique d’autant plus à Terrence Malick, 76 ans, qu’il a grandi au Texas. Son dernier film, Une vie cachée, a obtenu l’an passé à Cannes le Prix du Jury œcuménique.

LIVRES OUVERTS
Recensions n° 694
Chaque trimestre, la revue choisir présente une sélection de recensions d'ouvrages.

La foi de M. L. King

Martin Luther King lors d'une conférence de presse, 26 mars 1964. Photo: Library of Congress (DP) / Wikimedia.org

Leader de la désobéissance civile, M. L. King était d’abord un homme de prière luttant sur deux fronts: celui des institutions et des lois, et celui des consciences et des cœurs. Son choix pour la non-violence est le fruit d’un cheminement spirituel.
Un article de Fréderic Rognon, du MIR France